Un résident de Tel Aviv arrêté pour incitation à la violence contre Netanyahu
Rechercher

Un résident de Tel Aviv arrêté pour incitation à la violence contre Netanyahu

La cour a prolongé la détention de l'homme de 39 ans qui appelait à ce que le Premier ministre soit "neutralisé" ; son avocat juge la décision de justice disproportionnée

Une publication Facebook par Michael Ronen Agmon, qui traite le Premier ministre Benjamin Netanyahu "d'ennemi d'Israël". (Crédit : Facebook)
Une publication Facebook par Michael Ronen Agmon, qui traite le Premier ministre Benjamin Netanyahu "d'ennemi d'Israël". (Crédit : Facebook)

Un homme de Tel Aviv, âgé de 39 ans, a été arrêté pendant le week-end. Il est suspecté d’incitation à la violence contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a indiqué la police dimanche.

La cour des Magistrats de Tel Aviv a prolongé la détention de Michael Ronen Agmon jusqu’à mardi et la cour du district de Tel Aviv a rejeté son appel.

Durant l’audience de dimanche, la police a présenté à la cour plusieurs publications Facebook d’Agmon, notamment une dans laquelle il dit que Netanyahu doit être « neutralisé » et une autre dans laquelle le visage du Premier ministre est entourée de cranes et de la phrase « ennemi d’Israël ».

Rejetant l’appel d’Agmon, la juge Maayan Ben Ari a déclaré que la décision de la cour de prolonger sa détention était juste et que ses propos comportaient des « éléments d’une activité vigoureuse ».

Un représentant de la police a déclaré au juge lors de l’audience de renvoi qu’ils avaient reçu une information concernant Agmon de la part du bureau du Premier ministre.

L’officier a également présenté au tribunal un message WhatsApp prétendument envoyé par le suspect, dans lequel il demandait que l’on fasse du mal à Netanyahu.

Agmon a déclaré au tribunal : « Je m’oppose fermement à la violence et je n’ai aucune intention de faire quoi que ce soit. »

Son avocat, Roy Gabriel, a ajouté que la décision d’emprisonner son client était « disproportionnée ».

« Chaque heure de détention supplémentaire est malheureuse. Il n’a même pas eu obtenu de ‘likes’ sur Facebook », a-t-il ajouté.

Au début du mois, Netanyahu a déposé une plainte à la police contre un militant de gauche qui semblait menacer d’assassiner son fils Yair lors d’une manifestation.

« L’incitation à l’extrême gauche a franchi les lignes rouges », a déclaré Netanyahu dans un communiqué. « Ce sont des menaces concrètes contre la vie de mon fils. Elles ne doivent pas être ignorées ».

La semaine dernière, deux personnes ont été interrogées par la police en rapport avec des menaces de mort et d’autres messages de harcèlement envoyés au procureur général Avichai Mandelblit, qui a été mis sous le feu des projecteurs pour avoir poursuivi des accusations criminelles contre Netanyahu .

Un avocat représentant l’un des suspects a déclaré que son client était impliqué dans des critiques légitimes à l’encontre du procureur général.

« La police essaie de faire taire les critiques légitimes. Mon client n’a pas menacé ou harcelé Mandelblit – elle a demandé aux citoyens de le contacter et de lui demander des réponses. Une personne au pouvoir comme Mandelblit doit donner des réponses au public », a déclaré Yitzchak Bam au radiodiffuseur public Kan.

Mandelblit avait déposé une plainte auprès de la police un jour plus tôt concernant ces menaces.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...