Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

Un secouriste arabe de ZAKA se confie sur son travail depuis les massacres du Hamas

Jamal Waraqi, qui ne savait pas par où commencer, se dit choqué par ce dont il a été témoin dans les localités du sud ; il exhorte tous les groupes religieux à "faire leur part pour le pays"

Jamal Waraqi, volontaire arabe israélien du service de secours ZAKA, le 13 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Jamal Waraqi, volontaire arabe israélien du service de secours ZAKA, le 13 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un Arabe musulman israélien volontaire au sein du service de secours ZAKA a déclaré lundi qu’il pensait avoir « tout vu » avant que les terroristes palestiniens du Hamas ne déchaînent leur haine sur les communautés du sud le 7 octobre.

Cependant, lorsqu’il est arrivé sur les lieux d’un massacre brutal dans la ville de Sderot, c’était « la première fois que j’arrivais sur une scène (…) et que je ne savais pas du tout par où commencer », a déclaré Jamal Waraqi lors d’une interview accordée à la Douzième chaîne.

Waraqi a déclaré qu’il n’avait pas pleinement saisi l’ampleur de la catastrophe avant de voir un homme allongé à côté d’une moto à l’entrée de la ville méridionale.

« J’ai découvert que l’homme avait reçu une balle dans la tête. Après cela, j’ai relevé la tête et j’ai commencé à voir des corps éparpillés sur la route de gauche à droite. »

ZAKA, un groupe qui s’occupe de récupérer les restes humains après des attentats terroristes entre autres catastrophes, travaille 24 heures sur 24 depuis le 7 octobre, date à laquelle des terroristes ont fait irruption par la frontière de Gaza et ont brutalement assassiné 1 200 personnes – pour la plupart des civils dans leurs maisons et lors d’un festival de musique – et enlevé au moins 240 personnes sous un déluge de roquettes tirées sur l’ensemble d’Israël.

Lors de l’entretien, Waraqi a déclaré avoir travaillé dans les kibboutzim de Saad, Kfar Aza et Beeri, sites de terribles atrocités commises par les terroristes. Des familles entières ont été abattues, brûlées vives et mutilées dans leurs maisons pendant l’incursion.

Un soldat israélien à Kfar Azza, le 16 octobre 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

« Ce n’était pas facile – quand nous entrons dans une maison et commençons à découvrir la vie qui était », a-t-il déclaré, décrivant la vue de photos, de jouets et de bougies de Shabbat encore disposés, à côté de cadavres.

« Cinq personnes sur une photo, cinq cadavres sur le sol ».

Il ajoute que cela le « ronge » de l’intérieur lorsqu’il rentre chez lui après son travail, sachant qu’un travail inachevé a été laissé là où les atrocités ont eu lieu.

« J’essaie de m’endormir, mais en même temps, mon esprit s’emballe (…). J’ai peut-être raté quelque chose, alors demain, je dois y retourner, pour m’assurer que j’ai fait le travail et que j’ai rendu hommage à ceux qui le méritent », a-t-il déclaré.

« Ce qui s’est passé là-bas n’est pas lié à l’islam ou à une quelconque religion », a-t-il poursuivi. « C’est lié aux cannibales, à la cruauté et à la haine débridée, pas à la religion. »

« Dans le Coran, il est écrit que pendant la guerre – et je ne définis pas cela comme une guerre, parce que ce qui s’est passé était une attaque contre des innocents, pas une guerre – mais aussi pendant la guerre, notre loi dit que vous ne pouvez pas tuer les femmes, les enfants ; il est interdit de tuer les personnes âgées, vous ne pouvez même pas couper un arbre », a-t-il dit. « Et si une personne se tient devant moi sans arme, je ne peux pas lui faire de mal. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé ici. »

Dossier : Les destructions causées par les terroristes du Hamas au kibboutz Beeri, près de la frontière entre Israël et Gaza, dans le sud d’Israël, le 14 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Waraqi a déclaré qu’il n’avait pas eu peur de travailler, même si la zone n’avait pas encore été débarrassée des terroristes dans les premiers jours de la guerre : « Quelqu’un doit faire le travail. Si ce n’est pas moi, quelqu’un d’autre doit le faire. »

Il explique qu’il a commencé à faire du bénévolat pour ZAKA il y a 13 ans à Jérusalem. L’organisation est généralement associée à la communauté ultra-orthodoxe, mais elle compte des bénévoles issus de l’ensemble de la société israélienne.

« À mes yeux, cela n’a pas d’importance, je fais partie de ce pays, comme tous les Arabes, musulmans, Druzes et chrétiens, cela n’a pas d’importance. Nous devons faire notre part pour le pays », a déclaré Waraqi.

Il a qualifié ses collègues « d’anges » qui interviennent pour régler des problèmes que d’autres ne peuvent pas résoudre, ajoutant que « dès que j’ai rejoint la famille ZAKA, j’ai eu l’impression d’en faire partie ».

Il a indiqué que l’organisation avait proposé à ses membres de les conseiller en raison des horreurs dont ils ont été témoins, mais il a précisé que pour l’instant, il se concentrait sur son travail.

Il n’y a « pas de place pour [d’autres] considérations. Il n’y a de place que pour le travail », a déclaré Waraqi.

« Nous sommes dans la même situation que les Juifs, les musulmans, les chrétiens et les Druzes. Il est impossible de faire la différence. L’État d’Israël est un seul corps, nous sommes la main gauche, les Juifs sont la main droite, et un corps ne peut pas fonctionner si l’une des mains ne fonctionne pas. Nous devons être un seul corps, une seule âme », a-t-il poursuivi.

« Il est possible de vivre en paix ; en fin de compte, nous recherchons tous la même chose. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.