Tsahal trouve des failles dans les protocoles de sécurité : 100 soldats infectés
Rechercher

Tsahal trouve des failles dans les protocoles de sécurité : 100 soldats infectés

Une enquête militaire établit que l'épidémie de coronavirus au sein de la brigade Kfir est due à trois soldats infectés lors d'une permission

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats de la brigade d'infanterie Kfir simulent la guerre contre le groupe terroriste Hamas dans la bande de Gaza, en novembre 2018. (Tsahal)
Des soldats de la brigade d'infanterie Kfir simulent la guerre contre le groupe terroriste Hamas dans la bande de Gaza, en novembre 2018. (Tsahal)

Une épidémie à grande échelle du coronavirus dans une base d’entraînement d’une brigade de combat a été attribuée à trois soldats ayant contracté la maladie pendant leur permission, a déclaré l’armée mercredi, suite à une enquête.

Tsahal a déclaré que l’enquête a révélé un certain nombre de problèmes dans la façon dont les soldats sont revenus de permission, mais n’a pas trouvé de coupable de négligence. Aucune mesure disciplinaire ne sera prise suite à l’épidémie.

Une centaine de soldats ont été infectés par le coronavirus au cours de l’épidémie dans la base d’entraînement de la brigade d’infanterie Kfir dans la vallée du Jourdain, sur les quelque 2 000 soldats qui servent dans cette base.

Selon Tsahal, les trois soldats ont été infectés par la même source alors qu’ils étaient en permission il y a plus de deux semaines.

Dans le dernier des trois cas, le soldat est rentré à la base après avoir séjourné en permission chez lui. Quelques jours plus tard, il a été informé que son père avait contracté la maladie.

« Le soldat a été immédiatement envoyé en quarantaine chez lui et à partir de ce moment, un certain nombre de mesures ont été prises pour isoler et tester tous les soldats avec lesquels il avait été en contact », a déclaré l’armée.

Selon l’armée, tous les soldats qui ont contracté la maladie ont des symptômes légers et « se sentent bien », et ont été envoyés dans une installation de quarantaine gérée par l’armée jusqu’à ce qu’ils se rétablissent.

Suite à l’épidémie, le général de brigade Avi Rosenfeld, chef de la 340e division « Idan », qui comprend la brigade Kfir, a ordonné une enquête complète.

« Le commandant de la division a noté un certain nombre de défaillances dans l’accueil des soldats à la base lorsqu’ils rentrent de chez eux. En même temps, il n’a pas constaté de négligence significative dans le traitement de la question dès le moment où les commandants ont été informés », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Tsahal a ajouté qu’au vu des mesures « prises », la situation dans la base s’est améliorée.

Selon la Treizième chaîne, qui a révélé l’affaire de l’épidémie, il s’agit de la plus grande contamination dans les rangs de Tsahal à ce jour.

En plus de la centaine de soldats ayant contracté la maladie, près de 400 autres ont été envoyés en quarantaine.

En date de mardi, 1 164 soldats et membres du personnel militaire étaient activement malades du COVID-19, presque tous avec des symptômes légers. Deux soldats étaient dans un état modéré tandis qu’un autre présentait les symptômes d’un cas sévère de la maladie, selon Tsahal. L’armée a déclaré que quelque 10 765 soldats étaient en quarantaine à partir de mardi soir.

Il y a deux semaines, Tsahal a déclaré qu’un certain nombre d’officiers avaient fait l’objet de mesures disciplinaires et que deux cadets avaient été expulsés d’un cours sur une épidémie de coronavirus dans une base d’entraînement d’officiers dans le sud du pays.

Selon Tsahal, un certain nombre de protocoles mis en place pour empêcher un tel événement ont été violés, notamment le fait que les soldats ont rapporté tardivement les symptômes et que les cadets n’ont pas été interrogés sur leur santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...