Un Espagnol affirme que des néo-nazis lui ont gravé une croix gammée sur le bras
Rechercher

Un Espagnol affirme que des néo-nazis lui ont gravé une croix gammée sur le bras

La police met en doute la véracité des propos du jeune homme de 17 ans qui dit avoir été battu par trois hommes

Une image de la croix gammée et du « 88 » qui selon un adolescent espagnol dit avoir été sculpté sur son bras par des néo-Nazis à l'aide d'un rasoir.
Une image de la croix gammée et du « 88 » qui selon un adolescent espagnol dit avoir été sculpté sur son bras par des néo-Nazis à l'aide d'un rasoir.

Un adolescent espagnol affirme avoir été aggressé par 3 hommes qui l’auraient attaqué et et lui auraient gravé une croix gammée et le chiffre « 88 » – chiffre que les néo-nazis utilisent pour signifier « Heil Hitle », le H étant la 8e lettre de l’alphabet – sur son avant-bras.

L’attaque aurait eu lieu le mois dernier dans la ville de Bilbao de la communauté autonome du Pays basque le vendredi 28 août.

On ne sait pas si le jeune homme, âgé de 17 ans, est Juif, selon la presse espagnole.

La police a émis des doutes quant à la véracité de ses propos.

Le Pays basque n’a pas une grande communauté juive et ne possède pas de groupes juifs susceptibles de condamner l’attaque.

La victime présumée n’a pas été identifiée mais une photo où on voit le visage tuméfié et le bras mutilé de la victime a fait le tour des médias espagnols et basques.

Selon un article publié sur ABC.es, un homme a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur l’attaque après avoir été identifié par l’adolescent. La police basque a déclaré que l’enquête était encore en cours au moment de l’arrestation.

La victime a expliqué qu’il rentrait chez lui vers 7 heures du matin, lorsque trois hommes ont commencé à l’agresser physiquement et ont fini par graver les symboles nazis sur son bras avec un rasoir.

Selon un rapport publié dans le journal britannique The Mirror, la direction du parti de gauche EH Bildu a dénoncé l’attaque présumée en le qualifiant d’incident « très grave ».

Le porte-parole du parti, Aitziber Ibaibarriaga a déclaré : « Nous sommes confrontés à un incident grave qui a causé l’alarme parmi nos voisins. Nous assistons à une augmentation de l’activité d’une cellule d’extrême-droite qui répand la haine et la peur dans la région ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...