Trump met en garde les dirigeants iraniens : « Ne tuez pas vos manifestants ! »
Rechercher

Trump met en garde les dirigeants iraniens : « Ne tuez pas vos manifestants ! »

Les médias sociaux montrent des centaines de personnes lors de rassemblements contre le pouvoir iranien; les manifestants refusent de piétiner les drapeaux américains et israéliens

Capture d'écran d'une vidéo montrant apparemment des manifestants anti-régime iraniens refusant de marcher sur les drapeaux américain et israélien lors d'une manifestation dans une université de Téhéran, le 12 janvier 2020. (Twitter)
Capture d'écran d'une vidéo montrant apparemment des manifestants anti-régime iraniens refusant de marcher sur les drapeaux américain et israélien lors d'une manifestation dans une université de Téhéran, le 12 janvier 2020. (Twitter)

Des manifestants se sont rassemblés dans les rues en Iran dimanche pour une deuxième journée de manifestations contre le régime, suite à l’admission tardive par les dirigeants iraniens qu’ils ont accidentellement abattu un avion de ligne ukrainien la semaine dernière, tuant les 176 personnes à bord.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés en divers endroits du pays, notamment devant une université de Téhéran, comme l’ont montré des messages sur les médias sociaux.

Des vidéos ont également montré une foule de plusieurs centaines de personnes à l’université refusant de piétiner les grands drapeaux américains et israéliens qui avaient été déposés sur le parcours de la marche. Ceux qui ont marché sur les drapeaux ont été réprimandés par d’autres manifestants, a rapporté le quotidien Haaretz. La vidéo n’a pas permis d’identifier l’université concernée.

« Ils mentent en disant que notre ennemi est l’Amérique ; notre ennemi est juste ici », ont scandé quelques manifestants à Téhéran, selon une dépêche de l’agence Reuters.

Les médias iraniens ont rapporté que d’autres manifestants pro-régime ont convergé vers l’ambassade britannique à Téhéran, apparemment pour demander sa fermeture après que l’ambassadeur britannique Rob Macaire ait été arrêté la nuit précédente à la suite d’une autre manifestation anti-régime.

Rob Macaire, le 12 mars 2018. (Crédit : Gouvernement britannique / Wikipedia)

Macaire a été temporairement arrêté peu après avoir quitté une veillée pour les victimes de la catastrophe aérienne tenue à l’Université Amir Kabir de Téhéran, qui s’est transformée en une manifestation au cours de laquelle des centaines de personnes ont protesté contre les dirigeants et l’armée du pays.

Il a depuis été convoqué par les autorités iraniennes pour expliquer ce qu’il faisait lors de la manifestation, a rapporté le radiodiffuseur public Kan.

Macaire a tweeté qu’il a assisté à la cérémonie commémorative et qu’il est parti avant que celle-ci ne devienne une manifestation contre le régime.

L’arrestation a déclenché des protestations diplomatiques, Londres la qualifiant de violation du droit international et le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, ajoutant sa voix au chœur des condamnations.

« Très préoccupé par la détention temporaire de l’ambassadeur du Royaume-Uni @HMATehran en Iran. Le plein respect de la convention de Vienne est indispensable. L’UE appelle à la désescalade et à un espace pour la diplomatie », a tweeté M. Borrell.

Des manifestants pro-régime iraniens ont mis le feu à un Union Jack devant l’ambassade britannique à Téhéran, la capitale de l’Iran, le 12 janvier 2020, suite à l’arrestation de l’ambassadeur britannique pour avoir assisté à une manifestation illégale. (Crédit : ATTA KENARE/AFP)

L’agence de presse iranienne Mehr a déclaré que Macaire avait été arrêté pour sa prétendue « implication dans la provocation d’actes suspects » lors du rassemblement.

Dimanche, des tensions sont à nouveau apparues dans les rues de la capitale, avec une forte présence policière autour de l’emblématique place Azadi au sud du centre.

Des policiers anti-émeute armés de canons à eau et de bâtons ont été vus aux universités Amir Kabir, Sharif et Téhéran, ainsi qu’à la place Enqelab. Une cinquantaine de miliciens Basij brandissant des pistolets de paintball, potentiellement pour marquer les manifestants auprès des autorités, ont également été vus près d’Amir Kabir.

Le président américain Donald Trump a de nouveau mis en garde dimanche l’Iran contre la répression des manifestations, mais son ministre de la Défense a assuré qu’il était prêt à discuter avec les dirigeants de la République islamique.

« NE TUEZ PAS VOS MANIFESTANTS », a-t-il tweeté, au lendemain d’un premier message qui exhortait le régime de Téhéran à ne pas commettre « un autre massacre de manifestants pacifiques ».

La police iranienne a dispersé samedi des rassemblements d’étudiants dans la capitale iranienne à la mémoire des 176 victimes tuées dans la destruction d’un avion de ligne, mercredi, abattu « par erreur » par l’armée.

« Des milliers de personnes ont déjà été tuées ou emprisonnées par vous, et le monde vous regarde », a écrit Donald Trump. « Plus important, les Etats-Unis regardent. »

Le locataire de la Maison-Blanche faisait référence aux manifestations qui avaient éclaté mi-novembre en Iran après l’annonce d’une forte augmentation du prix de l’essence, faisant plus de 300 morts, selon l’ONG Amnesty International.

La mise en garde du président américain intervient dans un contexte très tendu entre Etats-Unis et Iran, marqué par une escalade depuis l’élimination par les Américains, le 3 janvier, du puissant général Qassem Soleimani.

Mercredi, les forces armées iraniennes ont tiré des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak, sans faire de victimes.

Malgré les tensions, le président américain est toujours prêt à discuter avec l’Iran « sans condition préalable », a déclaré dimanche le ministre américain de la Défense Mark Esper.

Les Etats-Unis sont prêts à évoquer avec la République islamique « une nouvelle voie, une série de mesures qui feraient de l’Iran un pays plus normal », a expliqué le chef du Pentagone sur la chaîne CBS.

Séance d’information du Parlement

Le commandant en chef du Corps des Gardiens de la Révolution islamique d’Iran a informé le Parlement en séance privée dimanche, un jour après que les forces armées aient déclaré qu’un avion de ligne ukrainien avait été abattu par erreur, dans un aveu qui a déclenché la manifestation de colère.

L’armée a reconnu samedi que l’avion d’Ukraine International Airlines avait été abattu par erreur mercredi, tuant les 176 personnes à bord, après avoir nié pendant des jours les affirmations occidentales selon lesquelles il aurait été abattu par un missile.

La majorité des personnes à bord du Boeing 737, qui s’est écrasé dans un champ peu après le décollage de Téhéran, étaient des Iraniens et des Canadiens, et beaucoup étaient des étudiants.

Des secouristes fouillent la zone où un avion ukrainien s’est écrasé à Shahedshahr, au sud-ouest de la capitale Téhéran, en Iran, le 8 janvier 2020. (Crédit : AP / Ebrahim Noroozi)

Les dirigeants du monde entier ont accueilli avec satisfaction les aveux de l’Iran, et le Premier ministre canadien Justin Trudeau et d’autres ont également demandé une enquête complète et transparente.

L’avion à destination de Kiev a été abattu à un moment où les forces armées iraniennes étaient en état d’alerte renforcée après avoir lancé une salve de missiles sur les troupes américaines stationnées dans les bases militaires irakiennes.

L’Iran avait juré de prendre une « sévère revanche » pour l’attaque d’un drone américain le 3 janvier qui a tué Qassem Soleimani, le chef du bras des opérations étrangères des Gardiens de la Révolution.

Manifestation étudiante

Le commandant en chef des Gardiens, le général de division Hossein Salami, a présenté au Parlement un exposé sur l’assassinat du général, les représailles de l’Iran et l’abattage de l’avion de ligne, a déclaré l’agence de presse semi-officielle ISNA.

À la fin de la session, l’orateur Ali Larijani a demandé à la commission de sécurité et de politique étrangère du Majles d’examiner la catastrophe aérienne et comment éviter que de tels incidents ne se reproduisent, a déclaré l’ISNA.

Le commandant des Gardiens de la Révolution iranienne, le général de division Hossein Salami, s’exprime lors d’un rassemblement pro-gouvernemental sur la place centrale Enghelab de la capitale Téhéran, le 25 novembre 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

Samedi, le président Hassan Rouhani a déclaré qu’une enquête militaire sur la tragédie avait révélé que des « missiles tirés par erreur humaine » avaient abattu le Boeing 737.

Le commandant de la Force aérospatiale de l’armée des Gardiens de la Révolution islamique, le général Amirali Hajizadeh, en a accepté l’entière responsabilité.

Appels à des licenciements

Les journaux ont demandé des démissions et des limogeages à cause de la gestion de la catastrophe aérienne.

Sazandegi, une publication conservatrice modérée, a également présenté ses excuses à ses lecteurs pour avoir fait confiance aux sources officielles sur la question.

« Excusez-vous, démissionnez », disait le titre principal du quotidien réformiste Etemad.

« Impardonnable », a déclaré le journal gouvernemental Iran, qui a publié tous les noms de ceux qui sont morts dans la catastrophe aérienne avec l’image de la queue d’un avion noir.

Kayhan, un quotidien de la ligne dure, dirigé sous les « ordres stricts » du chef suprême, a suivi le « douloureux incident de l’accident d’avion ».

Alors que la colère du public grandissait, la télévision d’État a diffusé des interviews de personnes qui, selon elle, « n’ont pas oublié tout ce que les Gardiens ont fait pour le pays ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...