Synagogue de Halle : prison à vie requise contre un extrémiste de droite
Rechercher

Synagogue de Halle : prison à vie requise contre un extrémiste de droite

Stephan Balliet, adepte des théories racistes et antisémites avait filmé et diffusé son assaut pendant lequel il avait nié l'existence de la Shoah et s'en était pris aux juifs

Un homme armé qui serait le tireur Stephan Balliet dans une rue de Halle, en Allemagne, pendant une fusillade aux abords d'une synagogue qui a fait deux morts dans la ville, le 9 octobre 2019 (Capture d'écran/Andreas Splett/ATV-Studio Halle/AFP)
Un homme armé qui serait le tireur Stephan Balliet dans une rue de Halle, en Allemagne, pendant une fusillade aux abords d'une synagogue qui a fait deux morts dans la ville, le 9 octobre 2019 (Capture d'écran/Andreas Splett/ATV-Studio Halle/AFP)

Le parquet fédéral allemand a requis mercredi la réclusion à perpétuité, la peine maximale, à l’encontre d’un extrémiste de droite jugé pour le meurtre de deux personnes au cours d’une attaque antisémite l’an dernier contre la synagogue de Halle, dans l’est de l’Allemagne.

« L’attaque de la synagogue de Halle a été l’un des actes antisémites les plus répugnants depuis la deuxième Guerre mondiale », a fustigé le procureur fédéral Kai Lohse à Magdebourg, en Saxe-Anhalt.

C’est là que se déroule depuis mi-juillet le procès de Stephan Balliet, un Allemand de 28 ans adepte des théories racistes et antisémites qui avait filmé et diffusé en direct son assaut pendant lequel il avait nié l’existence de la Shoah et s’en était pris aux juifs.

Le verdict pourrait tomber d’ici à décembre, après les plaidoiries des plus de vingt avocats des parties civiles.

Tout au long de son procès, il n’a exprimé aucun regret concernant son attaque le 9 octobre 2019 contre l’édifice religieux de Halle, également en Saxe-Anhalt, en plein Yom Kippour, l’une des plus importantes fêtes religieuses dans le judaïsme.

Après avoir échoué dans sa tentative d’enfoncer la porte, il avait abattu une passante puis plus loin un homme dans un restaurant de kebabs, ciblé pour sa clientèle d’immigrés. La police l’avait finalement arrêté après une course-poursuite.

Capture d’écran d’une vidéo retransmise le 15 mars 2019 montre le tireur Brenton Tarrant dans une voiture avant les fusillades massives dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. (Capture d’écran : Shooter’s Video via AP)

Il s’était inspiré de Brenton Tarrant, l’auteur des attentats racistes sanglants (51 morts) commis quelques mois auparavant contre deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, qui avait également diffusé en direct ses crimes.

Selon le procureur, M. Balliet avait agi sur la base d’une « idéologie raciste, xénophobe et antisémite » pour mener une attaque non seulement contre ceux qu’il a tués mais aussi contre « la vie juive en Allemagne dans son ensemble ».

Les événements à Halle se sont apparentés à un « cauchemar » et, « à la fin de ce cauchemar, l’auteur a assassiné deux personnes et en a blessé et traumatisé de nombreuses autres », a-t-il ajouté.

Au cours du procès, l’accusé a insisté auprès du tribunal sur le fait qu' »attaquer la synagogue n’était pas une erreur ». « Ce sont mes ennemis », a-t-il dit.

Cette attaque était intervenue dans un contexte de résurgence du terrorisme d’extrême droite en Allemagne.

Un sympathisant d’extrême droite, dont le procès est toujours en cours, est accusé d’avoir assassiné en juin de la même année, à son domicile en Hesse, un élu conservateur favorable à l’accueil des migrants. En février 2020, un autre extrémiste de droite avait tué neuf personnes d’origine étrangère dans deux bars de Hanau, près de Francfort.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...