Rechercher

Le Grand Rabbin d’Israël, opposé aux réformes, gèle toute conversion au judaïsme

David Lau dit au Premier ministre que le cadre proposé par le ministre des Affaires religieuses divisera le peuple juif

Le ministre des Services religieux Matan Kahana (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Services religieux Matan Kahana (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Grand Rabbin David Lau a déclaré mardi au Premier ministre qu’il n’approuverait pas de futures conversions au judaïsme tant que le gouvernement continuera à faire avancer son plan visant à faciliter le processus et à diluer le contrôle du Grand Rabbinat sur celui-ci.

La décision de M. Lau, qui a suscité des condamnations et des demandes de licenciement, est intervenue alors que le ministre des Affaires religieuses, Matan Kahana, propose des réformes sur certaines questions clés concernant la religion et l’État, notamment la conversion et la certification de casheroute.

La législation proposée par Kahana permettrait des conversions en dehors des auspices du Grand Rabbinat, autorisant les rabbins municipaux à superviser le processus.

Dans le cadre de ses modifications du système, Kahana a l’intention de mettre fin au mandat de l’actuel chef de l’autorité de conversion, Moshe Veller.

Illustration : Un tribunal rabbinique israélien examine un cas de conversion. (Crédit: Flash90)

L’autorisation de Lau est actuellement requise pour toutes les conversions dans le pays. L’arrêt du processus aura un impact sur deux segments importants de la population – les immigrants d’Éthiopie et de l’ancienne Union soviétique. Certains membres de ces deux groupes ont besoin d’une conversion orthodoxe pour être reconnus comme juifs en Israël.

Dans une lettre adressée au Premier ministre Naftali Bennett, M. Lau a écrit que si le plan de M. Kahana est mis en œuvre et que le mandat de M. Veller n’est pas prolongé, « je serais contraint de déclarer que je ne suis plus responsable de tout ce qui concerne les conversions ».

« La mise en œuvre du plan de conversion proposé entraînera une division du peuple juif : deux États pour deux peuples, un judaïsme divisé au lieu d’un judaïsme uni », a-t-il averti. Une telle division, a-t-il écrit, « sera irréparable » et sera à l’origine d’une incertitude future concernant qui peut se marier avec qui lorsque le statut juif est remis en question.

Mercredi, le ministre de la Construction Zeev Elkin, du parti de droite Tikva Hadasha, a réagi en critiquant Lau, affirmant que le grand rabbin faisait du « chantage au gouvernement » et utilisait « une mauvaise approche ».

« La conversion des immigrants éthiopiens doit être traitée comme elle l’a toujours été », a déclaré Elkin à la station de radio 103FM.

Le ministre du logement Zeev Elkin s’exprime lors d’une conférence de presse, présentant une nouvelle réforme sur le logement, au ministère des finances, Jérusalem, le 31 octobre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le député de l’opposition Bezalel Smotrich, leader du parti d’extrême droite Sionisme religieux, a soutenu Lau, affirmant que le grand rabbin se battait « contre la destruction du processus de conversion et les graves dommages causés à l’unité du peuple ».

La Treizième chaîne a rapporté mardi que Lau avait déjà donné l’ordre d’arrêter les processus de conversion, notamment en informant la ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata, qui est elle-même une immigrée éthiopienne.

Il y a actuellement 100 immigrants éthiopiens dont les conversions sont sur le bureau de Lau, mais il refuse de les approuver, selon les informations. Un ministre anonyme a déclaré à la chaîne que Tamano-Shata avait l’intention de lutter farouchement contre la nouvelle politique de Lau.

Une déclaration au nom de Lau remise à la chaîne explique que le chef de l’Autorité de conversion est chargé de veiller à ce que les conversations soient menées conformément aux règles juives orthodoxes, connues sous le nom de halakha. Si le superviseur est licencié, dit la déclaration, Lau ne sera pas en mesure de savoir comment les conversions ont été effectuées et ne signera donc aucune conversion.

La ministre de l’Immigration et de l’Absorption Pnina Tamano-Shata Pnina Tamano-Shata à la Knesset, à Jérusalem, le 15 novembre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le parti Yisrael Beytenu, dirigé par le ministre des Finances Avigdor Liberman, a demandé à Kahana de renvoyer Lau.

Le parti a déclaré que Lau tentait de faire des futurs convertis « des otages de l’establishment ultra-orthodoxe, qui a pris le contrôle du Grand Rabbinat ».

Dans une déclaration publiée mardi sur Twitter, M. Kahana s’est dit « peiné » par la décision de M. Lau et a prévenu qu’elle aurait un impact sur les immigrants éthiopiens, les soldats de Tsahal qui suivent un processus de conversion et des milliers d’autres personnes qui cherchent à se convertir.

Il a déclaré que le gouvernement faisait avancer la législation visant à atteindre « un consensus aussi large que possible » sur la question de la conversion.

Des sources proches de Kahana ont déclaré au journal Israel Hayom que Lau maniait « une bombe nucléaire » contre ceux qui cherchent à devenir juifs.

Le ministre des Services religieux Matan Kahana (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Moshe Gafni, président du parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, a soutenu Lau, déclarant dans un communiqué mardi que « la position résolue du grand rabbin préserve la vigne d’Israël [le peuple juif] et empêche la grave violation de la pureté du pedigree du peuple d’Israël ».

Dans une récente interview accordée au Times of Israel, Kahana a déclaré qu’il était en « dialogue permanent » avec Lau sur cette question.

Les convertis au judaïsme qui s’installent en Israël et dont les conversions ne sont pas reconnues par le Grand Rabbinat ne peuvent pas se marier en Israël, car le rabbinat contrôle aussi les mariages. Les conversions réformées et conservatrices effectuées en Israël ne sont pas reconnues depuis des années.

Alors que les immigrants juifs éthiopiens de la communauté Beta Israel sont reconnus comme pleinement juifs, les immigrants d’Éthiopie appartenant à la communauté plus petite Falash Mura doivent subir une conversion orthodoxe après avoir immigré. Les Falash Mura sont des Juifs éthiopiens dont les ancêtres se sont convertis au christianisme, souvent sous la contrainte, il y a plusieurs générations. Quelque 30 000 d’entre eux ont immigré en Israël depuis 1997, selon le bureau du Premier ministre.

Des membres de la communauté Falashmura arrivent aux bureaux de l’immigration à l’aéroport Ben Gurion le 4 février 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

En outre, il y a plus de 450 000 immigrants de l’ancienne Union soviétique ou leurs descendants qui ne répondent pas à l’exigence strictement orthodoxe d’avoir une mère juive. Certains peuvent se convertir pendant leur service militaire tandis que d’autres passent par le rabbinat, un processus long et parfois contrariant.

Kahana a récemment bénéficié d’une sécurité supplémentaire en raison des menaces qu’il a reçues concernant ses projets de réforme des questions d’État et de religion. Au début du mois, plusieurs rabbins sionistes religieux éminents ont appelé à des manifestations contre les réformes de Kahana.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...