Trump courtise les Juifs républicains avec des stéréotypes antisémites grossiers
Rechercher

Trump courtise les Juifs républicains avec des stéréotypes antisémites grossiers

A voir : « Vous n'allez pas me soutenir parce que je ne veux pas de votre argent », a affirmé le candidat républicain

Le candidat aux primaires du parti républicains en vue des élections présidentielles, Donald Trump, pendant son discours au Republican Jewish Coalition 2016 à Washington, le 3 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)
Le candidat aux primaires du parti républicains en vue des élections présidentielles, Donald Trump, pendant son discours au Republican Jewish Coalition 2016 à Washington, le 3 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)

WASHINGTON – Le candidat républicain aux primaires du parti républicain en vue des présidentielles américaines, Donald Trump, a invoqué jeudi une série de stéréotypes sur les Juifs considérés comme étant insultants et antisémites lors d’un discours adressé aux républicains juifs.

« Je suis un négociateur comme vous les gars, vous étiez des négociateurs », a déclaré le candidat controversé à son auditoire à la Republican Jewish Coalition, alors qu’il expliquait qu’il négocierait un accord nucléaire avec l’Iran plus fort que celui conclu plus tôt cette année. À un autre moment de son discours, il a dit : « Y a-t-il quelqu’un dans cette salle qui ne négocie pas les offres ? Probablement plus que toutes les salles dans lesquelles je n’ai jamais parlé ».

Son discours était le dernier d’une série d’allocutions pendant lesquelles les autres candidats républicains se sont vantés de leurs convictions pro-israéliennes et de leurs liens étroits avec la communauté juive américaine.

Bien que Trump a bien réaffirmé ses liens étroits avec son « ami » le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le public n’a pas été tolérant face aux tentatives du magnat de ne pas répondre aux questions sur Jérusalem.

Interrogé sur sa position sur l’unification de la capitale israélienne, Trump a refusé de – comme la plupart des candidats républicains l’ont fait – déclarer la ville comme la capitale éternelle de l’Etat juif et a été de ce fait hué.

Cependant, l’audience n’a pas réagi de manière négative quand Trump leur a dit : « Vous n’allez pas me soutenir, même si vous savez que je suis la meilleure chose qui puisse arriver à Israël. Et je le suis ».

Il a poursuivi en évoquant les stéréotypes sur les juifs relatifs à l’argent et au contrôle, « et je sais pourquoi vous n’allez pas me soutenir. Vous n’allez pas me soutenir parce que je ne veux pas de votre argent. N’est-ce pas fou ? ».

Selon l’AP, il a ajouté : « Vous voulez contrôler votre propre politique ».

Le candidat aux primaires du parti républicains en vue des élections présidentielles, Donald Trump, pendant son discours au Republican Jewish Coalition 2016 à Washington, le 3 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)
Le candidat aux primaires du parti républicains en vue des élections présidentielles, Donald Trump, pendant son discours au Republican Jewish Coalition 2016 à Washington, le 3 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)

Trump est revenu sur les commentaires qu’il a faits mercredi où il suggérait que les Israéliens pourraient sacrifier plus que ce qu’ils avaient déjà sacrifier pour le bien de la paix.

« Cela doit être dit, Israël a donné beaucoup », a-t-il reconnu.

« Je ne sais pas si oui ou non, ils veulent aller vers cette dernière étape, vous le savez, et que ça va être à eux [de le faire]. Mais Israël n’a pas reçu le crédit qu’ils méritent pour ce qu’ils ont fait, je vais le dire. Je vais le dire ». Dans le même temps, il a ajouté qu’il ne savait pas « si Israël a la volonté de passer [un accord avec les Palestiniens] »ou « si l’autre partie a l’engagement de le faire ».

Trump, qui s’est déjà demandé si le président Barack Obama était un citoyen né américain, a également réitéré son insinuation que le président cachait quelque chose, ce qui impliquerait que peut-être, il serait un crypto-musulman [une personne de confession musulmane qui se présente comme étant d’une autre religion].

« Le terrorisme islamique radical – nous avons un président qui refuse d’utiliser ce terme », s’est-il plaint. « Il y a quelque chose qui se passe avec lui que nous ne savons pas ».

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=JAezOirl-gA

Plus tôt jeudi, le chef du Parti républicain en Israël a déclaré que Trump ne devrait pas être le président des États-Unis. Au micro de la radio militaire, Marc Zell a déclaré que les électeurs américains devraient reconnaitre que le candidat ne possédait pas les qualités nécessaires pour diriger son pays.

« Les électeurs savent que pour diriger les États-Unis, vous avez besoin de plus que d’une personne qui en sait plus que sur la façon de vendre des produits, avec tout le respect dû à Donald Trump, et tout ce qu’il a accompli dans sa carrière », a déclaré Zell.

« Pour moi, il ne peut pas être le président des Etats-Unis ».

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...