Trump : Les propos d’Ilhan Omar marquent « un jour sombre pour Israël »
Rechercher

Trump : Les propos d’Ilhan Omar marquent « un jour sombre pour Israël »

Les groupes juifs ont écrit un courrier demandant le départ de la démocrate musulmane américaine de la puissante commission des Relations étrangères de la chambre

La représentante Ilhan Omar, Démocrate Minnesota, arrive pour le discours de l'Etat de l'union du président américain Donald Trump lors d'une session conjointe du congrès au Capitole, à Washington, le 5 février 2019 (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)
La représentante Ilhan Omar, Démocrate Minnesota, arrive pour le discours de l'Etat de l'union du président américain Donald Trump lors d'une session conjointe du congrès au Capitole, à Washington, le 5 février 2019 (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

Le président américain Donald Trump a évoqué lundi les propos tenus récemment par la représentante démocrate Ilhan Omar — qui ont été qualifiés d’antisémites et ont amené les groupes juifs à réclamer rapidement son éviction d’une puissante commission du sénat – en disant qu’ils marquaient « un jour sombre pour Israël ».

La semaine dernière, Omar, du Minnesota, a accusé les militants et les députés pro-israéliens « d’allégeance envers un pays étranger ». Le trope antisémite portant sur une double loyauté présumée des Juifs est commun.

« La représentante Ilhan Omar est à nouveau sous le feu des critiques pour ses terribles propos concernant Israël », a écrit Trump sur Twitter. « Les groupes juifs viennent d’envoyer une pétition à la présidente Pelosi, lui demandant le départ d’Omar de la commission des Relations étrangères. Un jour sombre pour Israël ! »

Onze groupes juifs – parmi eux le National Council for Young Israel et l’organisation Endowment for Middle East Truth – ont transmis lundi une requête à la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi demandant qu’elle « écarte immédiatement » Omar de la commission.

Le président américain Donald Trump s’exprime lors d’une réunion du cabinet à la Maison Blanche, le 2 janvier 2019, à Washington. (Evan Vucci/AP)

Une copie de la demande qui a également été envoyée au représentant démocrate Eliot Engel, qui dirige la commission, a été publiée dans le journal Washington Free Beacon.

« Au vu des récents tweets et déclarations antisémites de la représentante Ilhan Omar… nous, organisations signataires, vous demandons de la déchoir immédiatement de son statut de membre de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre », dit le courrier.

« Nous espérons que vous continuerez à démontrer votre attachement aux normes de haute moralité de votre fonction en écartant la représentante Omar – une femme qui a exhibé de manière répétée une partialité forte contre l’Etat d’Israël et le peuple juif – de cette commission d’une si grande importance et d’une telle sensibilité. »

Omar avait déclaré mercredi dernier durant un rassemblement à Washington : « je veux évoquer l’influence politique dans ce pays qui prétend qu’il est acceptable que certains prônent l’allégeance à un pays étranger ».

Elle avait plus tard défendu ses paroles alors qu’elle était critiquée par d’importants représentants démocrates juifs de la Chambre en écrivant sur Twitter, lundi, que « on me dit tous les jours que je suis anti-américaine si je ne suis pas pro-Israël. Je trouve ça problématique et je ne suis pas la seule. Il se trouve que j’ai envie d’en parler et de m’ouvrir aux attaques ».

En réaction aux interventions d’Omar, les démocrates de la chambre des représentants feront avancer mercredi une résolution condamnant l’antisémitisme.

Les démocrates ont élaboré au cours du week-end une résolution avec ce message, selon un conseiller démocrate qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, le document n’ayant pas été diffusé. Le texte n’était pas encore définitif lundi après-midi.

Répondant vendredi à ses commentaires, Engel a appelé Omar à présenter ses excuses pour son « infâme insulte antisémite ».

Omar, démocrate du Minnesota, est accusée d’employer des tropes antisémites depuis son élection en raison de ses critiques d’Israël et du rôle joué par les soutiens de l’Etat juif à Washington. Le mois dernier, elle avait présenté ses excuses après avoir été condamnée par des personnalités émanant de l’ensemble de la sphère politique américaine pour un tweet qui suggérait que le soutien apporté par le Congrès à Israël résultait de l’argent versé par la communauté juive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...