Tsahal arrête plusieurs membres du Hamas en Cisjordanie
Rechercher

Tsahal arrête plusieurs membres du Hamas en Cisjordanie

Un ancien ministre palestinien a notamment été arrêté ; l'armée sera aux célébrations palestiniennes prévues ce week-end pour marquer l'anniversaire de la fondation du Hamas

L'armée israélienne affronte des manifestants palestiniens à Hébron, en Cisjordanie, le 9 décembre 2019. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
L'armée israélienne affronte des manifestants palestiniens à Hébron, en Cisjordanie, le 9 décembre 2019. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Les forces de l’ordre israéliennes ont arrêté des dizaines de membres du groupe terroriste palestinien du Hamas lors d’un raid à Hébron et dans les alentours, en Cisjordanie selon les médias jeudi matin.

Ces arrestations étaient une mesure préventive en amont des célébrations palestiniennes qui auront lieu ce week-end pour marquer l’anniversaire de la fondation du Hamas en 1987, selon les médias israéliens qui citent l’armée.

Les autorités israéliennes n’ont pas répondu à la demande de commentaire du Times of Israël.

Le site al-Rai, affilié au Hamas, a rapporté que des « sources locales » non-identifiées ont indiqué qu’Issa al-Jabari, ancien ministre du gouvernement local du Hamas, et Abdel Khaliq, cadre du Hamas, avaient été arrêtés.

Jamal al-Natsheh, Jawad al-Natsheh, Amr Qawasmi et Mazen al-Natsheh, ont également été arrêtés, selon al-Rai.

Des affrontements ont éclaté entre les forces de sécurité et les Palestiniens lors des arrestations, mais aucun blessé n’a été signalé, selon les médias israéliens.

Adbel Latif al-Qanou, porte-parole du Hamas, a déclaré au site Sawa, basé à Gaza, que ces arrestations sont « une tentative avortée de nuire aux jeunes et à la base du Hamas et de briser la volonté de ses dirigeants ».

Dans le cadre des préparatifs des troubles attendus dans les prochains jours, la sécurité a été renforcée en Cisjordanie et le long de la zone frontalière de Gaza.

Un manifestant palestinien lance des pierres en utilisant une fronde lors d’affrontements avec des soldats israéliens le long de la frontière avec Israël, à l’est de Bureji, dans le centre de la bande de Gaza, le 6 décembre 2019. (Photo par MAHMUD HAMS / AFP)

Le Hamas est le dirigeant de facto dans la bande de Gaza, mais il maintient une présence moins importante en Cisjordanie, qui est dirigée par son rival le Fatah.

L’appareil israélien de coopération en matière de sécurité avec l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah comprend souvent des opérations de répression contre le Hamas, qui aurait l’intention de renforcer sa présence en Cisjordanie en organisant des élections palestiniennes au début de l’année prochaine.

Israël et le Hamas maintiennent un fragile cessez-le-feu non officiel le long de la barrière de sécurité avec la bande de Gaza, qui a connu de fréquents épisodes de violence, y compris des frappes de représailles contre les cibles du Hamas dimanche en réponse à trois tirs de roquettes menés depuis le territoire palestinien vers Israël.

Ces accords concernaient la levée par Israël des restrictions à la circulation des biens et des personnes à l’entrée et à la sortie de Gaza en échange du maintien par le Hamas et d’autres groupes terroristes dans l’enclave côtière du calme relatif dans la région frontalière.

Vendredi dernier, les manifestations palestiniennes le long de la barrière ont repris après une interruption de trois semaines suite à un épisode de tensions entre l’armée israélienne et le Jihad islamique palestinien, le deuxième groupe terroriste à Gaza, le mois dernier.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi a déclaré vendredi qu’Israël avait une « occasion particulière » de parvenir à un cessez-le-feu à long terme avec les groupes terroristes dans la bande de Gaza, alors même que les Palestiniens de l’enclave ont repris les manifestations hebdomadaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...