Un religieux chiite appelle à révoquer la citoyenneté de Nasrallah, lié à l’Iran
Rechercher

Un religieux chiite appelle à révoquer la citoyenneté de Nasrallah, lié à l’Iran

Muhammad Ali Al-Husseini a accusé le leader du Hezbollah de "collaboration claire" avec un pays étranger et a expliqué que Téhéran veut "diviser et infiltrer" le Liban

L'ecclésiastique libyen Sayyed Muhammad Ali al-Husseini (image Facebook)
L'ecclésiastique libyen Sayyed Muhammad Ali al-Husseini (image Facebook)

Un religieux chiite libanais a vivement recommandé au Liban d’ôter sa citoyenneté au leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, en raison de sa « collaboration claire » avec l’Iran et de son allégeance à Téhéran.

Dans une interview diffusée la semaine dernière sur Al-Arabiya, Muhammad Ali Al-Husseini a appelé à révoquer la citoyenneté du chef du groupe terroriste qui aurait dit que la doctrine iranienne de Tutelle des juristes – qui octroie à l’ayatollah Ali Khamenei le pouvoir politique suprême – était supérieure à la constitution du Liban.

« Ce que le régime iranien cache grâce à ses méthodes de dissimulation politique a été exposé aujourd’hui par Nasrallah, par ses lapsus. Ces déclarations nuisent à l’Etat libanais, à sa constitution et à son droit », a dit Husseini, selon une traduction fournie par le MEMRI (Middle East Media Research Institute).

« C’est une collaboration claire entre un Libanais et un pays étranger. Et donc, tout comme l’a fait avec justesse le Bahreïn lorsqu’il a révoqué la citoyenneté de ceux qui collaboraient avec l’Iran et qui nuisaient à son image, j’appelle l’Etat du Liban à révoquer la citoyenneté de Hassan Nasrallah », a-t-il ajouté.

Le groupe terroriste a nié que Nasrallah ait tenu ces propos qui ont été rapportés par l’agence de presse iranienne Farda.

Le Hezbollah reçoit une aide militaire extensive de l’Iran et le groupe terroriste est un acteur déterminant dans « l’axe de résistance » à Israël, avec la république islamique à sa tête.

Des femmes brandissent des drapeaux
libanais et du Hezbollah devant les portraits du dirigeant suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei et du dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah, dans la ville de Bint Jbeil, au sud du Liban, le 13 août 2016. (AFP Photo / Mahmoud Zayyat)

De plus, Husseini a dit que l’Iran oeuvrait à saper les pays arabes et à semer la discorde au Moyen-Orient.

« Ce qui arrive aujourd’hui dans notre nation – et je l’ai dit dans plus de mille interviews et déclarations – c’est que l’Iran perse s’efforce de briser notre nation arabe en mille morceaux. L’Iran veut diviser et infiltrer notre nation. L’Iran attend notre nation en embuscade », a-t-il déclaré.

« Nous avons commencé à avoir un problème au Liban lorsque l’Iran a fondé le Hezbollah, qu’il a fait de ce groupe et de ses membres des combattants qui luttent ici et là au Liban, qui menacent les Emirats arabes unis, le Koweït, et le Yémen et qui affrontent l’Arabie saoudite », a ajouté Husseini.

Il a également accusé l’Iran et les « fidèles de Nasrallah » de mettre en danger l’islam chiite qui, même s’il est suivi par une majorité d’Iraniens, draine moins de fidèles dans le monde musulman que l’islam sunnite.

Husseini avait évoqué avec force dans le passé l’influence iranienne au Liban et cherché à transmettre des messages de paix et de non-violence en hébreu sur les réseaux sociaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...