Un leader de l’UCLA quitte la fac en raison du climat « dangereux » pour les étudiants pro-Israël
Rechercher

Un leader de l’UCLA quitte la fac en raison du climat « dangereux » pour les étudiants pro-Israël

Chatterjee a menacé de refuser le financement d'un événement s'il était utilisé pour promouvoir le boycott d'Israël

Milan Chatterjee (Crédit : Facebook via JTA)
Milan Chatterjee (Crédit : Facebook via JTA)

L’ancien président de l’UCLA Graduate Students Association a quitté la faculté de droit de l’université en raison de ce qu’il appelle un « climat hostile et dangereux sur le campus ».

Milan Chatterjee achèvera sa troisième année d’études de droit à la New York University School of Law, selon le Jewish Journal basé à Los Angeles.

Chatterjee, qui est hindou, a été réprimandé par l’université en juillet pour avoir usé de sa position pour menacer de refuser le financement d’un événement s’il était destiné à promouvoir le boycott d’Israël. Il a expliqué que son intention était de maintenir la neutralité de l’Association des étudiants diplômés dans les affaires politiques.

Le mois dernier, Chatterjee a envoyé une lettre au chancelier de l’UCLA, Gene Block, informant l’université qu’il quittait la faculté suite à l’intimidation et au harcèlement des étudiants et des organisations pro-BDS.

« Je me suis tourné vers les membres hauts placés de votre administration à maintes fois », a souligné Chatterjee dans la lettre du 24 août informant le responsable de l’université de sa décision de partir.

« Je croyais que les administrateurs seraient particulièrement sensibles étant donné le tollé provoqué par les efforts similaires dirigés par le BDS contre les étudiants de l’UCLA… Je ne pouvais pas avoir plus tort », a-t-il écrit.

Il a aussi qualifié le campus de l’UCLA « un environnement hostile et dangereux pour les étudiants, juifs et non-juifs, qui choisissent de ne pas soutenir le mouvement BDS et encore moins ceux qui soutiennent l’Etat d’Israël ».

Dans un communiqué envoyé au Jewish Journal, l’UCLA défend son enquête sur l’incident, qui a constaté que Chatterjee avait violé la politique de l’université sur le « point de vue de la neutralité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...