Rechercher

Un Israélien détenu en Arménie, sa famille dénonce une vengeance de Poutine

Yan Andrayev, 56 ans, résident de Holon et ancien maire d'une petite ville russe située à près de 320 km de Moscou, serait en attente d'extradition vers la Russie

Yan Andrayev
Yan Andrayev

Un Israélo-Russe, père de deux enfants, est emprisonné en Arménie depuis deux mois dans l’attente de son extradition vers la Russie. Une vengeance politique dénonce sa famille.

L’homme s’appelle Yan Andrayev. Il a 56 ans et réside dans la ville israélienne de Holon. Il est détenu dans une prison d’Erevan dans des conditions difficiles, selon des informations publiées cette semaine par le site d’information israélien Mako, qui a également publié des photos de Yan Andrayev.

Selon le média israélien, Andrayev a été maire d’une petite ville russe appelée Tutayev, à environ 300 kilomètres au nord-est de Moscou. Il occupait ce poste depuis huit ans lorsque le président russe Vladimir Poutine a sollicité son soutien politique lors de l’une de ses campagnes présidentielles, demande qu’il a déclaré avoir déclinée. Mako ne précise pas quand Andrayev était maire de la ville.

M. Andrayev et sa famille ont déclaré que ce refus lui a coûté cher, car les accusations à son encontre ont commencé à s’accumuler. Sa fille, Karine, a déclaré au site israélien que « Poutine s’est assuré de le piéger comme il le faisait pour ses adversaires. Il l’a pris pour cible, a prétendu qu’il avait attaqué un officier de police, puis a produit trois autres cas de corruption et de [fraude] financière. »

La famille d’Andrayev a déclaré qu’il a finalement été acquitté de ces affaires et a retrouvé son poste de maire. Parallèlement, les membres de sa famille ont immigré en Israël par crainte d’être blessés, tandis que lui est resté en Russie. Lors d’une visite en Israël en 2011, selon sa famille, Andrayev a découvert que la Russie demandait son extradition dans le cadre d’une affaire de corruption et de fraude.

Israël a refusé la demande d’extradition russe, selon Mako, et Andrayev est resté dans le pays et a obtenu la citoyenneté israélienne.

Nuit à Erevan, en Arménie. (Aramyan via iStock by Getty Images)

Il y a deux mois, Andrayev s’est rendu à Erevan pour ce qu’il pensait être une visite normale, mais il a été arrêté à l’aéroport. Karine a déclaré que son père « ne pensait pas qu’il y aurait un problème pour aller en Arménie avec un passeport israélien. Il a vérifié. » Elle a ajouté qu’il avait « convaincu Interpol qu’il s’agissait de persécution politique et son nom a été retiré de leur système. »

La famille a engagé des avocats locaux pour défendre Andrayev, qui doit comparaître devant un juge la semaine prochaine, selon les informations relayées par Mako. « Notre père se trouve dans une [situation] très difficile. Il sait qu’il sera dans les prisons russes. Nous nous sommes adressés au ministère des Affaires étrangères et aux ministres, mais rien n’a été fait dans l’intervalle », a déclaré la fille.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré au site d’information qu’il était en contact avec la famille.

Selon les statistiques publiées par la Douzième chaîne israélienne en novembre, 303 Israéliens sont actuellement emprisonnés ou détenus à l’étranger.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...