Un Palestinien déclaré tué et 312 blessés lors de manifestations à Gaza
Rechercher

Un Palestinien déclaré tué et 312 blessés lors de manifestations à Gaza

Un soldat a été légèrement blessé ; des ballons et cerfs-volants incendiaires ont déclenché 7 incendies en Israël ; l’armée a effectué plusieurs frappes sur des lanceurs de ballons

Des manifestants palestiniens rassemblés le long de la barrière frontalière israélienne à l'est de la ville de Gaza, alors que de la fumée émane de pneus, le 21 septembre 2018. (AFP / Said Khatib)
Des manifestants palestiniens rassemblés le long de la barrière frontalière israélienne à l'est de la ville de Gaza, alors que de la fumée émane de pneus, le 21 septembre 2018. (AFP / Said Khatib)

Un Palestinien aurait été tué et au moins 312 personnes auraient été blessées vendredi, alors que quelque 10 000 Palestiniens manifestaient à la frontière de la bande de Gaza. Certains ont lancé des engins explosifs et des pierres et incendié des pneus.

Un soldat israélien a été légèrement blessé par des éclats de bombe-tuyau lancée sur des troupes, a indiqué l’armée, ajoutant qu’elle avait détecté plusieurs tentatives d’infiltration.

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza a déclaré qu’un jeune de 25 ans avait été tué par balle lors d’une manifestation. 54 autres personnes ont été blessées par des tirs, a indiqué le ministère.

Il a identifié le manifestant tué comme Kareem Mohammad Kolab.

« Les troupes militaires réagissent avec des moyens de dispersion d’émeutes et tirent conformément aux procédures opérationnelles standard », a déclaré l’armée.

Les Palestiniens ont également lancé des ballons et des cerfs-volants en Israël, provoquant au moins 7 incendies le long de la frontière. Des sources palestiniennes ont indiqué qu’un avion avait tiré sur un groupe qui lançait des engins incendiaires. L’armée a confirmé plusieurs frappes dans le nord de Gaza, sans donner plus de détails.

Vendredi soir, les pompiers luttaient toujours contre quatre incendies, a déclaré un porte-parole.

La bande de Gaza est confrontée à une vague de violence depuis le début des manifestations de la « Marche du retour » organisées le long de la frontière depuis mars. Lors de ces affrontements, orchestrés par des responsables du Hamas à Gaza, les manifestants ont notamment lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les troupes israéeliennes, mais aussi tenté de franchir la barrière et d’attaquer des soldats israéliens.

Les Palestiniens de Gaza ont également lancé des engins aéroportés incendiaires en direction d’Israël, provoquant l’incendie de milliers d’hectares de forêts et de terres agricoles, pour une estimation de millions de shekels de dommages.

Plus de 130 Gazaouis auraient été tués par les tirs israéliens depuis le début des affrontements. Un soldat israélien a été abattu par un tireur d’élite palestinien. Le Hamas, un groupe terroriste islamiste qui a pris le contrôle de Gaza en 2007 et qui cherche à détruire Israël, a reconnu que des dizaines de victimes palestiniennes faisaient partie de ses membres.

En outre, Israël et le Hamas ont participé ces derniers mois à de nombreux échanges de tirs lors desquels des groupes terroristes à Gaza ont lancé des centaines de roquettes sur le territoire israélien, notamment plus tôt ce mois-ci lors de la flambée de violence la plus grave depuis la guerre de 2014.

Selon différentes sources, Israël serait en pourparlers avec le Hamas, via la médiation de l’ONU et de l’Egypte, pour l’instauration d’une trêve à long terme dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...