Shimron poursuit Arzi qui a dit que Sara Netanyahu influait sur les nominations
Rechercher

Shimron poursuit Arzi qui a dit que Sara Netanyahu influait sur les nominations

David Shimron, ex-avocat du Premier ministre, demande 425 000 NIS pour diffamation à David Arzi, ancien vice-président d'Israel Aerospace, qui a fait sa déclaration dans une vidéo

David Shimron, ancien avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv le 17 février 2015. (Ben Kelmer/Flash90)
David Shimron, ancien avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv le 17 février 2015. (Ben Kelmer/Flash90)

David Shimron, cousin et ancien avocat du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a intenté un procès en diffamation mardi contre un ancien cadre de l’aérospatiale qui a affirmé dans une vidéo que Shimron lui avait montré un contrat passé entre le Premier ministre et sa femme, Sara, lui donnant un contrôle total sur des aspects essentiels des affaires nationales d’Israël.

Parmi les détails du prétendu contrat, révélés dans la vidéo par David Arzi, ancien vice-président de l’aviation commerciale et civile chez Israel Aerospace Industries, figuraient des dispositions permettant à Sara Netanyahu d’assister à des réunions top secrètes et de signer les nominations des chefs de l’agence de renseignement Mossad, du service de sécurité intérieure Shin Bet et de l’armée.

Shimron a poursuivi Arzi pour un montant de 425 000 NIS pour les remarques qu’il a faites dans le clip, qui a récemment été partagé sur les médias sociaux.

« La vidéo est fondamentalement infondée, le tout constituant une grave diffamation à l’encontre du Premier ministre, de son épouse et du plaignant », a affirmé M. Shimron dans le procès, déposé au tribunal de première instance de Ramle.

« Cette publication est un pur mensonge et est clairement diffamatoire », a-t-il écrit.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara lors de la prestation de serment du 23e gouvernement à la Knesset, le 17 mai 2020. (Crédit : Alex Kolomoisky/Flash90)

Dans la vidéo, Arzi explique comment il a pris connaissance des clauses de ce qu’il dit être un contrat de 15 pages portant les signatures des deux Netanyahu. Arzi a déclaré que Shimron l’avait autorisé à lire le document en 1999, pendant le premier mandat de Netanyahu en tant que Premier ministre.

Arzi a affirmé que Shimron avait récemment été licencié et qu’il essayait de l’impressionner en lui montrant à quel point il était lié au Premier ministre, afin qu’Arzi fasse pression sur l’ancien employeur de Shimron pour qu’il le réembauche.

Shimron a noté dans les documents judiciaires que la vidéo avait été partagée des centaines de milliers de fois sur les médias sociaux et qu’Arzi l’avait dépeint comme « veule, misérable, un homme qui pleure amèrement et supplie l’accusé d’agir pour retrouver son gagne-pain. »

Selon M. Arzi, le contrat comprenait également une promesse du Premier ministre selon laquelle tout voyage avec nuitée qu’il effectuerait inclurait sa femme.

« Elle peut participer à toutes les réunions les plus secrètes, même si elle n’a pas d’habilitation de sécurité. Cela m’a sauté aux yeux », a déclaré Arzi dans la vidéo, qui fait partie d’une interview en hébreu avec son ami d’enfance, le journaliste Dan Raviv (ci-dessous).

Le contrat présumé comportait en outre diverses stipulations donnant à Sara un contrôle majeur sur les finances du couple.

La semaine dernière, Arzi a déclaré au quotidien de gauche Haaretz que la production de la vidéo avait été financée par un groupe d’anciens officiers de Tsahal, mais qu’il s’était engagé à ne pas révéler leur identité.

Le journaliste Ben Caspit, qui a écrit une biographie de Netanyahu, a publié les résultats de deux tests polygraphiques passés ces derniers jours par Arzi, qui ont révélé qu’il disait la vérité sur le prétendu contrat.

Le bureau de Netanyahu a fermement démenti ces allégations, affirmant qu’il s’agit « d’un pur mensonge recyclé qui sera traité par la justice. »

Ce n’est pas la première fois que Sara Netanyahu est accusée d’exercer un contrôle sur son mari, y compris dans les affaires d’État.

Dans une transcription ayant fuité de l’enquête de police sur les accusations de corruption à l’encontre du Premier ministre Netanyahu, Miriam Adelson, l’épouse du défunt magnat des casinos Sheldon Adelson, a déclaré aux interrogateurs que Sara avait opposé son veto à la formation par Netanyahu d’une coalition avec les candidats actuels de Yamina, Naftali Bennett et Ayelet Shaked, qui ont tous deux travaillé auparavant comme assistants de Netanyahu.

En juin 2019, Sara Netanyahu a été reconnue coupable de détournement de fonds publics dans le cadre d’un plaider coupable dans une affaire impliquant des allégations selon lesquelles elle aurait illégalement passé des marchés et aurait ensuite fait de fausses déclarations concernant les services de restauration à la résidence du Premier ministre.

Grâce à cet accord, elle a échappé à une condamnation pour fraude aggravée, mais a avoué avoir profité d’une erreur, une charge moins lourde. Elle a été condamnée à payer 55 000 NIS à l’État – 10 000 NIS d’amende et le reste à titre de remboursement.

Le Premier ministre est aussi actuellement jugé pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires pénales. Il nie les accusations portées contre lui.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...