Rechercher

Tsahal a frappé des sites du Hamas lors de deux raids nocturnes

Lors du plus grand échange de tirs depuis la guerre de 2021, Tsahal affirme avoir ciblé un poste militaire du Hamas, un site souterrain de fabrication de roquettes

Des flammes et de la fumée montent lors des frappes aériennes israéliennes dans le centre de la bande de Gaza, le 21 avril 2022. (Crédit: Bashar Taleb / AFP)
Des flammes et de la fumée montent lors des frappes aériennes israéliennes dans le centre de la bande de Gaza, le 21 avril 2022. (Crédit: Bashar Taleb / AFP)

Tsahal a effectué deux raids aériens à Gaza après minuit jeudi en réponse à de semblables tirs de roquettes et de missiles anti-aériens lancés depuis l’enclave dirigée par le Hamas au cours de ce qui semblait être la nuit la plus tendue dans la bande depuis la guerre de 11 jours de mai dernier.

Au cours de l’échange, Tsahal a déclaré que son système de défense antimissile Dôme de Fer avait intercepté une salve de roquettes dans ce qui semblait initialement être le signe d’une escalade significative. Mais à la fin de la nuit, l’armée a confirmé qu’une seule roquette avait été tirée sur Israël au cours de l’échange.

Ce lancement a eu lieu vers 22h30 mercredi soir, des éclats d’obus ont frappé une voiture en stationnement et un mur près d’une maison dans la ville de Sderot. Des centaines de roulements à billes chargés dans la roquette ont été retrouvés sur les lieux.

Moins de trois heures plus tard, Tsahal a déclaré avoir riposté par des frappes aériennes dans le centre de Gaza visant un poste militaire ainsi qu’un complexe de tunnels « contenant des produits chimiques bruts utilisés pour la fabrication de moteurs de roquette ». Tsahal a affirmé que sa frappe avait porté un coup dur au processus de production de roquettes à Gaza.

Pour la deuxième fois cette semaine, l’armée a déclaré que le Hamas avait ciblé ses avions avec des missiles anti-aériens lors du raid.

En réponse, Tsahal a déclaré avoir lancé un raid ultérieur visant un complexe utilisé par la force de défense aérienne du Hamas.

Au cours de ce deuxième raid vers 2h du matin, des coups de feu ont été tirés et ont déclenché des sirènes d’alerte rouge ainsi que le Dôme de Fer, dont les missiles intercepteurs Tamir qui ont illuminé le ciel dans ce qui semblait être l’interception de plusieurs roquettes.

Après avoir initialement annoncé l’interception de quatre roquettes, Tsahal a publié une déclaration à 5h45 du matin précisant que ce qui avait déclenché le Dôme de Fer était des coups de feu, et non des roquettes. L’armée a ajouté qu’elle cherchait à savoir ce qui avait causé le dysfonctionnement.

Quinze minutes plus tôt, l’armée a déclaré que les terroristes de Gaza avaient cherché à lancer une autre roquette sur Israël mais que le projectile avait atterri à l’intérieur de la bande. Il a réussi à déclencher des sirènes d’alerte rouge dans une zone dégagée près d’une ville frontalière de Gaza, mais nulle part ailleurs.

Aucun Israélien n’a été directement blessé par les tirs de roquettes plus tôt dans la nuit, mais trois personnes ont été légèrement blessées lors de chutes survenues alors qu’elles couraient vers des abris anti-bombes. Tous ont été évacués vers le centre médical Barzilai d’Ashkelon pour y être soignés avant d’être libérés peu de temps après, selon l’hôpital.

Un missile du système de défense antiaérien du Dôme de Fer éclaire le ciel de la bande de Gaza, le 21 avril 2022. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Aucun groupe de Gaza n’a revendiqué l’un ou l’autre des tirs de la nuit, comme cela avait été le cas après le premier lancement de roquettes de la semaine lundi soir. Cependant, plusieurs médias citant des responsables de la sécurité israélienne ont désigné le Jihad islamique palestinien, rival du Hamas, comme responsable des tirs de roquettes de lundi.

Quoi qu’il en soit, Tsahal a répondu au premier lancement de roquettes de la semaine par un raid aérien visant un certain nombre de sites militaires du Hamas à Gaza, dont un utilisé par le Hamas pour fabriquer des armes.

L’armée a déclaré jeudi matin qu’elle tenait le Hamas pour responsable de ce qui se passe dans la bande de Gaza, s’en tenant à sa justification de longue date pour cibler des postes appartenant au groupe au pouvoir en réponse aux tirs de roquettes, que ses combattants étaient derrière les lancements ou non.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qasim, a déclaré jeudi matin que « le bombardement de Gaza augmentera la persistance de notre peuple et sa résistance à poursuivre la lutte et à intensifier le soutien et l’aide à notre peuple à Jérusalem ».

Les attaques à la roquette de cette semaine ont mis fin à une période de calme de près de quatre mois à la frontière de Gaza. Les tirs de roquettes de mercredi ont eu lieu à la fin d’une journée chargée de tension à Jérusalem, où les nationalistes israéliens ont été empêchés par la police de franchir la porte de Damas de la Vieille Ville, un point de rassemblement populaire pour les Palestiniens à Jérusalem-Est. Le Hamas avait menacé d’attaquer si la marche avait lieu.

Ces derniers jours ont vu de violents affrontements entre des émeutiers palestiniens et la police sur le mont du Temple à Jérusalem, faisant des dizaines de blessés palestiniens et plusieurs blessés parmi les policiers.

Le Hamas et d’autres groupes terroristes basés à Gaza ont à plusieurs reprises invoqué le lieu saint comme une ligne rouge. Les actions de la police pour y réprimer les émeutes l’année dernière ont été parmi les déclencheurs d’une guerre de 11 jours à Gaza en mai dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...