Rechercher

Un Palestinien succombe à ses blessures après un échange de tirs avec Tsahal

Tsahal affirme que Mohammad Hussein Zakarna, 17 ans, a été abattu après avoir ouvert le feu sur des soldats au volant d'une moto lors d'une opération d'arrestation à Jénine

Des véhicules militaires israéliens circulent dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 9 avril 2022. (Crédit: Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Des véhicules militaires israéliens circulent dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 9 avril 2022. (Crédit: Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Un jeune Palestinien blessé lors d’une opération d’arrestation de Tsahal près de Jénine a succombé à ses blessures lundi, selon le ministère palestinien de la Santé.

Il a été identifié comme étant Mohammad Zakarneh, âgé de 17 ans. Le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu’il avait été blessé au bassin lors de l’incident de dimanche. Selon les responsables de la santé palestiniens, Zakarneh a été touché par une balle dum-dum – un type de balle particulièrement mortel – et est finalement mort d’une hémorragie.

Selon Tsahal, les soldats sont entrés dans la zone, dans le nord de la Cisjordanie, afin d’arrêter deux des frères de Raad Hazem, le terroriste qui a tué trois Israéliens lors d’une attaque terroriste à Tel-Aviv jeudi.

L’armée a déclaré avoir tiré sur Zakarneh après qu’il a tiré sur les soldats au volant de sa moto.

Les militaires ont ajouté que « les services de renseignements nous ont indiqué que les deux frères du terroriste se trouvaient dans l’un des véhicules » qui avaient été aperçus à proximité de l’habitation de Hazem, dans le village de Deir Ghazaleh.

L’armée a précisé que des balles avaient touché le véhicule qui circulait aux environs de Jénine mais que ce dernier avait toutefois réussi à prendre la fuite. Tsahal a noté que les soldats avaient visé les pneus, mais des images montrent des fenêtres brisées.

La famille de Hazem possède deux maisons dans la région, l’une dans le camp de réfugiés de Jénine et l’autre dans le village voisin de Deir Ghazaleh, où le raid a eu lieu.

Fathi Hazem, le père du terroriste, a écrit sur Facebook que son épouse et son plus jeune fils se trouvaient dans la voiture qui a été prise pour cible par les balles des soldats.

« L’armée a attaqué directement le véhicule ; j’ai bougé la voiture et seul le côté du véhicule a été touché. Ces gens voulaient tuer, ils ne voulaient pas nous arrêter », déclare par ailleurs le frère de Hazel dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux palestiniens. Il a précisé qu’il se trouvait en compagnie de sa mère et de son frère de six ans.

Les forces de sécurité israéliennes cherchent à arrêter le père et le frère de Raad Hazem pour leur implication présumée dans l’attaque qui a déchiré Tel Aviv. Le père du terroriste, Fathi, est un ancien prisonnier sécuritaire qui avait fait une carrière d’agent au sein des services de sécurité de l’Autorité palestinienne à Jénine. Il a rendu hommage à son fils suite à l’attentat commis à Tel Aviv et il a par ailleurs refusé de se rendre à une convocation israélienne en vue d’un interrogatoire.

Les tensions ont grimpé en flèche entre Israël et les Palestiniens, ces dernières semaines, dans un contexte d’attentats terroristes qui se sont répétés au sein de l’État juif et qui ont fait 14 morts. L’armée a renforcé ses activités en Cisjordanie pour tenter de réprimer ce cycle de violences.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...