Un homme arrêté pour avoir tiré un feu d’artifice pendant la minute de silence
Rechercher
Yom HaZikaron

Un homme arrêté pour avoir tiré un feu d’artifice pendant la minute de silence

Les communautés juives et arabes ont condamné cet acte, qui tente de saboter la coexistence : le maire suspecte un activiste connu

Illustration d'un feu d'artifice. (Crédit : pxel66//iStock by Getty Images)
Illustration d'un feu d'artifice. (Crédit : pxel66//iStock by Getty Images)

La police a arrêté mercredi un homme de 37 ans, résident de Lod, dans le centre du pays, suspecté d’avoi lancé des feux d’artifice durant la sonnerie de la sirène à l’occasion de Yom HaZikaron, la veille au soir.

Les dirigeants arabes de la ville ont rapidement condamné l’incident comme étant l’acte isolé d’un provocateur.

Lors de sa comparution devant la Cour des Magistrats de Rishon LeZion mercredi matin pour l’audience de renvoi, le suspect s’est présenté sous le nom de Dudu Avraham, affirmant qu’il était de confession juive. Il demandait à être libéré pour pouvoir fêter Yom HaAtsmaout.

Le parquet a prolongé sa détention d’un jour.

Cependant, Yair Revivo, maire de Lod, a écrit sur Facebook qu’Avraham était en réalité un extrémiste arabe, qui avait déjà tenté de saboter la coexistence par le passé. Revivo a indiqué que dès qu’il a eu vent de l’incident, il l’a immédiatement attribué à Avraham.

Le maire a précisé que son véritable nom est Daoud Mahmoud Hasnin, un résident arabe musulman. Son père, avec qui il n’a plus de liens, s’est converti au judaïsme il y a une vingtaine d’années. Il a effectivement des proches juifs, mais n’est en contact avec aucun d’entre eux. L’an dernier, Avraham aurait tenté, selon Revivo, de saboter les bonnes relations entre Juifs et Arabes dans la ville. Il l’a accusé de prétendre être juif.

« Je salue la communauté arabe de Lod et les membres du conseil arabe qui ont immédiatement condamné cet acte », a ajouté Revivo.

L’avocat d’Avraham a déclaré à la cour que son client niait avoir lancé les feux d’artifices, et qu’il se trouvait en compagnie de sa famille au moment des faits.

La sirène, qui a retenti mardi soir et mercredi matin, a immobilisé le pays, pour rendre hommage aux 23 646 membres des forces de l’ordre tombées durant leur service et des 3 134 victimes du terrorisme de l’histoire d’Israël.

Cette journée est marquée, chaque année par des cérémonies d’allumage de bougies, de musiques mélancoliques à la radio, et des programmes télévisés ainsi que la presse écrite rendent hommage aux défunts.

Instaurée en 1951 par David Ben Gurion, alors Premier ministre et ministre de la Défense, cette journée devait initialement être commémorée le 4 Iyar, à la veille de Yom HaAtsmaout, qui suit immédiatement Yom Hazikaron. Cette année, les festivités ont été avancées d’un jour, afin que les cérémonies de Yom HaAtsmaout n’interfèrent pas avec le début du Shabbat vendredi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...