Un officier US aux 3 M d’abonnés TikTok suspendu pour des propos antisémites
Rechercher

Un officier US aux 3 M d’abonnés TikTok suspendu pour des propos antisémites

Le deuxième lieutenant Nathan Freihofer a été suspendu après avoir diffusé une vidéo dans laquelle il dit que le Pokémon préféré des Juifs est "Ash" [cendres]

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le second lieutenant Nathan Freihofer dans une vidéo TikTok postée le 28 août 2020. (Capture d'écran/Twitter)
Le second lieutenant Nathan Freihofer dans une vidéo TikTok postée le 28 août 2020. (Capture d'écran/Twitter)

NEW YORK – L’armée américaine a annoncé lundi avoir suspendu un officier d’artillerie de campagne pour avoir émis des propos blessants sur la Shoah dans une vidéo postée sur TikTok, où il est suivi par près de trois millions d’abonnés.

« Quel est le Pokémon préféré d’un juif ? », demande le second lieutenant Nathan Freihofer dans le court clip, en référence aux personnages d’une série de jeux vidéo populaires.

« Ash » [cendres], répond-il, avant de se mettre à glousser.

Le jeune homme de 23 ans, en poste à Fort Stewart en Géorgie, a reconnu la nature controversée du post, en commençant par dire « LA millionième raison pour laquelle je ne serai jamais contrôlé : l’humour noir », avant d’apparaître levant le bras en signe de salut nazi.

Il termine le clip en disant : « Si vous êtes offensé, allez vous faire f*** parce que c’est une blague. Ne faites pas votre gonzesse. »

La 3ème division d’infanterie de Freihofer a publié une déclaration, qui ne le nomme pas mais qualifie ses propos d’ “ignobles”.

« Les déclarations faites dans la vidéo ne sont pas représentatives des valeurs qui nous animent, et le racisme ou le sectarisme n’ont pas de place dans notre armée ou notre pays », a déclaré l’unité. « Une enquête a été ouverte sur cette affaire et le soldat a été suspendu de toutes les autorités dirigeantes avec effet immédiat, en attendant les résultats de l’enquête. »

En réponse à la vidéo sur Twitter, le sergent major de l’armée américaine Michael Grinston a écrit : « C’est totalement inacceptable. Sur les médias sociaux ou non, les blagues racistes sont racistes. Point final. »

Le règlement de l’armée stipule que les soldats sont « responsables du contenu qu’ils publient sur tous les domaines Internet personnels et publics, y compris les sites de médias sociaux, les blogs et autres sites web. »

Freihofer poste régulièrement sur TikTok ses vidéos montrant sa vie quotidienne dans l’armée, où il fait des exercices ou s’amuse devant le miroir de la salle de bains.

Il totalise plus de 2,9 millions d’abonnés sur la plateforme de vidéos courtes et 220 000 abonnés sur Instagram.

Mais suite à la réaction virulente suscitée par son post de vendredi, son compte TikTok a été coupé et son compte Instagram rendu privé.

Un porte-parole de TikTok a déclaré que la vidéo sur la Shoah avait été retirée car elle bafouait les politiques de la plateforme en matière de discours de haine.

La diffusion de la vidéo de Freihofer sur Twitter par un journaliste du site d’information militaire Task & Purpose a déclenché des centaines de réactions de colère, notamment de la part de groupes juifs et d’organisations d’éducation sur la Shoah.

« C’est pourquoi l’éducation sur l’Holocauste reste d’une importance vitale, en particulier pour les influenceurs numériques qui ont une audience de plusieurs millions. Un second lieutenant prenant à la légère l’Holocauste, et les millions de personnes qui ont été assassinées – donne un exemple inacceptable pour quiconque, où que ce soit », a tweeté l’Anti-Defamation League (ADL).

“Il a écrit : ‘Pour des raisons juridiques, c’est une blague.’ Qu’en est-il des raisons morales et du respect ? Pourrait-il regarder dans les yeux des survivants libérés par la @USArmy et leur dire ceci ? Nathan, si vous voyez cela, tirez la leçon de savoir pourquoi vous avez blessé des personnes réelles et leur mémoire », a déclaré le musée d’Auschwitz sur son compte Twitter.

Freihofer n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

TikTok a récemment été accusé d’échouer à réprimer une tendance qui consiste, pour les utilisateurs de la plateforme chinoise de partage de vidéos, à jouer le rôle de victimes de la Shoah. Une tendance que le musée d’Auschwitz a récemment fustigée.

Dans la plupart des clips, des jeunes femmes et des adolescents jouent l’histoire fictive d’une victime dans l’au-delà, revêtus de déguisements et maquillés d’ecchymoses et de brûlures sur le visage. Les vidéos mentionnent presque toujours Auschwitz et utilisent souvent la chanson de Bruno Mars « Locked out of Heaven » comme bande sonore.

Les clips ont des dizaines de milliers de vues et suscitent des réactions positives sur le réseau.

Au début du mois, les députés de la commission de la Knesset de l’immigration, l’intégration et la diaspora ont accusé TikTok de ne pas s’être présenté à une audition sur les politiques des sociétés de médias sociaux en matière de contenu antisémite.

« Il est particulièrement révélateur que les représentants de TikTok soient absents », avait déclaré la députée Michal Cotler-Wunsh (Kakhol lavan) au début de la session. Elle avait déploré le « manque de prise de responsabilité » de la société, notant que TikTok est une plateforme où « des millions d’enfants sont exposés à des contenus virulemment antisémites » pendant de longues périodes. « Eux aussi doivent être tenus de rendre des comptes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...