Tsahal arrête 7 pêcheurs de Gaza qui se sont éloignés de la côte
Rechercher

Tsahal arrête 7 pêcheurs de Gaza qui se sont éloignés de la côte

Les hommes qui étaient à bord du navire seraient revenus à terre avec les forces navales israéliennes après avoir dépassé la limite de 9 miles nautiques

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Des pêcheurs palestiniens assis dans leur barque à proximité du rivage de Rafah, au sud de Gaza ; un bateau de police israélien apparaît au loin, le 26 mars 2014. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Des pêcheurs palestiniens assis dans leur barque à proximité du rivage de Rafah, au sud de Gaza ; un bateau de police israélien apparaît au loin, le 26 mars 2014. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Sept pêcheurs de Gaza ont été arrêtés dans la nuit de mercredi par la marine israélienne, au large de la côte nord de la bande de Gaza, selon des sources médiatiques palestiniennes.

Le chef du syndicat des pêcheurs de Gaza, Nizar Ayyash, a déclaré à l’agence d’information Maan que les hommes étaient tous à bord d’un bateau de pêche qui a été arrêté et ramené au rivage par Tsahal.

L’unité du porte-parole de Tsahal n’a pas pu confirmer immédiatement les arrestations et a dit que les rapports étaient en cours d’étude.

Israël a imposé un blocus de huit ans sur la bande de Gaza par crainte de la contrebande d’armes et interdit la pêche au-delà de neuf miles nautiques (16 kilomètres) au large des côtes. Les bateaux dépassant cette limite s’exposent au risque d’être considéré comme suspect, et de se faire tirer dessus comme sur des navires faisant de la contrebande d’armes.

L’armée israélienne a intercepté un certain nombre de navires passant des armes de contrebande dans le passé et accuse le Hamas de « tirer profit » d’un récent changement dans la politique augmentant la limite de pêche jusqu’alors de six miles nautiques.

En avril, la marine israélienne a arrêté au large de la côte de Gaza un contrebandier affilié au Hamas qui est accusé d’apporter des armes et des matériaux de construction illégaux dans la bande.

Salim Jamal Hassan Naman, résident du camp de réfugiés d’al-Shati, a admis lors des interrogatoires qu’il avait été impliqué dans une opération de contrebande navale pendant un certain temps et avait contribué à faire rentrer des armes et des « matériaux utilisés dans la production de roquettes, comme de la résine de fibre de verre », a déclaré le service de sécurité.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...