Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Tsahal frappe des cellules du Hezbollah au nord ; Gallant visite la région

Israël dit avoir répondu à des tirs de roquettes en provenance du Liban dans la matinée ; le ministre de la Défense met en garde Hassan Nasrallah contre une "erreur"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des panaches de fumée s’élevant près du village libanais de Rmeish après des frappes aériennes israéliennes le 4 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des panaches de fumée s’élevant près du village libanais de Rmeish après des frappes aériennes israéliennes le 4 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un jour après que le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé un discours dans lequel il a menacé Israël, mais n’a pas agi pour intensifier les combats le long de la frontière libanaise, l’armée israélienne a continué à se heurter au groupe terroriste samedi.

Des sirènes de roquettes ont retenti samedi matin dans un certain nombre de communautés israéliennes en Haute Galilée, près de la frontière libanaise. Un certain nombre de roquettes ont également été tirées depuis le Liban sur la région de Rosh HaNikra. Ces attaques n’ont pas fait de victimes, la plupart des communautés de la zone frontalière ayant été évacuées. Aucun dégât n’a été signalé non plus.

Ces alertes ont été lancées alors que le Hezbollah et les factions terroristes palestiniennes qui lui sont alliées ont lancé des attaques répétées à la roquette et au missile depuis le sud du Liban sur le nord d’Israël.

L’armée a déclaré avoir frappé deux cellules d’agents terroristes dans le sud du Liban, alors qu’elles prévoyaient d’ouvrir le feu sur Israël, éventuellement avec des missiles guidés antichars. Tsahal a également déclaré avoir frappé un poste d’observation appartenant au Hezbollah dans la région.

Toujours samedi, l’armée a déclaré avoir frappé des positions du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse aux tirs de roquettes.

Les cibles comprenaient des infrastructures, des sites de stockage de roquettes et des enceintes utilisées par le groupe terroriste, qui a partagé des images de ses sorties.

Des images partagées en ligne montrent d’énormes panaches de fumée près du village libanais de Rmeish.

Par ailleurs, la chaîne de télévision Al-Mayadeen, basée à Beyrouth, a rapporté que le Hezbollah avait tiré deux roquettes Burkan, qui portent des ogives lourdes, sur un poste israélien. Un responsable de la sécurité libanaise a confirmé que des roquettes Burkan avaient été utilisées pour la première fois.

Ces roquettes, dont le nom signifie « volcan » en arabe, ont déjà été utilisées par le Hezbollah et les forces gouvernementales syriennes pour détruire les fortifications des combattants de l’opposition syrienne. Elles font partie d’un certain nombre de types de roquettes et de missiles que le Hezbollah, lourdement armé, possède dans son arsenal.

Israël n’a fait aucun commentaire sur ces informations et il ne semble pas y avoir eu de victimes.

En visite dans le nord du pays samedi, le ministre de la Défense Yoav Gallant a mis en garde Nasrallah contre toute « erreur ».

« Nous sommes sur la défensive dans le nord et nous attaquons avec toute notre force dans la bande de Gaza, c’est notre priorité », a déclaré Gallant dans des propos fournis par son bureau. « Nous ne sommes pas intéressés par une guerre dans le nord, mais nous sommes prêts à faire face à n’importe quelle tâche. L’armée de l’air maintient l’essentiel de ses effectifs dans l’arène libanaise, contre le Hezbollah. »

Gallant a déclaré que le chef du Hamas, Yahya Sinwar, « a commis une erreur et a scellé le destin du Hamas et le destin de Gaza » avec l’assaut meurtrier du 7 octobre sur les communautés du sud qui a coûté la vie à quelque 1 400 personnes, la plupart des civils, et qui a vu l’enlèvement de plus de 240 personnes.

« Si Nasrallah commet une erreur, il scellera le destin du Liban », a ajouté Gallant.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre, parlant avec des officiers au siège de la 146e Division, à la frontière avec le Liban. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Dans son discours de vendredi, le chef des terroristes a déclaré que le conflit de faible intensité entre le Hezbollah et Israël à la frontière depuis le 7 octobre n’était « pas terminé » et a averti Israël de « ne pas aller plus loin » dans la bande de Gaza. Mais il a également indiqué que la guerre dans la bande de Gaza ne le concernait pas entièrement, en déclarant : « L’attaque du 7 octobre était une opération 100 % palestinienne, planifiée et exécutée par des Palestiniens pour la cause palestinienne, elle n’a aucun rapport avec les questions internationales ou régionales. »

Pendant qu’il parlait, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a émis une menace de son cru, avertissant les « ennemis du nord » d’Israël de ne pas commettre l’erreur coûteuse d’une escalade de la guerre. « Vous ne pouvez pas imaginer ce que cela va vous coûter. »

Un haut responsable de l’administration Biden a déclaré dans la nuit que le discours de Nasrallah ne semblait pas indiquer que le groupe terroriste libanais était prêt à élargir son conflit avec Israël.

Le porte-parole du Pentagone, le général de brigade Patrick Ryder, a déclaré qu’il ne pensait pas que le Hezbollah allait intensifier les combats avec Israël, déclarant à la BBC qu' »un conflit régional plus large a été dissuadé ».

Vendredi, en Israël, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a lancé un avertissement. « En ce qui concerne le Liban, le Hezbollah et l’Iran, nous avons été très clairs depuis le début : nous sommes déterminés à ce qu’il n’y ait pas de deuxième ou de troisième front ouvert dans ce conflit. Le président Biden a dit dès le premier jour à quiconque envisageait d’ouvrir un deuxième front, de profiter de la situation, de ne pas le faire. Et nous avons appuyé ces paroles par des actes concrets. »

Des partisans du Hezbollah, soutenu par l’Iran, levant le poing et applaudissant alors que le chef Hassan Nasrallah prononce un discours via une liaison vidéo lors d’un rassemblement à Beyrouth, au Liban, le 3 novembre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

En Israël et dans toute la région, le discours de Nasrallah, que le Hezbollah a annoncé plusieurs jours à l’avance et dont il a répété les paroles, a été anticipé et redouté comme pouvant annoncer une déclaration de guerre ou un ultimatum. Mais le chef terroriste ne l’a pas fait.

Depuis le début de la guerre, le Hezbollah, soutenu par l’Iran, a mené et supervisé des assauts quotidiens sur la frontière nord d’Israël à partir du Liban, mais s’est abstenu de lancer une campagne de grande envergure contre le pays. Israël, lui aussi, s’est efforcé de maintenir un équilibre délicat, répondant avec une puissance de feu importante aux attaques et aux tentatives d’attaques, tout en essayant d’éviter les actions qui pourraient entraîner une escalade du conflit, car il cherche à maintenir l’attention sur la bande de Gaza.

Du côté libanais de la frontière, quelque 70 personnes ont été tuées, dont au moins 59 membres du Hezbollah, huit terroristes palestiniens, un certain nombre de civils et un journaliste de Reuters. Du côté israélien, six soldats de Tsahal et un civil ont été tués lors d’attaques menées par le Hezbollah et des tireurs palestiniens.

Dans son discours, Nasrallah s’est vanté que les actions militaires du Hezbollah à la frontière avaient détourné les forces de Tsahal de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Nos opérations à la frontière ont forcé Tsahal à détourner des forces, des armes et des équipements de Gaza et de la Cisjordanie vers le front libanais. Un tiers des forces de Tsahal est désormais amassé à notre frontière », a-t-il affirmé.

Le 7 octobre, les terroristes du Hamas ont lancé un assaut sans précédent contre Israël en faisant irruption à la frontière de Gaza, tuant plus de 1 400 personnes – pour la plupart des civils, massacrés dans leurs maisons – et en enlevant plus de 240 personnes pour les emmener à Gaza. Israël a réagi en lançant une guerre totale contre le Hamas, en mobilisant plus de 300 000 réservistes pour pilonner les cibles terroristes de Gaza et en lançant la semaine dernière une incursion terrestre qui encercle la ville de Gaza, principale base d’opérations du Hamas.

Israël a également détourné des forces massives vers le nord, tout en faisant de même dans le sud, afin de se préparer à l’éventualité que le Hezbollah tente de reproduire les atrocités commises par le Hamas dans les communautés du sud. Elle a également ordonné l’évacuation des localités frontalières afin de protéger les habitants.

Gianluca Pacchiani et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.