Un troisième parti à majorité arabe veut ressusciter la Liste arabe unie
Rechercher

Un troisième parti à majorité arabe veut ressusciter la Liste arabe unie

Le soutien apporté par Taal implique que Balad est dorénavant la seule formation à devoir encore accepter de faire renaître l'alliance, brisée avant le dernier scrutin

Le Parlementaire Ahmad Tibi dans son bureau de la Knesset à Jérusalem, le 3 novembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le Parlementaire Ahmad Tibi dans son bureau de la Knesset à Jérusalem, le 3 novembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Un troisième parti à majorité arabe a accepté la proposition de reconstituer la Liste arabe unie, alors qu’il reste approximativement une semaine aux factions pour soumettre leurs listes finales à la Commission centrale électorale en amont du vote national prévu en date du 17 septembre.

Le député vétéran du parti Taal, Ahmad Tibi, a annoncé mercredi soir avoir accepté une proposition soumise par la commission de réconciliation – un groupe constitué d’universitaires, de leaders locaux et autres personnalités arabes – concernant la reconstitution de la Liste arabe unie, une coalition formée des quatre plus importantes formations arabes en Israël qui s’était dissoute en deux alliances distinctes avant le dernier scrutin du mois d’avril.

Les quatre partis sont Hadash, Taal, Raam et Balad.

Cette annonce signifie que Balad est dorénavant la seule formation à ne pas avoir accepté la proposition de la commission.

Les députés Ayman Odeh et Ahmad Tibi se réjouissent après avoir soumis une liste commune de candidats de leurs partis Hadash et Taal à la commission centrale électorale de la Knesset, le 21 février 2019. (Crédit : Hadash)

Taal a fait savoir dans son communiqué avoir accepté la proposition après la démolition par Israël de plusieurs structures appartenant à des Palestiniens aux environs de Jérusalem ainsi que l’habitation d’un Arabe israélien à Arara, au nord de l’Etat juif.

« Au vu des démolitions et des crimes violents, la réponse est immédiatement la Liste arabe unie », a dit le communiqué.

Interrogé sur l’adhésion du parti Balad à l’offre faite par la commission, le président de la formation, Jamal Zahalka, a refusé de répondre.

Zahalka a suggéré, la semaine dernière, que la formulation de la commission donnait à son parti une part moindre que ce qu’il méritait.

« Balad a un programme politique que nous désirons mettre en oeuvre », avait affirmé Zahalka au cours d’un appel téléphonique à ce moment-là. « Nous n’accepterons pas de réduction de son statut. Nous nous préoccupons moins du nombre de sièges que d’avoir la certitude que nous pourrons faire avancer ce qui nous paraît juste. »

La Liste arabe unie avait remporté 13 sièges en 2015. Hadash-Taal et Raam-Balad ont gagné un total de dix fauteuils en se présentant séparément au mois d’avril.

Le nombre de votants arabes israéliens a été spectaculairement bas au mois d’avril, en comparaison avec 2015.

De nombreux analystes ont estimé que l’incapacité des partis à ressusciter la Liste arabe unie au cours des dernières élections avait entraîné une participation amoindrie des Arabes israéliens. L’institut israélien de la démocratie a estimé la participation arabe lors du dernier scrutin à 49,2 %, contre 63,5 % lors du vote national du mois de mars 2015.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...