Un rabbin russe critique l’interdiction d’un livre d’un rabbin du 19e siècle
Rechercher

Un rabbin russe critique l’interdiction d’un livre d’un rabbin du 19e siècle

Boruch Gorin, proche du grand rabbin du pays, a fustigé la censure du tribunal, qui a estimé que le livre était extrémiste

Le rabbin Boruch Gorin est l'éditeur de Knizhniki, une maison d'édition basée à Moscou qui travaille à traduire du yiddish vers le russe (Crédit : autorisation)
Le rabbin Boruch Gorin est l'éditeur de Knizhniki, une maison d'édition basée à Moscou qui travaille à traduire du yiddish vers le russe (Crédit : autorisation)

Un important rabbin russe a sévèrement condamné un jugement d’un tribunal de Sotchi, ville côtière de la mer Noire, qui a interdit un livre écrit par un rabbin du 19e siècle jugé extrémiste.

Le rabbin Boruch Gorin, proche du grand rabbin de Russie Berel Lazar et cadre de la Fédération des communautés juives russes, affiliée au Habad de Russie, a déclaré que le jugement de lundi était « absurde » car il qualifie d’extrémiste le livre Baptisé de force du rabbin Marcus Lehmann.

Le roman, qui raconte la volonté d’un Juif de garder sa religion malgré des pressions extérieures pour qu’il y renonce, a été ajouté à la liste fédérale des documents extrémistes du ministère russe de la Justice.

Dans sa critique cinglante, Gorin, éditeur de profession, a déclaré que la décision était une « parodie de justice » qui appartenait au 19e siècle.

Il a également suggéré qu’elle s’inscrivait dans la politique judiciaire de Sotchi pour limiter le développement de la vie spirituelle juive, avant de le comparer aux tendances à déformer l’histoire de la Shoah en Lituanie.

Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le grand rabbin de Russie Berel Lazar, en mars 2005. (Crédit : Kremlin/JTA)
Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le grand rabbin de Russie Berel Lazar, en mars 2005. (Crédit : Kremlin/JTA)

Ces propos de Gorin sont la déclaration la plus récente qui reflète le malaise croissant face aux autorités et à la justice d’un homme qui est le porte-parole de Lazar.

Le grand rabbin de la Fédération des communautés juives a travaillé étroitement avec le Kremlin sur des sujets liés à la vie juive en Russie, qui s’est épanouie sous la présidence de Vladimir Poutine, dont le gouvernement a alloué des terrains à la construction de nombreuses synagogues.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...