Un Domino’s Pizza de Haïfa fermé après une vidéo le montrant infesté de rats
Rechercher

Un Domino’s Pizza de Haïfa fermé après une vidéo le montrant infesté de rats

La chaîne s'excuse et ferme la pizzeria pour des travaux d'hygiène et rejette la faute sur des travaux dans une station de métro voisine

Illustration de rat (Crédit : via Shutterstock)
Illustration de rat (Crédit : via Shutterstock)

Pour les pizzerias, la meilleure forme de publicité pourrait se limiter simplement aux clients consommant le produit derrière de grandes vitres.

Cependant cette technique n’a pas vraiment marché dans un restaurant franchisé israélien de la chaîne Domino’s Pizza. Difficile avec des rats qui galopent partout.

Des images montrant au moins quatre rats se sustenter de pâte à pizza ou de farine sur un comptoir de préparation et autour jeudi ont entraîné la fermeture temporaire d’un restaurant de la chaîne du quartier huppé de Merkaz Hacarmel à Haïfa, rapporte Ynet.

Les rats ont fait leur apparition vers deux heures du matin cette semaine. C’est un résident de la ville, Gil Yehuda, qui les a découverts en rentrant chez lui, comme celui-ci l’a indiqué à Ynet.

“Nous nous sommes approchés de la vitre et c’est là que nous les avons vus. C’était répugnant, » explique Yehuda. Il a filmé la scène avec son téléphone et l’a publiée sur Instagram et Facebook.

Un porte-parole de Domino’s Pizza a indiqué partager le dégoût et l’horreur de Yehuda.

« Nous sommes choqués, » a-t-il déclaré à Ynet, ajoutant que le restaurant avait été fermé pour mesures d’hygiène. Il a néanmoins confié à Ynet que la situation n’était pas si surprenante, car le franchisé connaît des problèmes de rongeurs depuis un moment maintenant.

« La pizzeria est voisine du métro Carmelit, qui subit de grands travaux de rénovation actuellement, » a expliqué le porte-parole. « Ces travaux ont provoqué une infestation de nuisibles sans précédent. Nous avons contacté la municipalité à plusieurs reprises pour qu’elle traite le problème au plus vite. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...