Rechercher

Un élu Likud fait perdre un vote à la coalition en se cachant dans un parking

La nuit a été houleuse au plénum, avec des disputes sur les accords de compensation et des élus appelés en pleine nuit ; la coalition retire le reste des projets de loi prévus

Les législateurs se disputent à la Knesset, 29 décembre 2021 (Porte-parole de la Knesset/Noam Moskowitz)
Les législateurs se disputent à la Knesset, 29 décembre 2021 (Porte-parole de la Knesset/Noam Moskowitz)

Le gouvernement a perdu un vote qu’il pensait remporter aux premières heures de jeudi alors qu’un législateur de l’opposition s’était caché dans le parking de la Knesset, faisant croire à la coalition qu’elle avait les voix nécessaires, pour finalement perdre au dernier moment.

Le député Gadi Yevarkan (Likud) s’est en effet caché sur la banquette arrière de la voiture de son collègue Yoav Kisch sur le parking de la Knesset. Juste avant que le projet de loi ne soit soumis au vote, il est entré dans la salle plénière et a voté contre.

Le projet de loi était une extension d’un amendement qui permettrait aux diffuseurs terrestres de faire payer aux plateformes de télévision en ligne une redevance pour la diffusion de leur contenu.

L’apparition soudaine de Yevarkan en plénière a fait que le vote s’est soldé par une égalité, 48-48, et n’a donc pas été adopté. En réponse, la coalition a retiré le reste de ses projets de loi qui devaient être votés dans la soirée.

L’année dernière, des législateurs rebelles du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont utilisé une ruse similaire pour faire tomber une loi qui aurait empêché Israël de se rendre aux urnes lors des élections qui ont finalement conduit à la chute du gouvernement de Netanyahu. Les législateurs impliqués dans cette ruse étaient issus du Likud, le parti actuel de Yevarkan, et de Kakhol lavan, son parti précédent.

Dès que Yevarkan est apparu dans le plénum, une dispute a éclaté lorsque la coalition a décidé d’annuler un accord pour que Alex Kushnir (Yisrael Beytenu) ne vote pas afin de compenser l’absence de la députée Etty Atia (Likud), dont le père est décédé.

Le député de la Knesset Gadi Yevarkan prend la parole à la Knesset, le 15 juillet 2019. (Noam Rivkin Fenton/Flash90)

Les compensations sont traditionnellement offertes par courtoisie aux législateurs qui n’ont pas d’autre choix que de manquer des votes, généralement en raison d’un deuil, de problèmes médicaux ou de voyages officiels.

Shlomo Karhi (Likud) a tweeté que la présidente de la coalition, Idit Silman (Yamina), avait « à nouveau menti » avec l’annulation de la compensation.

Mais Netanyahu a refusé ces derniers mois de permettre aux législateurs de l’opposition de conclure des accords de compensation, dans un geste qui a récemment suscité la controverse lorsque la coalition s’est trouvée obligée de convoquer la députée Shirly Pinto (Yamina) à la Knesset pour un vote – six jours après son accouchement, une mesure rendue nécessaire par la décision d’un législateur de son propre parti de boycotter les procédures du plénum.

Selon le site d’information Walla, avant même que Yevarkan ne se présente au vote, il était clair pour la coalition qu’elle n’avait probablement pas assez de voix pour faire passer sa législation, et elle a commencé à appeler les législateurs de chez eux au milieu de la nuit – certains venant de Tel Aviv.

En réponse aux événements de la soirée, M. Kisch a tweeté qu’ « ils [le gouvernement] ont mangé le poisson puant et ont été expulsés de la ville », utilisant une allégorie talmudique pour décrire un individu qui tente d’échapper à la punition mais qui est ensuite encore plus puni pour ses actions.

Des législateurs discutent à la Knesset, le 29 décembre 2021 (Porte-parole de la Knesset/Noam Moskowitz)

La nuit a été longue à la Knesset. Plus tôt, les législateurs avaient approuvé en lecture préliminaire un projet de loi visant à limiter la capacité des candidats fortunés à autofinancer leurs campagnes politiques.

Le projet de loi est connu sous le nom de « Loi Barkat », car il est largement considéré comme visant le député Nir Barkat, qui est considéré comme le membre le plus riche de la Knesset et comme le successeur potentiel de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu à la tête du Likud.

La législation interdirait aux fonctionnaires se présentant à des fonctions publiques – et aux membres de leur famille – de contribuer à leur propre campagne pour un montant supérieur à 100 000 NIS par an.

Pendant ce temps, un vote prévu mercredi sur un plan gouvernemental visant à réformer de manière significative la conversion au judaïsme en Israël a été reporté jusqu’à nouvel ordre faute de soutien suffisant. La réforme, initiée par le ministre des Affaires religieuses Matan Kahana, permettrait des conversions en dehors des auspices du Grand Rabbinat, autorisant les rabbins municipaux à superviser le processus.

La législation, rédigée par la députée Yulia Malinovsky (Yisrael Beytenu), fait l’objet d’une grande controverse.

Mardi, le Grand Rabbin David Lau a en effet déclaré au Premier ministre Naftali Bennett qu’il n’approuverait aucune conversion au judaïsme à l’avenir tant que le gouvernement continuera à faire avancer son plan visant à assouplir le processus et à diluer le contrôle du Grand Rabbinat sur celui-ci.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...