Trump affirme que le Koweït pourrait bientôt normaliser ses liens avec Israël
Rechercher

Trump affirme que le Koweït pourrait bientôt normaliser ses liens avec Israël

Le président américain assure que les Koweïtiens sont "excités" par les accords entre Israël, les EAU et Bahreïn et réaffirme que "sept ou huit" États arabes veulent faire de même

Le président américain Donald Trump s'exprime devant les journalistes alors qu'il se prépare à embarquer à bord de Marine One à la Maison Blanche, le 15 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)
Le président américain Donald Trump s'exprime devant les journalistes alors qu'il se prépare à embarquer à bord de Marine One à la Maison Blanche, le 15 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Le président américain Donald Trump a affirmé vendredi, après avoir rencontré le fils de l’émir du Koweït au pouvoir, que le pays allait probablement normaliser ses relations avec Israël dans un avenir proche, suite à la démarche diplomatique entreprise par les Emirats arabes unis et le Bahreïn mardi.

Les Koweïtiens « sont tellement enthousiastes à l’idée que nous ayons fait signer ces deux premiers pays et je pense qu’ils finiront assez rapidement par les rejoindre », a déclaré M. Trump lors d’un point presse à la Maison Blanche, après avoir décerné une haute distinction au cheikh koweïtien Sabah Al Ahmad Al Sabah, que son fils aîné a acceptée en son nom.

M. Trump a réitéré qu’un certain nombre d’États arabes étaient désireux de conclure des traités avec Israël à la suite des accords historiques conclus avec les Émirats arabes unis et le Bahreïn.

« J’ai, je dirais, sept ou huit pays qui veulent en être », a assuré M. Trump. « Personne ne pensait que cela arriverait et non seulement cela arrive, mais cela arrive assez facilement. »

« J’ai reçu deux appels ce matin de pays qui veulent savoir quand ils pourront participer à l’accord. Ce n’est pas comme si nous leur donnions quoi que ce soit, mais ils veulent la sécurité, ils veulent la paix, et ils sont vraiment fatigués de se battre », a fait savoir le dirigeant américain.

Il a reconnu qu’il n’avait discuté que « très brièvement » de la question avec le cheikh koweïtien en visite, avant d’ajouter que « tout cela est maintenant un beau puzzle qui s’assemble bien. Le Moyen-Orient se redresse avec tout ce qui se passe ».

Le mois dernier, des hauts fonctionnaires koweïtiens non nommés ont rejeté la possibilité de normaliser les liens avec Israël, déclarant au journal local Al-Qabas que malgré le réchauffement des liens entre les États du Golfe et Jérusalem, le pays n’avait aucun intérêt à modifier sa politique régionale de longue date.

Trump a décerné vendredi la Légion du Mérite à Al Sabah, qui a joué un rôle central dans la résolution du boycott du Qatar par quatre pays pendant un an et qui est maintenant malade et bénéficie de soins aux Etats-Unis, a rapporté la Maison Blanche.

Les ministres des Affaires étrangères des EAU et du Bahreïn ont signé les « Accords d’Abraham » lors d’une cérémonie à la Maison Blanche avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi. Les seuls États arabes avec lesquels Israël avait auparavant des liens officiels étaient l’Égypte et la Jordanie.

Les accords ne traitent pas du conflit israélo-palestinien qui dure depuis des décennies. Alors que les EAU, Bahreïn et d’autres pays arabes soutiennent les Palestiniens, l’administration Trump a persuadé les deux pays de ne pas laisser ce conflit les empêcher d’avoir des relations normales avec Israël.

De nombreux États arabes ont été désignés comme candidats potentiels pour suivre la trace des EAU et de Bahreïn en acceptant d’établir des liens avec Israël, notamment le Maroc, le Soudan et Oman.

L’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, assiste à l’ouverture du 30e Sommet arabe à Tunis, en Tunisie, le 31 mars 2019. (Crédit : Fethi Belaid / photo de Pool via AP)

L’Arabie saoudite, poids lourd régional, est restée entre-temps non engagée, réitérant son soutien à l’Initiative de paix arabe, une proposition qu’elle a défendue en 2002 et qui promet à Israël des liens diplomatiques complets avec l’ensemble du monde musulman en échange de la création d’un État palestinien basé sur les lignes de 1967.

L’ambassadeur du Qatar aux Etats-Unis a déclaré mercredi que son pays, qui est situé dans le Golfe mais qui est souvent en désaccord avec ses voisins, n’aurait aucun problème à normaliser ses relations avec Israël après qu’une solution à deux Etats aura été trouvée au conflit israélo-palestinien.

Après la cérémonie de signature de mardi, le président américain avait annoncé qu’il s’attendait à ce que « sept, huit ou neuf » pays supplémentaires normalisent leurs liens avec Israël, dont l’Arabie saoudite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...