Un groupe de reprises des Pink Floyd résiste à Roger Waters et joue en Israël
Rechercher

Un groupe de reprises des Pink Floyd résiste à Roger Waters et joue en Israël

Le groupe britannique Pink Floyd Experience n'a joué aucun titre du militant pro-BDS, qui ont été chantés par le groupe israélien Echoes

Les membres du groupe Pink Floyd Experience, en concert en Israël en janvier 2019, après avoir résisté aux pressions de chanteur des Pink Floyd, Roger Waters. (Crédit : EGOEast Productions)
Les membres du groupe Pink Floyd Experience, en concert en Israël en janvier 2019, après avoir résisté aux pressions de chanteur des Pink Floyd, Roger Waters. (Crédit : EGOEast Productions)

Un groupe spécialisé dans les reprises des Pink Floyd a défié la pression exercée par la figure de proue du groupe d’origine, Roger Waters, qui appelle au boycott de l’Etat hébreu. Il a joué devant une salle comble à Tel Aviv samedi soir.

Le concert UK Pink Floyd Experience fait suite à une intense campagne menée par le militant anti-Israël contre le groupe, qui a fini par se produire en concert, sans chanter de titres de Waters.

Ils ont bénéficié de l’aide d’un groupe israélien de reprises des Pink Floyd « Echoes », qui a chanté tous les titres de Waters, soit 10 des 19 chansons du concert.

Certains critiques ont déclaré que la présence du groupe « Echoes » avait contribué positivement au concert, apportant un « vent de fraîcheur ».

« Au grand ravissement du public, ils étaient meilleurs que le groupe anglais », a écrit un critique sur le site de divertissement Mako.

Posted by Echoes – Pink Floyd Tribute Show Israel on Sunday, 6 January 2019

Le groupe israélien a chanté les morceaux les plus célèbres de Pink Floyd écrites par Waters, issues des albums « Dark Side of the Moon », « Wish You Were Here » ou « The Wall ». Le groupe Pink Floyd Experience a, lui, chanté les titres enregistrés par le groupe avant et après le départ de Waters en 1985.

Ces distorsions musicales sont survenues après que le groupe britannique a annulé trois concerts en raison d’intenses pressions de boycott de la part du chanteur et militant du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), avant que leur agent ne les persuade de reprogrammer le concert.

« J’ai utilisé ce qu’on appelle des mots », a déclaré Ziv Rubinstein, musicien et imprésario chez EGOEast Productions. « J’ai eu recours aux munitions qu’utilise M. Waters, les mots. »

Le mois dernier, Waters avait lancé un mouvement de protestation en écrivant une publication anti-Israël sur Facebook et en publiant les numéros de téléphone personnels des membres du groupe de reprise. Le groupe britannique Pink Floyd Experience avait fini par supprimer sa page Facebook et annuler ses concerts en Israël.

Rubinstein et d’autres membres de l’équipe d’EGOEast ont ensuite rencontré chacun des membres du groupe, selon l’imprésario.

« Nous les avons convaincus », a-t-il déclaré. « Je me suis retrouvé à faire de la diplomatie en faveur d’Israël, mais ce n’était pas politique. Ce n’est pas de la politique. Nous sommes des musiciens et il faut distinguer musique et politique. Je leur ai dit que les gens se déplaçaient parce qu’ils aiment la musique, et non pas pour les prises de position politiques d’un individu. »

Rubinstein relate qu’il a passé une semaine entière avec le groupe et a tout mis en œuvre pour les convaincre de maintenir leurs concerts en Israël.

« Ils voulaient venir », indique-t-il. « Ils sont déjà venus, mais ils avaient peur. M. Waters les a menacés. »

« Nous sommes dans l’obligation d’honorer notre contrat et de jouer en Israël en janvier 2019. Cependant, nous avons changé notre programme et nous jouerons avec le groupe israélien de reprises de Pink Floyd, ‘Echoes' », avait déclaré le groupe dans un communiqué publié sur son site.

« Nous regrettons profondément les désagréments causés par tout cela, ce n’était pas notre intention de causer tant de colère et de haine. Nous avions des intentions contraires. Avec du recul, il était très naïf de notre part de penser que nos intentions ne seraient pas mal interprétées et mal représentées. Les bénéfices de cette tournée seront reversés à l’UNICEF. »

La musique des Pink Floyd est très appréciée en Israël, en dépit des agissements de son créateur Roger Waters, a indiqué Rubinstein.

« C’est la musique et l’amour de la musique, et cela dépasse de loin la personne. La création est plus grande que lui. Pour le moment, nous sommes gagnants. »

Waters avait rédigé une publication sur Facebook déplorant les projets du groupe : « chanter mes chansons devant un public ségrégué en Israël, et contribuer au ‘blanchiment’ d’un gouvernement raciste et d’apartheid, serait un acte d’une malveillance et d’un irrespect inconcevables ».

« Les personnes que vous avez l’intention de divertir exécutent les enfants de leurs voisins, les tuant de sang-froid quotidiennement. »

A note from Roger to UK Pink Floyd Experience:I am aghast to see you have plans to perform in Tel Aviv, Haifa and…

Posted by Roger Waters on Friday, 7 December 2018

Waters est connu pour la pression qu’il exerce sur les artistes qui prévoient de se produire en Israël, dans le cadre du mouvement BDS, qui appelle les musiciens à éviter Israël.

En septembre, 140 artistes, dont Waters, ont appelé au boycott du concours de l’Eurovision, prévu en Israël dans les mois à venir.

Ayant précédemment défendu Waters contre des accusations d’antisémitisme, la Ligue Anti-Diffamation (ADL) avait déclaré en 2013 que « les théories de complot antisémite » ont « envahi » la totalité des prises de position de l’ancien membre des Pink Floyd.

La Ligue réagissait aux propos tenus par Waters lors d’une interview accordée au magazine Counterpunch. Il comparaît le traitement des Palestiniens par Israël à celui de l’Allemagne nazie. « A en juger par ses propos, Waters a adopté les théories du complot antisémite classiques, et elles ont désormais envahi la totalité de ses prises de positions », avait déclaré le directeur de l’ADL à l’époque Abraham H. Foxman au Times of Israël. « Ses propos sur les Juifs et sur Israël s’aggravent avec le temps. Il a commencé par une invective anti-Israël et cela a évolué en un antisémitisme conspirationniste ».

« C’est triste qu’un génie créatif de cette envergure se pervertisse à ce point dans son propre sectarisme étriqué », avait déploré Foxman.

Dans cette interview, Waters avait souligné qu’en ce qui concerne les Palestiniens, « les parallèles avec ce qui s’est passé dans les années 30 en Allemagne sont parfaitement évidents ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...