Un Israélien des implantations arrêté pour avoir attaqué un commandant de Tsahal
Rechercher

Un Israélien des implantations arrêté pour avoir attaqué un commandant de Tsahal

Des résidents de l'implantation de Kedumim ont attaqué un commandant de la brigade Golani venu pour évacuer une manifestation contre la mort du jeune Ahuvia Sandak

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des personnes protestent contre la mort d'Ahuvia Sandak dans un accident de voiture lors d'une poursuite policière, près du Bureau des enquêtes internes de la police à Jérusalem, le 2 janvier 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des personnes protestent contre la mort d'Ahuvia Sandak dans un accident de voiture lors d'une poursuite policière, près du Bureau des enquêtes internes de la police à Jérusalem, le 2 janvier 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le commandant du bataillon de reconnaissance de la brigade Golani a été attaqué par des résidents d’une implantation la nuit dernière devant l’implantation de Kedumim lors d’une violente protestation contre la mort d’un adolescent juif extrémiste lors d’une poursuite en voiture avec la police le mois dernier, selon l’armée israélienne.

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a condamné l’attaque contre l’officier, déclarant que cette violence doit être rejetée par la société israélienne.

L’agresseur, dont le nom n’a pas été divulgué, a été arrêté sur le lieu de l’attaque et remis à la police, selon les militaires.

L’agression a eu lieu alors que l’armée ouvrait une route qui avait été bloquée par les manifestants dans la nuit de samedi à dimanche.

« Après qu’un embouteillage s’est produit sur les lieux, une force militaire a évacué les manifestants et leur a ordonné de dégager la chaussée. Lorsqu’ils ont refusé, les soldats ont entrepris de dégager les manifestants de l’autoroute. L’un des manifestants a utilisé des violences physiques contre l’officier de Tsahal. Il a été arrêté sur place et remis aux policiers présents sur les lieux pour être soigné. L’officier a déposé une plainte auprès de la police », a précisé l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...