Sophie Wilmès : Les caricatures antisémites à Alost « entachent » la Belgique
Rechercher

Sophie Wilmès : Les caricatures antisémites à Alost « entachent » la Belgique

La cheffe du gouvernement estime que le carnaval est un affront aux "valeurs et à la réputation" du pays ; le maire d'Alost parle de "rassemblement d'unité"

Des caricatures antisémites à Alost, en Begique, le 23 février 2020. (Crédit 
 NICOLAS MAETERLINCK/Belga/AFP)
Des caricatures antisémites à Alost, en Begique, le 23 février 2020. (Crédit NICOLAS MAETERLINCK/Belga/AFP)

JTA — La Première ministre belge a déclaré que certaines caricatures de Juifs exposées au carnaval d’Alost « entachent » les valeurs et la réputation du pays.

Dans un communiqué publié dimanche, Sophie Wilmès, qui est juive, n’a pas précisé de quelles caricatures elle parlait. Le carnaval d’Alost se déroule chaque année à une quinzaine de kilomètres de Bruxelles.

Sa déclaration a été la plus vive critique formulée par un élu belge. Depuis des années, cette parade attire les controverses en raison de ses moqueries sur le minorités ethniques, notamment les Juifs.

« Le gouvernement fédéral est sensible aux réactions à certains chars et costumes au carnaval ». Si l’événement « ne se résume pas à cela », a-t-elle dit, « ces actions entachent nos valeurs et la réputation de notre pays. »

La Première ministre belge Sophie Wilmès à son bureau de Bruxelles, le 27 octobre 2019 (Crédit :Vincent Duterne/Getty Images/via JTA)

Lors de la parade de cette année, des caricatures de Juifs, dont certaines les représentant sous forme de fourmis, ont été exhibées de façon très visible.

Douze hommes étaient déguisés en fourmis avec un autocollant portant la mention « obéir » au dos de leur veste. La propagande antisémite a souvent associé les Juifs à la vermine, mais il a dit que l’affichage était censé être un jeu de mots faisant référence à la façon dont le mot néerlandais pour le mur Occidental ressemble à « fourmi qui se plaint ».

Un autre groupe portait de faux nez crochus et des costumes de Juifs ultra-orthodoxes en guise de protestation. Leur char portait une pancarte intitulée « règlement du comité du parti juif », qui comprenait « Ne vous moquez pas des Juifs » et « Ne dites surtout pas la vérité sur les Juifs ».

Près de 80 000 personnes se déplacent pour assister à la parade, à laquelle participent des milliers de personne.

Des caricatures antisémites à Alost, en Begique, le 23 février 2020. (Crédit
NICOLAS MAETERLINCK/Belga/AFP)

L’an dernier, l’UNESCO a retiré son soutien au carnaval d’Alost en tant qu’événement du patrimoine immatériel mondial après la vaste polémique qui avait suivi l’édition 2019 de ce carnaval, quand un char caricaturant des juifs orthodoxes aux nez crochus, assis sur des sacs d’or, avait pris part au cortège.

Le maire d’Alost Christoph D’Haese a estimé que ce carnaval est l’expression de « l’esprit irrévérencieux » d’Alost.

Lors d’une conférence de presse, D’Haese a qualifié la déclaration de Wilmes était « bizarre » et l’a invitée à assister à la parade de l’an prochain « afin qu’elle forme sa propre opinion basée sur des faits ».

Il a défendu le droit des participants à se moquer des Juifs et autres minorités, sous forme de satire. Il a qualifié l’évènement de dimanche de « manifestation d’unité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...