Un partisan de l’accord iranien, ancien envoyé en Israël, était employé par Boeing
Rechercher

Un partisan de l’accord iranien, ancien envoyé en Israël, était employé par Boeing

Thomas Pickering a été employé par l’avionneur entre 2001 et 2006, et a ensuite été consultant

Un Boeing 747 d'IranAir sur le tarmac de l'aéroport intérieur de Mehrabad à Téhéran, le 15 janvier 2013. (Crédit : AFP/Behrouz Mehri)
Un Boeing 747 d'IranAir sur le tarmac de l'aéroport intérieur de Mehrabad à Téhéran, le 15 janvier 2013. (Crédit : AFP/Behrouz Mehri)

WASHINGTON – Un consultant américain payé par Boeing a défendu l’accord nucléaire iranien sans révéler ses liens avec l’avionneur et ses intérêts directs dans le succès de l’accord.

Thomas Pickering, ancien ambassadeur des Etats-Unis en Israël (1985 – 1988), était l’un des avocats les plus tenaces à la levée des sanctions pour l’accord nucléaire. Il a témoigné devant le Congrès et publié des chroniques.

Pickering a déclaré mercredi au Daily Beast qu’il avait été employé par Boeing de 2001 à 2006, a été consultant de 2006 à 2015, et que la firme où il est à présent directeur, Hills & Company International Consultancy, conseillait Boeing l’année dernière. On ne sait pas si la compagnie conseille toujours l’avionneur.

Le Daily Beast n’a pas pu trouver de preuve montrant que Pickering avait révélé sa relation avec Boeing quand il se prononçait en faveur de l’accord dans les médias, ou quand il témoignait devant le Congrès.

Thomas Pickering (Crédit : autorisation)
Thomas Pickering (Crédit : autorisation)

L’accord a principalement libéré les tierces parties qui traitent avec l’Iran des sanctions américaines, mais a maintenu la plupart des interdictions sur les entités américaines traitant avec l’Iran. Boeing est une exception, et il devrait vendre jusqu’à 25 milliards de dollars d’aviation civile au pays.

L’Iran voulait que Boeing soit un composant de l’accord parce que ses avions civils sont dépassés et ont souffert de multiples accidents ces dernières années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...