Israël en guerre - Jour 259

Rechercher
Reportage

Sous les tirs du Hezbollah, des bénévoles livrent des biens vitaux près de la frontière

Face à une intensification des tirs à la frontière libanaise, des volontaires assurent la distribution de produits essentiels aux habitants et au personnel restés sur place

Shlomo Brand et Yishai Windmiller remettent des gilets offerts par l'Association internationale des chrétiens et des juifs à un membre de l'équipe de première intervention à Klil, en décembre 2023. (Crédit : Diana Bletter)
Shlomo Brand et Yishai Windmiller remettent des gilets offerts par l'Association internationale des chrétiens et des juifs à un membre de l'équipe de première intervention à Klil, en décembre 2023. (Crédit : Diana Bletter)

Alors que des roquettes et des obus d’artillerie tirés depuis le Sud-Liban survolaient la région, Shlomo Brand, 74 ans, et Yishai Windmiller, 61 ans, deux bénévoles, se sont mis en route au petit matin pour livrer du matériel médical, des équipements de communication et d’autres articles aux soldats et aux civils du conseil régional de Mateh Asher, dans l’ouest de la Galilée, à bord d’un petit véhicule des services de sécurité.

Les volontaires avaient préalablement reçu leurs ordres de livraison d’Aryeh Zali, le chef de la sécurité des écoles et de l’éducation au Commandement du Nord. Les ordres de livraison de Zali varient, et les fournitures sont aussi bien destinées au personnel militaire qu’au réseau d’écoles du Conseil régional de Mateh Asher. Une partie des 1 000 élèves ont été contraints de quitter leur communauté, d’autres ont été retirés des écoles situées dans les zones évacuées et suivent désormais leurs cours ailleurs.

Près de 8 000 habitants des huit communautés situées dans le conseil régional ont été déplacés depuis que la guerre a éclaté le 7 octobre, lorsque 3 000 terroristes du Hamas ont envahi le sud d’Israël, massacrant 1 200 personnes et prenant 240 otages qui ont été emmenés de force dans la bande de Gaza, où 132 sont toujours aux mains de terroristes du Hamas ou d’autres groupes.

Alors que l’armée israélienne poursuit sa mission dont l’objectif est de chasser le Hamas du pouvoir dans l’enclave côtière, les combats le long de la frontière nord avec le Liban se sont également intensifiés. Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran, mène des attaques de « solidarité » contre des cibles militaires et civiles israéliennes, sans discernement. Aujourd’hui, plusieurs zones de la Galilée occidentale sont devenues des zones militaires fermées.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah lance des attaques quasi quotidiennes contre des communautés israéliennes et des publications militaires le long de la frontière, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza en guerre. Jusqu’à présent, les escarmouches frontalières ont causé la mort de quatre civils du côté israélien, ainsi que de neuf soldats de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

L’armée israélienne a intensifié ses frappes aériennes sur le sud du Liban afin de repousser le Hezbollah de la frontière nord d’Israël. Le Hezbollah a indiqué que 140 de ses agents avaient été tués par Israël au cours des affrontements en cours, la plupart au Liban, mais certains en Syrie. Au Liban, 19 autres membres de groupes terroristes distincts, un soldat libanais et au moins 19 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

Depuis le début des affrontements, des volontaires livrent aux communautés assiégées du nord du pays les fournitures dont elles ont tant besoin.

Shlomo Brand, à droite, avec Yishai Windmiller près de leur véhicule de livraison, décembre 2023. (Crédit : Diana Bletter)

Le conseil régional de Mateh Asher, qui s’étend sur plus de 200 km2, est couvert de champs agricoles et de collines ondulantes. Il se situe juste au sud de la frontière avec le Liban et s’étend à l’ouest jusqu’à la mer Méditerranée, avec une population d’environ 25 000 habitants, composée de Juifs, de Musulmans, de Chrétiens et de Bédouins.

Bien que sa propre communauté ait été évacuée de la région, Brand a déclaré qu’il lui était impossible de « ne rien faire » pendant la guerre. Il a donc rejoint une dizaine d’autres volontaires au Conseil régional de Mateh Asher, où Zali l’a mis en contact avec Windmiller.

Zali, qui supervise la sécurité de chaque institution du conseil régional de Mateh Asher, a indiqué que Brand et Windmiller « sont mes mains et mes jambes sur le terrain. Certains endroits sont dangereux. Je réfléchis à deux fois avant de leur confier une mission ».

Brand et Windmiller se sont arrêtés à l’école d’un kibboutz qui n’a pas été évacué, pour y laisser un mégaphone qui pourrait être utile aux enseignants en cas d’urgence. Le gardien de l’école, comme beaucoup d’autres dans l’ouest de la Galilée, est un Arabe israélien qui a servi dans Tsahal.

« Ils ont fait leur part », a affirmé Brand, qui est volontaire au sein du groupe de sécurité des anciens soldats du conseil régional. « Maintenant, ils s’occupent de tous nos enfants. »

« Les enfants qui vont dans les crèches et les jardins d’enfants apprennent dans les abris », a ajouté Windmiller, qui vit à New York mais qui est venue en Israël pour faire du bénévolat pendant la guerre. « Les enfants doivent jouer à moins de 30 secondes de l’abri. C’est très triste de voir que toute une génération sera élevée avec le stress post-traumatique (TSPT). »

Depuis le début de la guerre, des dizaines de milliers de résidents du nord d’Israël ont été évacués en raison des tirs de roquettes incessants du Hezbollah.

Un panneau frontalier sur la route de Rosh Hanikra. (Crédit : Diana Bletter)

Né en Israël, Windmiller a servi comme soldat de l’armée israélienne et a été blessé lors de la première guerre du Liban en 1982. Le 7 octobre, alors qu’il se préparait à faire un voyage en Patagonie, il a entendu les nouvelles du massacre perpétré par le groupe terroriste du Hamas et a immédiatement échangé son billet contre un vol à destination d’Israël, avec la même valise et les mêmes vêtements que ceux qu’il avait préparés pour l’Amérique du Sud.

Windmiller s’est porté bénévole peu après son arrivée en Israël, conduisant Brand sur des routes dangereuses – dont certaines sont lourdement endommagées par les traces de passage des chars d’assaut.

Le jour où le Times of Israel s’est joint aux volontaires, pour contourner une zone trop exposée aux missiles antichars du Hezbollah, Windmiller a fait un détour et a accéléré pour monter un col escarpé et sinueux à travers les bois. Quelques minutes plus tard, Brand a ordonné : « Tourne à gauche, tourne à gauche ! »

« Je le laisse faire », dit Windmiller, ajoutant avec humour : « Malgré le fait que je sois son chauffeur cinq jours et demi par semaine depuis deux mois, il n’a toujours pas confiance en ma conduite ».

Les deux hommes s’arrêtent dans une localité où des soldats en faction montrent du doigt l’abri anti-bombes temporaire qu’ils ont reçu la semaine précédente.

« C’est indispensable », a expliqué l’un d’entre eux. « Nous avons huit à dix secondes avant que la roquette du Hezbollah ne frappe. Jusqu’à présent, on devait se jeter dans un fossé ».

Shlomo Brand donne des bonbons à des écoliers arabes et juifs à un membre de l’équipe de premiers secours du village bédouin d’Arab al-Aramshe, décembre 2023. (Crédit : Diana Bletter)

Brand remet le matériel aux soldats ainsi que des beignets confectionnés par des écoliers arabes et juifs dans le cadre d’un projet commun, « Ouvrir l’avenir », parrainé par le conseil régional de Mateh Asher et le village voisin de Mazraa, à majorité musulmane.

« Nous vous avons apporté des cadeaux du Père Noël », a plaisanté Windmiller avec les soldats, mais en traversant le village de Brand, évacué, son humeur est devenue plus sérieuse. Brand et quelques autres habitants sont aujourd’hui hébergés dans un hôtel situé plus au sud de la frontière.

Brand nous a montré une pépinière où des avocats mûrs qui n’ont pas pu être récoltés pendent aux arbres, l’école maternelle et l’épicerie, toutes deux fermées, ainsi que quelques chiens errants. Lors de leur dernière tournée, les livreurs s’étaient arrêtés pour nourrir le cheval d’une femme qui avait été évacuée.

« C’est censé être la ‘Provence d’Israël' », dit Brand, « Nous avons la mer, les collines, les arbres et les champs. D’habitude, on entend les rires des enfants, les gens qui vont au travail en voiture, les activités quotidiennes, et maintenant il n’y a plus rien ».

Vue de la frontière israélienne avec le Liban près de la ville évacuée de Shlomi, décembre 2023. (Photo : Diana Bletter)

Un peu plus loin, depuis un endroit situé sur une autre route, on aperçoit la frontière en zigzag avec le Liban. Une grande partie de la colline israélienne, autrefois une forêt verdoyante d’arbres vivaces, est noircie et brûlée. Brand prend un moment pour sortir de la voiture et regarder la frontière.

« C’est trop dangereux », décide-t-il soudainement. « Partons. »

Dans la communauté voisine, Brand a fait un détour pour aller inspecter la maison de plusieurs amis – tout était intact, comme au moment de leur départ – avant de se rendre dans un autre village où il a déposé six gilets en Kevlar offerts par l’Association internationale des chrétiens et des juifs. Ce matin-là, Windmiller et lui se sont arrêtés dans huit communautés ; un autre jour, ils en ont visité 23, leur record personnel.

Lors d’une intervention publique avant une récente réunion hebdomadaire du cabinet, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré : « Notre objectif est de rétablir la sécurité dans le nord et de permettre aux habitants de rentrer chez eux. Si nous n’y parvenons pas [à la sécurité] par la diplomatie, nous y parviendrons par la force ».

Le numéro 2 du Hezbollah a déclaré le même jour que tant que la guerre de Gaza se poursuivrait, les Israéliens ne pourraient pas retourner chez eux dans le nord d’Israël.

« Les Israéliens vont encore souffrir », a affirmé Windmiller en conduisant. « Mais au bout du compte, nous prospérerons à nouveau. Nous survivrons. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.