Un terroriste emprisonné du Fatah organise grèves de la faim et manifestations
Rechercher

Un terroriste emprisonné du Fatah organise grèves de la faim et manifestations

Dans une tentative de jeu de pouvoir, l'influent chef du Fatah Marwan Barghouthi réclame de meilleures conditions de détention pour les prisonniers sécuritaires

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Marwan Barghouthi devant le tribunal de Jérusalem, le 25 janvier 2012. (Crédit : Flash90)
Marwan Barghouthi devant le tribunal de Jérusalem, le 25 janvier 2012. (Crédit : Flash90)

Le service des prisons israéliennes se prépare à une grève de la faim d’ampleur qui devrait commencer après les fêtes de Pessah.

C’est Marwan Barghouthi, l’un des dirigeants emprisonnés du mouvement du président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, qui a pris l’initiative de cette grève, et il a affirmé qu’elle concernera tous les prisonniers du Fatah détenus dans des prisons israéliennes, à moins que leurs conditions de détention ne soient améliorées.

Des sources proches de Barghouthi ont indiqué au Times of Israël qu’une liste de demandes sans précédent avait été soumise au service des prisons israéliennes. Elles se concentrent en premier lieu sur un élargissement des autorisations de visites pour les familles de prisonniers ainsi que sur l’installation de téléphones publics dans toutes les ailes des prisons.

Barghouthi, emprisonné à vie par Israël pour avoir orchestré une série de meurtres durant la deuxième Intifada, réclame que les détenus puissent bénéficier d’une seconde visite mensuelle des familles. Il demande également l’entrée libre des visiteurs âgés de moins de 16 ans et la suspension des restrictions sécuritaires sur les visites.

Un enfant palestinien devant un graffiti représentant Marwan Barghouthi, dirigeant palestinien emprisonné en Israël pour le meurtre de cinq Israéliens, au checkpoint de Qalandia, entre Ramallah et Jérusalem. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Un enfant palestinien devant un graffiti représentant Marwan Barghouthi, dirigeant palestinien emprisonné en Israël pour le meurtre de cinq Israéliens, au checkpoint de Qalandia, entre Ramallah et Jérusalem. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Barghouthi, resté politiquement actif derrière les barreaux et qui est souvent présenté comme l’un des successeurs probables d’Abbas, âgé aujourd’hui de 82 ans, a également réclamé que les Palestiniens détenus pour raison sécuritaire aient les mêmes droits en termes d’accès au téléphone que ceux dont jouissent les criminels.

La grève de la faim devrait commencer le 17 avril et concerner la totalité de 2 890 prisonniers du Fatah détenus par Israël.

La participation des prisonniers du Hamas reste incertaine à ce stade. Les dirigeants du Hamas de la prison de Hadarim, où Barghouthi est détenu, ont annoncé qu’ils se joindraient au mouvement de protestation, mais dans d’autres centres d’incarcération, les prisonniers du Hamas débattent encore de leur participation en raison des rivalités entre leur mouvement et le Fatah.

En plus de cette grève de la faim, les partisans de Barghouthi programment une série de perturbations à travers la Cisjordanie dont des marches, des manifestations et l’installation de chapiteaux de protestation. Ces mesures pourraient probablement accroître les tensions en Cisjordanie et entraîner des confrontations avec les forces de sécurité israéliennes.

Certaines associations étudiantes palestiniennes ont d’ores et déjà fait savoir qu’elles avaient l’intention de rejoindre cette initiative pour montrer leur solidarité avec les grévistes, ce qui vient encore renforcer la probabilité d’affrontements.

La grève de la faim et les manifestations seront un test significatif pour l’influence de Barghouthi. Elu en première place du Comité central du Fatah, il n’a pas été nommé, contrairement aux attentes, vice-président d’Abbas, et ses partisans ne sont pas parvenus à remporter des sièges au Comité.

Barghouthi est l’ancien leader de Tanzim, la branche armée du Fatah et a été reconnu coupable par Israël d’avoir fondé la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa, groupe terroriste du Fatah.

Il a été condamné à cinq peines d’emprisonnement à vie après avoir été reconnu coupable en 2004 de cinq chefs d’accusation de meurtre, et d’une accusation de tentative de meurtre. Sa responsabilité dans l’organisation de quatre autres attentats terroristes a également été reconnue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...