Surfside: La famille de la dernière victime disparue reste toujours sans réponse
Rechercher

Surfside: La famille de la dernière victime disparue reste toujours sans réponse

Ses amis et ses proches craignent qu'Estelle Hedaya soit oubliée ; selon la loi juive, la famille ne peut pas organiser de funérailles ni observer la période de shiva

Cette photo du 1er juin 2021 fournie par Liz Segel montre Estelle Hedaya au Caesars Palace à Las Vegas. (Crédit : Liz Segel via AP)
Cette photo du 1er juin 2021 fournie par Liz Segel montre Estelle Hedaya au Caesars Palace à Las Vegas. (Crédit : Liz Segel via AP)

Les pompiers ont annoncé vendredi la fin de leurs recherches de corps sur le site de l’effondrement d’un immeuble en Floride, mais la dépouille d’Estelle Hedaya, 54 ans, n’a toujours pas été identifiée, laissant sa famille et ses amis sans réponse.

L’effondrement, le 24 juin, de l’immeuble Champlain Towers South, situé au bord de l’océan, a tué 97 personnes. Si elle est retrouvée, la dépouille d’Estelle Hedaya portera le bilan à 98 morts.

Leah Sutton, qui connaissait Hedaya depuis sa naissance et se considérait comme une seconde mère pour elle, craint qu’elle ne soit oubliée.

« Ils semblent plier bagage et féliciter tout le monde pour leur travail bien fait. Et oui, ils méritent tous les honneurs, mais après avoir retrouvé Estelle. »

La meilleure amie d’Hedaya dans l’immeuble, l’avocate new-yorkaise Linda March, a finalement été identifiée mercredi soir, bien que son corps a été retrouvé il y a plus de deux semaines.

Le frère cadet d’Hedaya, Ikey, a donné des échantillons d’ADN et s’est rendu deux fois sur le site pour constater par lui-même les efforts de recherche.

Estelle Hedaya, à gauche, et Linda March, le 13 avril 2021. (Crédit : Leah Sutton via AP)

« Alors que nous entrons dans le deuxième mois, seuls, sans aucune autre famille, nous nous sentons impuissants », a-t-il déclaré vendredi.

Il dit recevoir des mises à jour fréquentes du bureau du médecin légiste.

« Le plus dur est de voir mes parents comme ça, jour après jour », a-t-il déclaré à CNN. « Je veux juste que ma sœur soit en paix et reçoive l’honneur et le respect qu’elle mérite. »

« Je crois fermement que Dieu l’a aidée à arriver à son meilleur moment dans la vie et qu’il a ensuite décidé du mieux pour elle pour qu’elle en sorte en étant au sommet », a-t-il ajouté.

« Mon seul regret est de ne lui avoir jamais dit à quel point je la respectais et à quel point j’admirais la façon dont elle continuait à s’améliorer, peu importe ce que la vie lui réservait », a déclaré Ikey. « Je n’ai jamais pensé qu’il y aurait un jour où je serais là, et pas elle. »

Selon la loi juive, la famille ne peut pas organiser de funérailles pour Hedaya ni observer la traditionnelle période de deuil – les shiva – pour elle.

Au début, Ikey a affirmé qu’il hésitait à visiter les morceaux d’acier et de béton tordus du site, s’interrogeant sur les derniers instants de sa sœur.

Mais à la demande insistante d’un meilleur ami d’enfance, aujourd’hui rabbin, ils sont retournés sur le site une fois de plus pour prier ces derniers jours.

Cette fois, les décombres avaient en grande partie disparu et le site de l’effondrement était pratiquement rasé. C’est l’image à laquelle il se raccroche.

C’est beaucoup à contempler pour cet homme profondément religieux, fermement ancré dans sa foi juive. L’attente est une torture, et bien qu’il ait le cœur brisé, il n’est pas désespéré.

« Je sais que Dieu a pris soin d’elle », dit-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...