Sous Trump, Washington reste spectateur du cessez-le-feu entre Israël et Hamas
Rechercher
Analyse

Sous Trump, Washington reste spectateur du cessez-le-feu entre Israël et Hamas

Tout en restant du côté de l'État juif, la Maison Blanche permet à l'Égypte et à l'ONU de combler le vide en tant que médiateurs à Gaza en rupture avec la politique traditionnelle

Jacob Magid

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le Président américain Donald Trump, lors de leur rencontre au Palace Hotel à New York, avant l'Assemblée générale des Nations Unies, le 18 septembre 2017. (AFP Photo/Brendan Smialowski)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le Président américain Donald Trump, lors de leur rencontre au Palace Hotel à New York, avant l'Assemblée générale des Nations Unies, le 18 septembre 2017. (AFP Photo/Brendan Smialowski)

S’en tenant à la politique de ses prédécesseurs, le président américain Donald Trump s’est ardemment prononcé en faveur du droit d’Israël à se défendre contre les tirs de roquettes depuis Gaza ce week-end.

« Nous soutenons Israël à 100 % dans sa défense de ses citoyens… Pour la population de Gaza – ces actes terroristes contre Israël ne vous apporteront que plus de misère. Mettons fin à la violence et travaillons pour la paix – cela est possible », a-t-il tweeté dimanche.

De même, d’autres représentants de Trump, tels que l’envoyé pour le Moyen Orient Jason Greenblatt et le secrétaire d’État Mike Pompeo, ont exprimé leur soutien à Jérusalem sans réserve. Mais alors que le principal diplomate américain a dit qu’il « espérait » qu’Israël et les groupes terroristes de Gaza puissent « revenir au cessez-le-feu qui était en place », rien n’indique qu’il en faisait plus pour que cela se produise, si ce n’est qu’il exprimait ce désir.

Des responsables de la Maison Blanche, du Département d’État et du Cabinet du Premier ministre israélien ont refusé de dire si Washington avait participé aux pourparlers de cessez-le-feu qui ont porté leurs fruits lundi vers 4h30 du matin, lorsque les tirs de roquettes sur Israël et les frappes aériennes de représailles dans Gaza ont cessé ; mais l’envoyé spécial des Nations unies Nikolay Mladenov a déclaré samedi que son bureau avait travaillé pour rétablir le calme avec les médiateurs égyptiens sans mentionner un partenariat américain dans ces efforts. Des représentants de l’ONU et du Hamas ont également confirmé au Times of Israel que Washington n’avait effectivement pas joué un rôle de médiateur dans la cessation des hostilités.

Sur cette image prise par la télévision d’État égyptienne, la secrétaire d’État américaine Hillary Rodham Clinton (à gauche) et le ministre égyptien des Affaires étrangères Mohammed Kamel Amr (à droite) donnent une conférence de presse conjointe annonçant un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le 21 novembre 2012 au Caire, en Égypte. (AP Photo/Télévision d’Etat égyptienne)

C’est la norme depuis deux ans et demi, alors que les États-Unis, sous la direction de Trump, ont relégué au second plan leurs efforts pour négocier le calme le long de la frontière instable.

Les gouvernements de George W. Bush et de Barack Obama ont tous deux défendu le droit d’Israël à se défendre et ont accusé le Hamas d’être responsable des conflits avec Gaza en 2009, 2012 et 2014. Mais ils ont aussi joué un rôle actif pour tenter de mettre fin à ces guerres, exerçant une influence considérable sur la scène mondiale.

En décembre 2008 et janvier 2009, la secrétaire d’État du président Bush, Condoleezza Rice, a téléphoné fébrilement aux dirigeants internationaux pour tenter de mettre fin à l’opération Plomb durci de trois semaines, alors même que le gouvernement se préparait à quitter ses fonctions.

Elle a également participé à la rédaction d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un « cessez-le-feu immédiat ».

En 2012, M. Obama a téléphoné au Premier ministre Benjamin Netanyahu et au président égyptien Mohammed Morsi tout au long de l’opération Pilier de Défense, préparant la voie à un cessez-le-feu que sa secrétaire d’État, Hillary Clinton, a négocié en Israël pour conclure l’accord, une semaine après son début, en novembre, au moment même de la signature des négociations.

Le secrétaire d’État américain John Kerry (à gauche) rencontre le premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, Israël, le mercredi 23 juillet 2014. M. Kerry rencontrera le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, M. Netanyahu et le Président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas, alors que les efforts pour un cessez-le-feu entre le Hamas et Israël sont en cours. (AP Photo/Pool)

Lorsque les combats ont repris entre Israël et le Hamas deux ans plus tard, le successeur de Mme Clinton, John Kerry, s’est envolé pour le Moyen Orient et l’Europe, où il a rencontré les dirigeants d’Israël, de l’Autorité palestinienne, d’Égypte, de Turquie, du Qatar et de divers États de l’UE afin de parvenir à un cessez-le-feu qui mette fin à l’opération Bordure protectrice.

S’adressant au Times of Israel, l’ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapiro, a déclaré que le rôle important joué par l’administration Obama en 2014 a été moins efficace en termes de réduction du conflit de sept semaines parce que l’Égypte n’était pas motivée à jouer le rôle de médiateur principal.

« Je pense que le gouvernement d’Abdel Fattah al-Sissi n’a pas vraiment regretté que le Hamas, affilié aux Frères musulmans qui sont ses ennemis, ait subi une lourde punition avant de se lancer dans ces négociations, a déclaré Shapiro, qui a été Ambassadeur de 2011 à 2017 et est actuellement chercheur à l’Institute for National Security Studies à Tel Aviv.

Il a fait valoir que la combinaison d’un partenaire de négociation égyptien motivé et d’un solide soutien américain à la légitime défense d’Israël sont les deux éléments les plus importants pour parvenir à un cessez-le-feu dans un temps limité.

Prime Minister Benjamin Netanyahu meets with the US Ambassador to Israel Dan Shapiro, in Tel Aviv last year. (photo credit: Matty Stern/US Embassy/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre l’ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapiro, à Tel Aviv en 2011. (Crédit photo : Matty Stern/ Ambassade des États-Unis/Flash90)

Ces deux facteurs se sont conjugués après seulement sept jours de combats en 2012 et Shapiro leur a attribué le mérite d’avoir contribué à « faire en sorte que le conflit soit court et qu’il y ait des termes positifs (cessez-le-feu) que le Hamas avait rejetés et acceptés par la suite, puis avait dû accepter ».

L’ancien envoyé a admis que l’accord n’a pas pu tenir plus d’un an et demi, mais il a souligné qu’“à la fin du conflit de 2014, les parties sont revenues aux termes du conflit de 2012, qui a ensuite duré encore plusieurs années”.

En fin de compte, cependant, ces cessez-le-feu ne peuvent qu’arrêter les cycles de conflit, au lieu de s’attaquer aux problèmes fondamentaux qui affligent la bande de Gaza, « qui sont très difficiles à résoudre tant que le Hamas restera au pouvoir », a dit Shapiro, expliquant que la motivation du groupe terroriste à se réarmer en période de calme avant de recourir de nouveau à la violence pour obtenir des concessions d’Israël a laissé les parties dans une impasse.

Néanmoins, il a fait valoir que lorsque les États-Unis ont participé à des pourparlers de cessez-le-feu coordonnés avec le Caire et Jérusalem, « les résultats ont été meilleurs et ont duré plus longtemps », même s’ils ne sont pas permanents.

S’il est trop tôt pour juger du succès de l’accord négocié lundi, si les six autres cycles de violence entre Israël et le Hamas au cours de l’année écoulée à eux seuls peuvent servir d’indice, il est peu probable qu’il dure longtemps.

Commentant la décision de l’administration Trump de ne pas jouer un rôle dans de tels efforts au cours des deux dernières années et demie, Shapiro a fait remarquer que cela faisait partie de la « diminution » plus générale qui caractérise le processus diplomatique à travers le monde à la Maison Blanche.

« Je ne sais pas s’ils répondent aux demandes d’Israël de ne pas intervenir. Notre participation aux négociations de cessez-le-feu a été généralement bien coordonnée avec Israël et a répondu à leurs demandes », a-t-il ajouté.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, (au centre), prononce son discours lors d’une conférence de presse en compagnie (de gauche à droite) de John Kerry, secrétaire d’État américain, de Philip Hammond, ministre britannique des Affaires étrangères, et de Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères après une réunion au quai d’Orsay à Paris, le 26 juillet 2014, pour œuvrer pour un cessez-le-feu à Gaza. (AP Photo/Francois Mori)

Bien qu’aucun responsable israélien actuel n’ait accepté de s’exprimer, Shalom Lipner, qui a servi au sein du cabinet du Premier ministre de 1990 à 2016, a soutenu que le gouvernement Netanyahu préfère le scénario actuel selon lequel Trump, au lieu de jouer le rôle de « médiateur impartial », reste inébranlablement du côté d’Israël.

Mais de ce fait, les Palestiniens sont devenus « moins favorables à l’arbitrage américain », forçant les responsables égyptiens et ceux de l’ONU à « combler le vide et à conclure des accords qui sont entrés en vigueur lundi matin », a déclaré Lipner, qui est actuellement chargé de mission au Atlantic Council à Washington, DC.

Lorsqu’on lui a demandé s’il considérait le désengagement des Etats-Unis des négociations de cessez-le-feu comme une évolution positive, le responsable du Hamas qui s’est entretenu avec le Times of Israel a répondu : « Je ne pense pas que la question soit de savoir si nous sommes heureux ou non, mais l’Amérique a perdu sa crédibilité auprès des Palestiniens ».

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...