Rechercher

Nouvelle opération de Tsahal dans le secteur de Jénine

Le raid intervient le lendemain de l'entrée des troupes à Jénine ; des émeutiers auraient pénétré par effraction dans le tombeau de Joseph et vandalisé le site

Des véhicules militaires israéliens circulent dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 9 avril 2022. (Crédit: Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Des véhicules militaires israéliens circulent dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 9 avril 2022. (Crédit: Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Les forces de sécurité israéliennes ont mené des raids à grande échelle dimanche matin à Jénine, le village palestinien voisin de Yabad et le camp de réfugiés de Balata près de Naplouse.

Le terroriste palestinien Diaa Hamarsheh qui est entré illégalement en Israël depuis le village et s’est livré à une fusillade à Bnei Brak près de Tel Aviv le 28 mars, tuant cinq personnes, vivait à Yabad.

Tsahal a confirmé que des troupes menaient des opérations dans la région de Jénine, mais n’a donné aucun autre détail.

Selon des informations, des hommes armés ont ouvert le feu sur les troupes israéliennes, déclenchant une fusillade.

Un Palestinien aurait été blessé – aucun détail sur son état n’a été communiqué.

Pendant ce temps, des émeutiers palestiniens sont apparemment entrés dans le tombeau de Joseph près de la ville de Naplouse et ont vandalisé le sanctuaire pendant la nuit.

Selon les informations de la Treizième chaîne, une centaine de Palestiniens sont entrés sur le site et y ont brisé des objets. Des signes d’incendies pouvaient également être vues sur les photos de la scène. Le tombeau est vénéré par les juifs, les chrétiens et les musulmans et a souvent été un foyer de violence.

Les opérations de dimanche ont eu lieu au lendemain d’une descente à Jénine, par les soldats israéliens, au domicile du terroriste qui a perpétré l’attaque meurtrière à Tel-Aviv jeudi soir, tuant trois personnes.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, un Palestinien a été tué et au moins 13 autres ont été blessés dans les affrontements.

Le Palestinien mort a été identifié comme étant Ahmed as-Saadi, un tireur du Jihad Islamique Palestinien du camp de réfugiés de Jénine. Son fusil M16 a été saisi par les soldats de Tsahal.

Les forces de l’ordre israéliennes et le personnel d’urgence sur les lieux d’un attentat terroriste qui a coûté la vie à cinq personnes, le 29 mars 2022, à Bnei Brak. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Les forces de sécurité ont déclaré que trois personnes avaient été arrêtées lors du raid, dont un homme armé grièvement blessé lors d’un échange de tirs et emmené par hélicoptère militaire à l’hôpital Rambam à Haïfa pour y être soigné.

Selon des informations, l’armée a cherché à arrêter le père de Raad Hazem, le terroriste qui a tué trois personnes en ouvrant le feu sur un bar de Tel Aviv jeudi soir, mais il n’était pas chez lui au moment de l’opération.

Policiers et secouristes s’activent sur les lieux d’un attentat terroriste rue Dizengoff, au centre de Tel-Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le père de Hazem, Fathi, est un ancien prisonnier de sécurité qui a auparavant servi comme officier dans les services de sécurité de l’Autorité palestinienne à Jénine. Il a refusé d’être interrogé par les médias israéliens.

Vendredi, Fathi a salué les actions de son fils devant une foule rassemblée devant la maison familiale. « Vos yeux verront bientôt la victoire. Vous verrez le changement. Vous obtiendrez votre liberté… Dieu, libérez la mosquée Al-Aqsa de la profanation des occupants », a déclaré Fathi.

Hazem a pris la fuite après l’attaque et a été retrouvé caché près d’une mosquée à Jaffa après une chasse à l’homme de plusieurs heures impliquant des centaines d’agents de sécurité. Alors qu’il levait initialement les mains en signe de reddition, Hazem aurait alors sorti une arme à feu et ouvert le feu sur les officiers, qui ont riposté et l’ont tué.

Fathi Hazem, le père de Raad Hazem, un terroriste palestinien qui a tué trois Israéliens et en a blessé plusieurs autres à Tel Aviv la nuit précédente, embrasse un ami chez lui dans la ville cisjordanienne de Jénine, le 8 avril 2022. (Crédit: JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

Selon les médias palestiniens, les troupes à Jénine ont recueilli samedi des preuves au domicile de la famille Hazem et interrogé d’autres proches sur les lieux.

Les médias indiquent que des proches de Hazem sont soupçonnés de l’avoir aidé à préparer l’attaque ainsi que de l’avoir aidé à la mener à bien.

L’agence de sécurité du Shin Bet a déclaré que Hazem n’avait « aucune affiliation organisationnelle claire, aucune expérience en matière de sécurité et aucune arrestation antérieure ».

En plus des perquisitions, la maison de la famille Hazem a été cartographiée par les troupes avant une éventuelle démolition.

Des Palestiniens jettent des pierres sur un véhicule militaire israélien dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine en Cisjordanie lors d’un raid contre la maison d’un terroriste le 9 avril 2022 (Crédit: Jaafar Ashtiyeh / AFP)

Selon les médias palestiniens, la famille du terroriste possède deux maisons dans la région – une dans le camp de réfugiés de Jénine et une autre dans le village de Deir Ghazaleh.

Les raids ont eu lieu quelques heures après que le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, a déclaré que l’armée allait intensifier ses activités dans le nord de la Cisjordanie, à la suite de plusieurs incidents terroristes meurtriers impliquant des Palestiniens de la région de Jénine et alors que les responsables pensaient que l’Autorité palestinienne perdait le contrôle de la zone.

Kohavi a ordonné à Tsahal d’étendre et d’intensifier les opérations offensives en Cisjordanie, en particulier dans les villes du nord d’où sont arrivés les récents terroristes.

Selon la chaîne publique Kan, l’Autorité palestinienne est contestée pour le contrôle de la zone autour de Jénine par le groupe terroriste du Jihad islamique et des membres du Fatah, la Faction palestinienne dirigée ostensiblement par le président de l’AP Mahmoud Abbas.

Les responsables israéliens veulent que l’Autorité palestinienne réprime le terrorisme dans la région, mais craignent qu’elle ne le puisse pas.

La semaine dernière, les troupes israéliennes ont tenté d’arrêter une équipe de terroristes en route vers une attaque. Trois membres du Jihad islamique ont été tués dans l’échange de tirs qui a suivi près de Jénine et quatre soldats israéliens ont été blessés.

Samedi, Tsahal a annoncé que trois autres troupes seront envoyées pour renforcer les opérations défensives dans la zone frontalière de la « zone de jointure » le long de la Ligne verte séparant Israël et la Cisjordanie.

Il y a de nombreuses brèches dans la barrière de sécurité. Tsahal a envoyé des milliers de soldats ces dernières semaines le long de la barrière de sécurité pour empêcher les Palestiniens de pénétrer en Israël.

Des soldats fouillent les lieux d’une attaque terroriste dans la rue Dizengoff, au centre de Tel Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit: Noam Revkin Fenton/Flash90)

D’autres attentats ces dernières semaines à Hadera et Beer Sheva, par des Israéliens arabes qui auraient été inspirés par l’État islamique, ont fait six autres morts.

L’escalade est survenue au milieu du mois sacré musulman du Ramadan – souvent une période de haute tension en Israël et en Cisjordanie. Israël a renforcé les mesures de sécurité en réponse aux attaques et déployé des forces supplémentaires en Cisjordanie, à la frontière de Gaza et dans les grandes villes telles que Jérusalem et Tel-Aviv.

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...