Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

Tsahal frappe la Syrie en réponse à une attaque de drone sur une école à Eilat

L'armée vise un groupe non spécifié responsable de l'attaque contre la ville la plus au sud d'Israël ; le drone aurait survolé la Jordanie

La scène d'une explosion à Eilat causée par un drone lancé depuis la Syrie, le 9 novembre 2023. (Autorisation)
La scène d'une explosion à Eilat causée par un drone lancé depuis la Syrie, le 9 novembre 2023. (Autorisation)

Le drone qui s’est écrasé jeudi sur une école à Eilat, la ville la plus au sud d’Israël, a été lancé depuis la Syrie, a déclaré l’armée israélienne tôt vendredi, ajoutant qu’elle avait mené des frappes aériennes en réponse à l’attaque.

Tsahal a déclaré dans un communiqué qu’elle avait ciblé le groupe qui avait lancé le drone en Syrie, sans préciser de quel groupe il s’agissait ni quelles cibles l’armée de l’air avait touchées.

« Le régime syrien porte l’entière responsabilité de toutes les activités terroristes menées à partir du territoire syrien. Tsahal répondra sévèrement à toute tentative d’attaque dirigée sur le territoire de l’État d’Israël », précise le communiqué.

Dans un premier temps, Tsahal ignorait l’origine du drone qui a touché les écoles primaires de Tzeelim, causant des dégâts.

L’explosion n’a pas fait de blessés graves, mais les services d’urgence du Magen David Adom ont soigné cinq personnes pour anxiété aiguë et un homme d’une vingtaine d’années pour inhalation de fumée.

Selon les autorités locales, une quarantaine d’élèves se trouvaient dans le sous-sol de l’école lors de l’impact.

On peut entendre sur les images des caméras de surveillance situées à proximité de l’école le bourdonnement du drone précédant l’explosion.

Le drone aurait été lancé depuis le sud de la Syrie et aurait traversé l’espace aérien de la Jordanie avant d’atteindre Eilat.

Jeudi également, le système de défense aérienne à longue portée Arrow a intercepté un missile surface-surface lancé au-dessus de la mer Rouge en direction de la ville.

Les sirènes ont été activées à Eilat et dans ses environs dans la soirée à l’approche du missile. L’incident n’a fait ni blessé ni dégât.

L’armée n’a pas précisé qui avait tiré le missile, mais l’interception a eu lieu au moment où les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, affirmaient avoir lancé une « série de missiles balistiques » visant « diverses cibles sensibles » dans le sud d’Israël, y compris Eilat.

Selon l’armée israélienne et le ministère de la Défense, c’est la première fois que le système de défense aérienne le plus avancé d’Israël, le Arrow 3, a réussi à intercepter un missile.

Les interceptions précédentes effectuées avec le système Arrow au cours des dernières semaines – un missile balistique houthi en provenance du Yémen et une roquette à longue portée en provenance de Gaza – ont été réalisées à l’aide de l’ancien missile Arrow 2.

L’Arrow 3, déployé pour la première fois en 2017, est conçu pour détruire les missiles balistiques alors qu’ils sont encore hors de l’atmosphère.

Une image du lancement d’essai du système de défense antimissile Arrow 3 par Israël et les États-Unis, le 28 juillet 2019. (Crédit : Ministère de la Défense)

Plus tard jeudi, Tsahal a déclaré avoir intercepté une « cible suspecte » dans la région de l’Arava, au nord d’Eilat.

La cible, qui n’est pas entrée dans l’espace aérien israélien, a été éliminée par le système de défense aérienne Patriot à moyenne portée, a déclaré Tsahal. La nature de la cible n’a pas été précisée.

Ces dernières semaines, les Houthis ont tenté de tirer des drones et des missiles sur Eilat, mais les projectiles ont tous soit été interceptés, soit manqué leur cible.

La semaine dernière, les Houthis ont revendiqué une attaque de drone et ont déclaré qu’ils avaient déjà effectué trois frappes avec des drones et des missiles balistiques.

Ils ont déclaré agir au nom de « l’axe de la résistance » contre Israël, qui comprend des groupes soutenus par l’Iran au Liban, en Syrie et en Irak.

Les forces houthies « continueront à mener des opérations militaires en soutien au peuple palestinien opprimé … jusqu’au terme de l’agression israélienne brutale contre nos frères de Gaza », a publié lundi le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, sur le site X.

Des militaires fidèles aux Houthis du Yémen scandant des slogans lors d’un rassemblement marquant le septième anniversaire de l’intervention de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite dans leur pays, à Sanaa, la capitale, le 26 mars 2022. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)

La guerre actuelle a éclaté suite à l’assaut de terroristes du Hamas qui ont envahi le sud d’Israël depuis Gaza le 7 octobre, massacrant quelque 1 400 personnes, pour la plupart des civils, et prenant plus de 240 otages dans l’attaque la plus meurtrière de l’histoire de l’État hébreu à ce jour.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que plus de 10 000 personnes, pour la plupart des enfants et des femmes, ont été tuées par les frappes israéliennes dans la bande de Gaza. Ce chiffre ne peut être vérifié de manière indépendante et l’on pense qu’il inclut les propres combattants du groupe terroriste ainsi que les civils palestiniens tués par des roquettes tirées de Gaza.

Depuis le début du conflit, les forces américaines en Irak et en Syrie ont été la cible d’une série d’attaques, et des échanges de tirs quasi quotidiens ont eu lieu à la frontière israélo-libanaise entre le Hezbollah et Tsahal.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.