Un élu Yesh Atid fait marche arrière sur ses propos anti-confinement
Rechercher

Un élu Yesh Atid fait marche arrière sur ses propos anti-confinement

Idan Roll "s'excuse pour le malentendu" après les critiques de Rivlin, entre autres ; dit que le public doit suivre les instructions, mais laisse le tweet original en ligne

Le député de Yesh Atid, Idan Roll, assiste à une réunion d'une commission de la Knesset, le 15 juillet 2019. (Hadas Parush/Flash90)
Le député de Yesh Atid, Idan Roll, assiste à une réunion d'une commission de la Knesset, le 15 juillet 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Un député du parti d’opposition Yesh Atid s’est excusé pour un « malentendu » après avoir essuyé des critiques pour avoir semblé exhorter les Israéliens à ne pas tenir compte d’un éventuel confinement dû au coronavirus mercredi.

Le député Idan Roll a tweeté mardi que le gouvernement « n’a pas la légitimité » pour imposer à nouveau un bouclage et que s’il en ordonne un, les Israéliens ne sont pas tenus d’obéir.

Après le tweet du président Reuven Rivlin, qui a critiqué la déclaration du député et a demandé aux députés de faire attention à ce qu’ils disent mercredi, Roll a répondu au président, disant qu’il « s’excuse pour le malentendu ».

« Mon intention était et reste que la perte de confiance du public dans le gouvernement est un réel danger pour la démocratie et sa gestion de la crise du coronavirus. Bien sûr, j’appelle le grand public à obéir aux instructions », a déclaré M. Roll.

Lorsque le radiodiffuseur public Kan lui a demandé pourquoi il n’avait pas supprimé son tweet original, M. Roll a répondu qu’il n’en voyait pas la nécessité.

Le président du parti Yesh Atid, Yair Lapid, (à droite) et Idan Roll lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 7 février 2019. (Flash90)

« En tant que personnalité publique élue, je suis respectueux des discours en ligne. Que voulez-vous supprimer ? Le discours reste en ligne », a-t-il déclaré.

Mardi, Roll a écrit sur Twitter : « Ce gouvernement a violé le contrat le plus fondamental avec le public, celui qui l’oblige à nous protéger en temps de crise. »

Il a déclaré que les décisions du gouvernement pour combattre le virus « ne sont pas basées sur des données » et sont motivées par des considérations politiques. Le gouvernement « n’a donc aucune légitimité pour ordonner un confinement total et le public par conséquent n’a pas à obéir », a écrit M. Roll.

Le tweet a suscité la fureur des députés de droite, Miki Zohar, le président de la coalition du Likud, accusant Roll d’appeler à « une rébellion ».

Le président de Yamina, Naftali Bennett, a demandé au président de Yesh Atid, Yair Lapid, de condamner les propos de Roll. « C’est un appel à l’anarchie et c’est ainsi que l’on démantèle un Etat et ses institutions », a écrit Bennett sur Twitter. « J’ai des critiques très dures sur les échecs du gouvernement… mais c’est un gouvernement élu. »

Rivlin a déclaré que « les appels à la désobéissance civile violent les fondements sur lesquels… notre État a été créé », et a exhorté les députés à « faire attention à ce que vous dites ».

Ce commentaire de M. Roll a été fait à la suite d’un certain nombre de cas où les décisions relatives aux restrictions concernant le coronavirus semblaient être prises sans données chiffrées pour les étayer.

La commission sur le coronavirus de la Knesset a voté lundi que les piscines et les salles de sport devraient être rouvertes suite au fait que le ministère de la Santé n’a pas présenté de données sur les cas d’infection montrant que leur fermeture était justifiée.

Des gens font du sport dans une salle de gym à Modiin, le 14 juillet 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Cependant, le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a affirmé mardi qu’il existait de nombreuses données montrant que les salles de sport et les piscines constituent des points chauds d’infection dans d’autres pays, ce qui a conduit le ministère de la Santé à conclure que les établissements de sport sont tout aussi exposés aux risques en Israël.

La semaine dernière, le député Moshe Gafni a menacé de retirer le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah de la coalition si le gouvernement décidait de fermer les yeshivot face à la résurgence de la pandémie de COVID-19.

La communauté ultra-orthodoxe a connu des taux de contamination disproportionnés au cours de la première vague de la pandémie, ce qui est largement imputable à la surpopulation de ses quartiers, au caractère intensément communautaire du secteur et au refus initial des rabbins d’approuver les mesures de distanciation sociale et la fermeture des synagogues et autres institutions religieuses.

Au début du mois de juillet, le gouvernement a approuvé une limitation à 50 personnes dans les synagogues. Cette limite devait initialement être de 20 personnes, comme pour les autres rassemblements en salle, mais elle a été revue à la hausse après une conversation entre Netanyahu et le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, selon une déclaration du bureau de ce dernier.

Alors que les cas de coronavirus en Israël augmentent, Edelstein aurait répété son avertissement selon lequel si la tendance actuelle à la hausse des infections se poursuit, il n’y aura pas d’autre choix que d’imposer un confinement total. La question nécessiterait un vote ministériel, puis l’approbation de la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...