Slovaquie : étoiles jaunes contre l’extrême droite au Parlement
Rechercher

Slovaquie : étoiles jaunes contre l’extrême droite au Parlement

Le parti ultranationaliste Notre Slovaquie a remporté 14 sièges sur 150 aux élections législatives du 5 mars

Ondrej Dostal, membre du Olano-NOVA portant une étoile de David jaune sur sa veste pour protester contre l'election du parti ultranationaliste Notre Slovaquie, en train de prêter serment sur la Constitution slovaque, le 23 mars 2016 (Crédit : AFP / SAMUEL KUBANI)
Ondrej Dostal, membre du Olano-NOVA portant une étoile de David jaune sur sa veste pour protester contre l'election du parti ultranationaliste Notre Slovaquie, en train de prêter serment sur la Constitution slovaque, le 23 mars 2016 (Crédit : AFP / SAMUEL KUBANI)

Deux députés d’opposition ont arboré des étoiles jaunes, symbole de la discrimination des Juifs, lors de la séance inaugurale du Parlement slovaque mercredi, pour protester contre l’apparition « dangereuse » à la chambre d’un parti d’extrême droite qu’ils disent « fasciste ».

Le parti ultra-nationaliste Notre Slovaquie a remporté 14 sièges sur 150 aux élections législatives du 5 mars.

« Il y a exactement 83 ans aujourd’hui, le Reichstag allemand a approuvé le projet du gouvernement d’Hitler de passer des lois sans le Parlement. Par conséquent, le 23 mars 1933 la transformation de l’Allemagne en dictature nazie fut accomplie », a déclaré aux journalistes un des deux députés protestataires, Ondrej Dostal, du parti libéral SaS.

« Il est significatif qu’exactement 83 ans après cet acte, les fascistes slovaques entrent au Parlement slovaque », a-t-il ajouté.

Viera Dubacova, du parti conservateur OLANO-NOVA, a elle aussi porté à cette occasion l’étoile jaune.

Un député de Notre Slovaquie, Milan Uhrik, a rejeté ces accusations; qualifiant la manifestation de ces deux députés de « cirque indigne de cet endroit ».

Notre Slovaquie est entrée au Parlement pour la première fois, après une campagne électorale où même les grands partis – y compris le Smer du Premier Ministre de gauche Robert Fico – ont pris des positions hostiles aux migrants et à l’islam.

Le leader de Notre Slovaquie, Marian Kotleba, 38 ans, s’est montré nostalgique de l’Etat de Jozef Tiso, président de la Slovaquie alliée à l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a promis notamment de « protéger la population contre la terreur tsigane ».

Tous les autres partis du parlement ont exclu de coopérer avec lui.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...