Trois hauts fonctionnaires ghanéens incarcérés pour avoir sollicité NSO
Rechercher

Trois hauts fonctionnaires ghanéens incarcérés pour avoir sollicité NSO

La Haute Cour du Ghana a estimé que l'achat du logiciel espion Pegasus, produit-signature de la firme israélienne, avait causé des pertes financières importantes au pays

Le logo de l'entreprise israélienne NSO Group sur un bâtiment où se trouvaient les bureaux de l'entreprise jusqu'à 2016 à  Herzliya. (Crédit : AP Photo/Daniella Cheslow)
Le logo de l'entreprise israélienne NSO Group sur un bâtiment où se trouvaient les bureaux de l'entreprise jusqu'à 2016 à Herzliya. (Crédit : AP Photo/Daniella Cheslow)

Un tribunal ghanéen a condamné trois anciens hauts fonctionnaires du gouvernement à des peines de prison importantes pour avoir acheté des logiciels espions à la société de surveillance israélienne controversée NSO Group, a rapporté le site d’information Cyber Scoop.

L’ancien coordinateur de la sécurité nationale Salifu Osman et le directeur général de l’autorité des télécommunications William Tetteh Tevie ont chacun été condamnés à cinq ans de prison et l’ancien président du conseil d’administration de l’autorité des télécommunications Eugene Baffoe-Bonnie a écopé pour sa part de six ans de réclusion après avoir gagné 200 000 dollars dans le contrat signé avec NSO, a indiqué le site Cyber Scoop, se référant aux médias locaux.

La Cour suprême du Ghana a estimé que les fonctionnaires avaient causé des pertes financières importantes au pays en raison de l’achat, pour 4 millions de dollars, du logiciel espion Pegasus, produit-signature du groupe NSO, écrit Cyber Scoop.

C’est la première fois, semble-t-il, qu’un fonctionnaire est incarcéré pour avoir fait affaire avec NSO.

La firme israélienne a déjà prétendu qu’il n’accordait des licences pour ses logiciels aux gouvernements que dans le cadre de la « lutte contre le crime et le terrorisme » et qu’il enquêtait sur des allégations crédibles d’utilisation abusive, mais des militants affirment que la technologie a plutôt été utilisée pour procéder à des violations des droits humains.

Trois des fondateurs de NSO – Omri Lavie, Shalev Hulio et Isaac Zack – placent leur argent personnel dans une société connue sous le nom de Founder’s Group qui a investi dans le secteur très frauduleux des options binaires, a rapporté le Times of Israël le mois dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...