Un nombre croissant d’écoles haredi rouvriraient leurs portes
Rechercher

Un nombre croissant d’écoles haredi rouvriraient leurs portes

Le rabbin Chaim Kanievsky aurait approuvé cette initiative, qui viole le confinement ; d'autres institutions pourraient suivre cet exemple dans les prochains jours

Des enfants haredim vont à l'école malgré les règles du confinement national, le 17 janvier 2021. (Capture d'écran)
Des enfants haredim vont à l'école malgré les règles du confinement national, le 17 janvier 2021. (Capture d'écran)

Un nombre croissant d’écoles ultra-orthodoxes rouvrent leurs portes malgré les mesures gouvernementales qui imposent leur fermeture, à un moment où le nombre d’infections au coronavirus atteint des niveaux records, selon de multiples informations qui ont été rendues publiques dimanche.

Le quotidien Haaretz a fait savoir que le rabbin Chaim Kanievsky, un leader éminent de la communauté ultra-orthodoxe, avait autorisé la réouverture d’un certain nombre d’écoles, même si les responsables proches du rabbin n’ont pas confirmé cette information. Kanievsky avait précédemment ordonné aux écoles haredim de rester fermées « pendant plusieurs jours » suite à l’intervention du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le site Walla News a indiqué que les écoles de Jérusalem et de Bnei Brak avaient accueilli à nouveau leurs élèves dès dimanche. Selon Globes, ils ont été des dizaines de milliers à reprendre les cours.

Ils ont rejoint les élèves d’institutions dépendant de sectes plus extrémistes qui avaient refusé de fermer pendant le confinement.

Haaretz a estimé que l’ouverture limitée des écoles, dimanche, aurait probablement un effet domino et encouragerait d’autres établissements à accueillir leurs élèves.

Le directeur d’une école ultra-orthodoxe, qui a témoigné sous couvert d’anonymat auprès de Haaretz, a déclaré que de nombreux chefs d’établissement étaient opposés à la réouverture de leurs institutions au sein de la communauté et dans les circonstances actuelles, marquées par un nombre sans précédent d’infections et de formes graves de la COVID-19. Il a déclaré que certains avaient demandé à Kanievsky s’il fallait reprendre les cours en présentiel et que ce dernier avait répondu par l’affirmative, tout en estimant que cela avait été une erreur de poser la question.

Les institutions ultra-orthodoxes ont violé de manière répétée les décisions prises par le gouvernement pendant toute la pandémie, et les autorités ont peu fait pour sanctionner les contrevenants aux règles du confinement dans cette communauté. Selon ses critiques, Netanyahu évite volontairement de faire appliquer les règles dans la population haredi pour ne pas contrarier ses partenaires de coalition ultra-orthodoxes.

Les tentatives de la police de faire appliquer les directives entraînent souvent des violences. Haaretz et Walla ont noté que les policiers battaient souvent en retraite et qu’ils ne revenaient pas lorsqu’ils rencontraient des résistances.

Des dizaines d’écoles affiliées à des groupes ultra-orthodoxes de la ligne dure ont ouvert leurs portes, jeudi, en violation du confinement. Aucun de ces établissements n’aurait été fermé par la police ou n’aurait écopé d’une amende.

La majorité des écoles ouvertes se situaient à Jérusalem, à Bnei Brak, à Beit Shemesh, à Ashdod, à Elad et à Modiin Illit, selon des informations.

Des policiers à Bnei Brak, le18 octobre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré dimanche que le maintien du confinement était « inutile » si les violations du confinement n’étaient pas sanctionnées de manière égalitaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...