Un officier de Tsahal regrette de ne pas avoir pu arrêter la cellule avant 
Rechercher

Un officier de Tsahal regrette de ne pas avoir pu arrêter la cellule avant 

L'officier refuse de parler d'intifada mais affirme que la vague d'attaques terroristes n'est pas finie

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (g) visite la Cisjordanie le 6 octobre 2015, à la suite des récentes attaques terroristes. (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (g) visite la Cisjordanie le 6 octobre 2015, à la suite des récentes attaques terroristes. (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)

Un officier supérieur du Commandement central de l’armée israélienne a déclaré que la vague d’attentats terroristes n’est pas susceptible de se terminer bientôt.

« Je vois une vague d’escalade [de la violence], et il y a des commentaires appelant à calmer la situation qui viennent du côté palestinien mais je ne peux pas dire que nous sommes proches de la fin de tout ça », a affirmé l’officier lors d’une évaluation de la situation qui a eu lieu à la brigade de Samarie.

Le Premier ministre Netanyahu et le ministre de la Défense Moshe Yaalon étaient tous deux présents lors du briefing.

L’officier a ajouté que les derniers incidents marquent une vague d’attentats terroristes mais pas une Intifada (soulèvement populaire) à grande échelle.

« Nous ne sommes pas encore à une époque où tout cela explose mais plutôt dans ce qui semble être plus des vagues d’attaques terroristes. Il existe de nombreuses façons avec lesquelles nous essayons d’influencer pour que cela reste au pire une vague de terrorisme et cela n’est pas à 100 % fini pour l’instant, » a poursuivi l’officier dont les propos ont été repris par le site en hébreu NRG.

Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

« Il n’est pas encore clair dans quelle mesure il y a eu des directives de l’extérieur dans la dernière attaque terroriste et si cela est une cellule du Hamas avec sa propre hiérarchie », a précisé l’officier, se référant à l’attaque de la semaine dernière au cours de laquelle Eitam et Naama Henkin ont été abattus dans leur voiture en Cisjordanie.

La cellule, composée de cinq membres, qui a été arrêtée, car elle était soupçonnée d’avoir commis l’attaque, a été identifiée par les services de sécurité du Shin Bet comme étant des membres du Hamas.

L’officier a reconnu que l’armée israélienne était au courant de l’existence de la cellule et a expliqué que l’armée n’a pas réussi à arrêter ses membres plus tôt.

« Nous comprenons qu’ils se sont préparés ces dernières semaines, et quand nous sommes allés les arrêter, ils ne se sont pas comportés comme des fugitifs et ne sont pas entrés dans la clandestinité », a-t-il admis.

« Nous n’avons pas trouvé les armes dans les maisons où ils étaient restés, et mis à part un seul, le commandant de la cellule, les autres étaient tous des individus normaux qui n’ont jamais passé de temps en prison. Il y a des cellules là-bas tout le temps et depuis la première fois qu’ils ont tenté de mener une attaque terroriste, nous avons essayé de les attraper, mais sans succès », a-t-il regretté.

La cellule du Hamas est accusée d’avoir mené deux attaques qui ont été infructueuses et au cours desquelles aucun civil n’a été blessé, avant l’attaque de jeudi dernier dans laquelle le jeune couple a été assassiné devant quatre de leurs six enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...