Trump critique les démocrates après le report d’un vote sur l’antisémitisme
Rechercher

Trump critique les démocrates après le report d’un vote sur l’antisémitisme

Le président américain a dénoncé "les démocrates de la Chambre" des représentants qui "ne prennent pas une position plus ferme contre l'antisémitisme"

Le président américain Donald Trump prononce son discours sur l'état de l'Union lors d'une session conjointe du Congrès au Capitole à Washington, DC, sous la surveillance du vice-président Mike Pence, le 5 février 2019. (AP Photo/Andrew Harnik)
Le président américain Donald Trump prononce son discours sur l'état de l'Union lors d'une session conjointe du Congrès au Capitole à Washington, DC, sous la surveillance du vice-président Mike Pence, le 5 février 2019. (AP Photo/Andrew Harnik)

Le président américain Donald Trump a vivement critiqué mercredi l’opposition démocrate, qui délibère depuis plusieurs jours de la meilleure façon de répondre aux propos controversés d’une de leurs élues musulmanes sur le soutien à Israël.

« C’est une honte que les démocrates de la Chambre » des représentants « ne prennent pas une position plus ferme contre l’antisémitisme », a tweeté le président républicain. « L’antisémitisme a poussé à commettre des atrocités tout au long de l’histoire et il est inconcevable qu’ils n’agissent pas pour le condamner ! »

Ilhan Omar, seule parlementaire à porter le voile islamique et l’une des deux premières femmes musulmanes à siéger au Congrès américain, a dénoncé la semaine dernière le fait que certains lobbies poussaient à faire « allégeance à un pays étranger » – l’un des tropes utilisés le plus souvent par les antisémites.

Elle faisait référence à Israël et Aipac, un puissant lobby pro-israélien aux Etats-Unis.

Ces déclarations ont indigné des parlementaires des deux partis, qui ont estimé qu’elles rappelaient les vieilles accusations antisémites de « double loyauté ».

D’autant plus qu’en février, Ilhan Omar avait déjà provoqué un tollé en affirmant que l’Aipac finançait « les responsables politiques américains pour être pro-Israël ». Des propos qui piochaient dans « la rhétorique antisémite de ‘l’argent juif' », avait notamment dénoncé un démocrate, Eliot Engel.

Elle s’était alors excusée « sans équivoque ». Mais pas cette fois.

En réponse à la polémique, les chefs démocrates avaient prévu de soumettre au vote, en principe mercredi, une résolution dénonçant l’antisémitisme à la chambre basse, où ils détiennent la majorité.

Mais des parlementaires démocrates se sont indignés, estimant selon eux qu’Ilhan Omar était particulièrement critiquée parce que femme, noire et musulmane.

Pourquoi ne pas aussi condamner les insultes islamophobes dont a fait l’objet l’élue; ou encore Donald Trump, qui avait déclaré voir des gens biens « des deux côtés » après des manifestations anti-racistes et de néo-nazis à Charlottesville (Virginie) en 2017 ?, ont-il avancé.

Face à la fronde, les dirigeants démocrates ont finalement indiqué mercredi qu’aucune date n’avait été encore fixée pour le vote sur la résolution, encore en cours de rédaction.

Ilhan Omar et Rashida Tlaib, l’autre élue musulmane au Congrès, sont au centre d’une polémique depuis qu’elles ont annoncé leur soutien au mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions). La campagne appelle au boycottage économique, culturel ou scientifique d’Israël pour protester contre l’occupation des territoires palestiniens. Certains accusent le BDS d’être une forme d’antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...