Trump n’est plus le « leader moral » du monde libre – Conseil de l’Europe
Rechercher

Trump n’est plus le « leader moral » du monde libre – Conseil de l’Europe

La séparation des enfants de leurs parents sans-papiers, pour beaucoup fuyant la violence en Amérique centrale, fait scandale dans le monde

(Archives) Photo prise le 10 décembre 2010. Le président de la Commission Nobel Thorbjorn Jagland lors d'une cérémonie à Oslo devant la photo du lauréat du prix Nobel de la Paix,  Liu Xiaobo, décédé le 13 juillet 2017. (Crédit : AFP PHOTO / NTB Scanpix / Heiko JUNGE / Norway OUT)
(Archives) Photo prise le 10 décembre 2010. Le président de la Commission Nobel Thorbjorn Jagland lors d'une cérémonie à Oslo devant la photo du lauréat du prix Nobel de la Paix, Liu Xiaobo, décédé le 13 juillet 2017. (Crédit : AFP PHOTO / NTB Scanpix / Heiko JUNGE / Norway OUT)

Donald Trump n’est plus le « leader moral » de la planète et « ne peut plus parler au nom du monde libre », a estimé mercredi le secrétaire général du Conseil de l’Europe, en réaction à la séparation des enfants de migrants du reste de leurs familles.

« Ce qui se passe à la frontière (américano-mexicaine, ndlr) où il sépare les enfants de leurs parents est un signe qu’il n’est plus le leader moral de son pays ou de la planète », a déclaré Thorbjørn Jagland à la chaîne norvégienne TV2 à l’occasion d’un déplacement à Moscou.

« Tout ce qu’il fait l’exclut du rôle que les présidents américains ont toujours eu », a-t-il ajouté. « Il ne peut plus parler au nom de ce qu’on appelle le monde libre ».

La séparation des enfants de leurs parents sans-papiers, pour beaucoup fuyant la violence en Amérique centrale, fait scandale aux États-Unis, et a déclenché une pluie de critiques à l’encontre de Donald Trump.

Interrogé sur le retrait américain du Conseil des droits de l’homme de l’ONU (CDH), M. Jagland a aussi affirmé que « ce n’était pas inattendu ».

« Ce n’est qu’un exemple supplémentaire qui montre qu’il ne veut pas de traités internationaux ni d’organisations internationales basées sur la coopération », a-t-il expliqué.

Les États-Unis ont annoncé mardi qu’ils se retiraient de l’organisation basée à Genève, qu’ils accusent d’ « hypocrisie » et de parti-pris contre Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...