Rechercher

Un humanitaire belge condamné à 28 ans de prison en Iran, sans raisons – famille

La Belgique a appelé ses ressortissants "de passage en Iran" à quitter le pays "dans les plus brefs délais" à cause de "risques accrus de détention arbitraire"

L'avocate belge Chloe Georgiev (à gauche), la sœur d'Olivier, Nathalie Vandecasteele (2ème à gauche), le conseiller juridique Olivier Van Steirtegem (2ème à droite) et l'avocate Olivia Venet (à droite), tiennent une conférence de presse le 9 décembre 2022 à Bruxelles, au sujet du travailleur humanitaire Olivier Vandecasteele, 41 ans, qui a entamé une grève de la faim en raison du traitement "inhumain" que lui infligent ses ravisseurs, alors qu'il est détenu en Iran depuis février. (Crédit : NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP)
L'avocate belge Chloe Georgiev (à gauche), la sœur d'Olivier, Nathalie Vandecasteele (2ème à gauche), le conseiller juridique Olivier Van Steirtegem (2ème à droite) et l'avocate Olivia Venet (à droite), tiennent une conférence de presse le 9 décembre 2022 à Bruxelles, au sujet du travailleur humanitaire Olivier Vandecasteele, 41 ans, qui a entamé une grève de la faim en raison du traitement "inhumain" que lui infligent ses ravisseurs, alors qu'il est détenu en Iran depuis février. (Crédit : NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP)

La Belgique a appelé dimanche ses ressortissants « de passage en Iran » à quitter le pays « dans les plus brefs délais » à cause de « risques accrus de détention arbitraire » après la condamnation de l’humanitaire Olivier Vandecasteele.

« Tout visiteur belge, y compris binational, s’expose à un risque élevé d’arrestation, de détention arbitraire et de jugement inéquitable. Ce risque concerne également les personnes effectuant en Iran un simple séjour touristique », a mis en garde le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Deux cent ressortissants belges étaient enregistrés par les services consulaires belges en Iran cet été.

« En cas d’arrestation ou de détention, le respect des droits fondamentaux et la sécurité des personnes ne sont pas garantis. Dans ce contexte, la capacité de l’ambassade de Belgique à Téhéran à assurer la protection consulaire des ressortissants arrêtés ou détenus en Iran est très limitée », a expliqué le ministère.

« Les ressortissants belges qui, en dépit de cette mise en garde, se trouveraient actuellement en Iran, sont invités à faire preuve de la plus grande vigilance et à prendre les précautions indispensables pour assurer leur sécurité. Récemment, un ressortissant belge et plusieurs autres occidentaux ont été arrêtés de façon arbitraire et sont aujourd’hui emprisonnés en Iran », a rappelé le ministère.

Un humanitaire belge, Olivier Vandecasteele, détenu à l’isolement en Iran depuis son arrestation le 24 février, a été condamné à 28 ans de prison. Selon sa famille, il a été arrêté sans raisons et aucune indication n’a été fournie par les autorités iraniennes sur les charges retenues contre lui.

Un bras de fer oppose la Belgique et l’Iran depuis l’arrestation d’un diplomate iranien, Assadollah Assadi, condamné en Belgique en 2021 à 20 ans de prison pour un projet d’attentat « terroriste » contre l’opposition iranienne.

Assadollah Assadi. (Crédit : PMOI/MEK)

La Cour Constitutionnelle belge a suspendu jeudi un traité de transfèrement de condamnés entre la Belgique et l’Iran adopté en juillet par le Parlement pour permettre le retour de l’humanitaire à la suite de nombreux recours d’opposants iraniens en exil.

La sœur d’Oliver Vandecasteele a dénoncé la « torture psychologique innommable » subie par son frère, « otage innocent d’une bataille juridico-politique » mettant aux prises l’Iran et la Belgique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.