Un suspect arrêté pour avoir agressé Yehudah Glick à Jérusalem-Est
Rechercher

Un suspect arrêté pour avoir agressé Yehudah Glick à Jérusalem-Est

L'ancien député Likud a qualifié l'attaque dont il a été victime alors qu'il rendait visite à la famille d'Iyad Halak de "lynchage meurtrier qui s'est terminé par un miracle"

La vidéo diffusée par la chaîne publique Kan le 4 juin 2020 montre la police en train d'arrêter un suspect en relation avec l'agression de l'ancien député Likud Yehudah Glick dans le quartier Wadi al-Joz de Jérusalem-Est. (Capture d'écran : Twitter)
La vidéo diffusée par la chaîne publique Kan le 4 juin 2020 montre la police en train d'arrêter un suspect en relation avec l'agression de l'ancien député Likud Yehudah Glick dans le quartier Wadi al-Joz de Jérusalem-Est. (Capture d'écran : Twitter)

La police a arrêté un suspect qui aurait été impliqué dans l’agression jeudi d’un ancien législateur du Likud qui rendait visite à la famille d’un Palestinien autiste de Jérusalem-Est abattu par la police.

Le suspect, qui, selon la police, est un résident du quartier Wadi al-Joz de Jérusalem-Est, âgé d’une vingtaine d’années, faisait prétendument partie d’un groupe qui a attaqué Yehuda Glick, un militant de longue date pour le droit à la prière juive sur le mont du Temple.

Il a été emmené pour être interrogé après son arrestation.

La police continue de rechercher d’autres suspects en relation avec l’agression, selon les informations de la Douzième chaîne.

Yehuda Glick, qui a été légèrement blessé lors de l’agression et brièvement hospitalisé, a diffusé vendredi matin une vidéo de remerciement.

« Ce que j’ai vécu est un lynchage meurtrier qui s’est terminé par un miracle », a-t-il déclaré. « Ils ne m’arrêteront certainement pas. Je suis une personne très extrême quand il s’agit d’aimer les gens. »

Dans une interview accordée jeudi, l’ancien député a expliqué qu’il voulait présenter ses condoléances à la famille de Iyad Halak, 32 ans, tué dans la Vieille Ville de Jérusalem le week-end dernier.

La police a rapporté que ce dernier semblait tenir une arme, mais qu’il n’était pas armé et n’avait apparemment pas compris les ordres des officiers de s’arrêter alors qu’il passait à proximité de la Porte des Lions. Il se serait enfui à pied et se serait caché dans un local à ordures, où il a été abattu.

« J’y suis allé au nom des gens qui veulent la paix, un geste de bonne volonté », a indiqué Yehuda Glick au journal télévisé de la Treizième chaîne. « Lorsque je suis entré dans la maison et que je me suis présenté aux personnes en deuil, une dizaine de personnes m’ont soudainement attrapé, m’ont soulevé et m’ont jeté en bas d’une volée et demie d’escaliers. »

Yehuda Glick au centre médical Shaare Zedek à Jérusalem après avoir été agressé alors qu’il rendait visite à la famille d’un homme autiste de Jérusalem-Est abattu par la police, le 4 juin 2020. (Capture d’écran : Douzième chaîne)

Il a affirmé que d’autres personnes ont alors commencé à le frapper et à lui donner des coups de pied, avant qu’un parent d’Iyad Halak n’essaie d’éloigner les assaillants.

« J’ai été sauvé une deuxième fois d’une tentative d’assassinat. C’est dommage que les gens ne comprennent pas que la violence ne fait que nous nuire à tous », a commenté Yehuda Glick après l’incident.

Il faisait référence à une tentative d’assassinat en 2014 au cours de laquelle il a été gravement blessé. Il a déclaré que l’agresseur l’avait traité « d’ennemi d’Al-Aqsa » avant de lui tirer dessus alors qu’il quittait un événement au Centre Begin à Jérusalem pour promouvoir le droit des Juifs à visiter et à prier au mont du Temple.

L’homme qui a aidé Yehuda Glick à s’enfuir l’a accusé de chercher la « provocation » en se rendant à la maison de la famille Halak dans le quartier de Wadi al-Joz, qui se trouve à proximité du mont du Temple.

« Je l’ai sauvé de là. Ils ne l’aiment pas ici », a indiqué l’homme, identifié uniquement comme Sami, à la Treizième chaîne.

Yehuda Glick a été membre de la Knesset pour le parti du Likud de 2016 à 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...