Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Un responsable US au Moyen-Orient pour parler otages du Hamas et offensive à Rafah

Les entretiens de Brett McGurk sont destinés à voir "si nous pouvons mettre en place cet accord sur les otages", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche

Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche américaine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, s'exprimant lors du 17e dialogue de Manama de l'IISS, dans la capitale bahreïnie Manama, le 21 novembre 2021. (Crédit : Mazen Mahdi/AFP)
Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche américaine pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, s'exprimant lors du 17e dialogue de Manama de l'IISS, dans la capitale bahreïnie Manama, le 21 novembre 2021. (Crédit : Mazen Mahdi/AFP)

Le conseiller du président américain Joe Biden pour le Moyen-Orient se rend cette semaine dans la région pour tenter de faire avancer l’accord sur les otages et s’entretenir avec Israël au sujet de son offensive prévue à Rafah, a annoncé la Maison Blanche mardi.

Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, va mener des discussions mercredi en Egypte et jeudi en Israël, a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby.

Ce voyage intervient au moment où les Etats-Unis et deux autres médiateurs, le Qatar et l’Egypte, tentent d’arracher, avant le ramadan début mars, un nouvel accord de trêve permettant une pause de plusieurs semaines dans les combats, assortie de la libération d’otages.

Les entretiens de M. McGurk sont destinés à voir « si nous pouvons mettre en place cet accord sur les otages », a déclaré M. Kirby à la presse.

M. McGurk réitérera par ailleurs les inquiétudes du président Joe Biden au sujet d’une opération à Rafah sans protection des civils, a assuré M. Kirby.

Israël a rejeté les appels répétés à épargner Rafah, une ville du sud de Gaza, où environ 1,4 million de Palestiniens déplacés sont refugiés. Israël affirme que Rafah est le dernier bastion militaire du Hamas et que les dirigeants du groupe terroriste ainsi que certains des otages s’y trouvent probablement.

Des Palestiniens font la queue pour un repas gratuit à Rafah, dans la bande de Gaza, le 16 février 2024. (Crédit : AP Photo/Fatima Shbair)

« Dans les circonstances actuelles, sans tenir compte de la sécurité de ces réfugiés, nous continuons à penser qu’une opération à Rafah serait un désastre », a déclaré M. Kirby.

Mardi, les Etats-Unis ont opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui exigeait un cessez-le-feu immédiat à Gaza, estimant que l’adoption du texte aurait sapé les négociations en cours.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza.

Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages.

Plus de 29 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé dirigé par les terroristes du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 12 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.