Un livre de prière des Femmes du mur brûlé par des ultra-orthodoxes
Rechercher

Un livre de prière des Femmes du mur brûlé par des ultra-orthodoxes

Le rassemblement mensuel de prière du groupe de femmes libéral a fait l'objet d'un harcèlement. Des oeufs et des tasses ont été jetés aux fidèles

Un livre de prière qui aurait été incendié par des manifestants ultra-orthodoxes opposés à un rassemblement libéral de prière mené par des femmes au mur Occidental, le 13 juillet 2018 (Crédit :  Elizabeth Kirshner)
Un livre de prière qui aurait été incendié par des manifestants ultra-orthodoxes opposés à un rassemblement libéral de prière mené par des femmes au mur Occidental, le 13 juillet 2018 (Crédit : Elizabeth Kirshner)

Les opposants ultra-orthodoxes à un groupe féminin de prière au mur Occidental auraient incendié un livre de prières et également raillé et jeté des objets en direction des participantes, selon des témoins.

Environ 150 membres du groupe des Femmes du mur se sont retrouvées vendredi sur le lieu saint pour leur réunion de prière mensuelle et elles ont dû affronter un torrent de railleries et de moqueries de la part d’hommes ultra-orthodoxes qui s’opposent à leurs pratiques religieuses.

Elizabeth Kirshner, porte-parole du groupe, a expliqué avoir vu un siddour, ou livre de prière, posé sur le sol, à côté de plusieurs hommes haredim.

Elle s’est lancée en avant, voulant l’attraper, a-t-elle dit au Times of Israel, avant de réaliser qu’il était en feu.

Les haredim qui se tenaient autour du siddour brûlant ont alors ri d’elle, a-t-elle raconté.

Ce n’est pas la première fois que des manifestants haredim endommagent volontairement un livre de prière appartenant aux Femmes du mur, a expliqué Kirshner.

« Il y a deux ans, lors de Rosh Hodesh Tamuz [le 7 juillet 2016], un homme a déchiré l’un de nos siddourim. Mais pour autant que je le sache, c’est la première fois qu’on y met le feu ».

Des hommes ultra-orthodoxes protestent contre un rassemblement de femmes libéral lors d’une prière au mur Occidental, le 13 juillet 2018 (Crédit : Elizabeth Kirshner)

Environ 150 femmes ont participé à la prière, vendredi matin. Aussitôt que le groupe s’est réuni, le harcèlement des hommes à proximité a commencé, notamment des railleries et des insultes. Ils ont aussi jeté des oeufs, des biscuits et des tasses de café sur les participantes.

Un groupe de femmes ultra-orthodoxes a également bousculé les participantes au rassemblement et sifflé pour étouffer leurs prières.

Selon les femmes du mur, la police est restée en marge et n’a rien fait pour mettre un terme aux attaques.

La présidente du groupe, Anat Hoffman, a déclaré aux médias israéliens que le livre brûlé montre « la direction prise par le vent. Là où des siddourim sont incendiés, les personnes finiront également par l’être ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...