Rechercher

Un site Internet pour la Journée des Juifs exilés des pays arabes et de l’Iran

Cette date est célébrée depuis 2014, quand la Knesset a fixé au 30 novembre cette journée de commémoration

Une famille juive yéménite, marchant dans le désert vers un camp mis en place par l’American Joint Distribution Committee, près d’Aden. (Crédit : Archives photographiques nationales israéliennes)
Une famille juive yéménite, marchant dans le désert vers un camp mis en place par l’American Joint Distribution Committee, près d’Aden. (Crédit : Archives photographiques nationales israéliennes)

À l’occasion de la Journée des Juifs exilés des pays arabes et de l’Iran, célébrée le 30 novembre, l’ambassade d’Israël en France a lancé un nouveau site internet dédié à l’éducation et à leur mémoire et permettant d’en savoir plus sur ces populations et leurs parcours.

« Ce site vous propose de découvrir l’histoire des Juifs d’Orient et de leur exode des pays arabes, à travers une approche chronologique et thématique », peut-on lire. Des documentaires, photos, vidéos, témoignages, cartes et glossaires au sujet de cet exode oublié sont ainsi proposés à travers différents onglets.

Cette date est célébrée depuis le 23 juin 2014, quand la Knesset a fixé au 30 novembre cette journée de commémoration.

Sa mise en place faisait suite à la Déclaration de Jérusalem du 10 septembre 2012 sur la Justice pour les Juifs des pays arabes, qui « rappelait et consacrait l’engagement de l’État d’Israël pour la défense des droits des Juifs originaires des pays arabes, la protection de leur patrimoine et la transmission de leur histoire ».

« La date du 30 novembre se réfère au début des persécutions systématiques des régimes des États arabes ou musulmans envers leurs communautés juives en représailles du vote du plan de partage de la Palestine mandataire en deux États, juif et arabe, le 29 novembre 1947, et qui venaient souvent prolonger des discriminations et exactions anti-juives antérieures au conflit israélo-arabe. En raison de ces persécutions, parfois ouvertes, parfois insidieuses, près de 850 000 Juifs des pays arabes durent quitter leurs foyers entre 1947 et 1972 », lit-on sur le site.

« Ces communautés juives des pays arabes et d’Iran y résidaient depuis plus de 2 500 ans, parfois plus de onze siècles avant la conquête arabo-musulmane. Après la conquête, elles se sont acculturées à la civilisation du nouvel empire, apportant une contribution importante à la culture arabo-musulmane. Elles furent néanmoins traitées comme des communautés étrangères par les régimes et les populations descendants des conquérants et soumises à un régime juridique discriminatoire et humiliant. Après le départ des Juifs, leur patrimoine dans les pays arabes et d’Iran fut confisqué ou détruit par des régimes soucieux d’effacer toute trace de ‘l’ennemi’ de leur territoire. »

« Le conflit israélo-arabe fut longtemps le catalyseur de cette persécution aux causes plus anciennes, entravant les efforts pour protéger les biens et les personnes juives en terres arabes et préserver le patrimoine juif approprié ou détruit par les régimes arabes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...