Un tweet invraisemblable du journal Le Monde crée la polémique
Rechercher

Un tweet invraisemblable du journal Le Monde crée la polémique

L'erreur de traduction du journal concernant la situation au Moyen-Orient a été vue par certains lecteurs comme un signe de propagande anti-israélienne

La rédaction et le siège social du journal « Le Monde », dans le 13e arrondissement de Paris, en 2015. (Crédit : Fred Romero / Flickr / CC BY 2.0)
La rédaction et le siège social du journal « Le Monde », dans le 13e arrondissement de Paris, en 2015. (Crédit : Fred Romero / Flickr / CC BY 2.0)

Un tweet invraisemblable du journal Le Monde a provoqué la polémique ces derniers jours sur le réseau social Twitter.

Publiant un lien vers son article intitulé « Les grands-mères palestiniennes à l’honneur sur Twitter, après la visite avortée d’une élue américaine à la sienne », le journal a fait une évidente erreur de traduction.

Alors que l’article du Monde reprend des témoignages de Palestiniens concernant leurs grands-mères publiés sur Twitter, le journal a traduit avec erreur celui de Jehad Abusalim, universitaire basé aux Etats-Unis.

L’homme évoquait le parcours de sa grand-mère, qui a connu et traversé les soubresauts de la région :

Tweet que Le Monde a traduit comme ceci :

Le lendemain, le journal a publié des excuses, publiant cette fois une traduction correcte du message d’origine :

Les tweets du Monde ont engendré de nombreuses réactions de lecteurs, certains accusant le journal de manque de professionnalisme, d’autres de propagande anti-israélienne et d’antisémitisme.

Le journal a déjà par le passé été accusé de propagande à l’encontre d’Israël. En décembre 2017, Christophe Ayad, chef du service international du Monde, avait été critiqué suite à une chronique consacrée à « l’affaire Salah Hamouri » sur France Inter.

« Christophe Ayad avait multiplié les contorsions sémantiques, les non-dits et les demi-vérités afin de faire passer le terroriste palestinien Salah Hamouri pour une sorte de Mandela palestinien et le FPLP pour une troupe de boy-scouts ottomans », explique le site InfoEquitable, qui se décrit comme un « groupe de personnes attentives aux biais concernant Israël et le peuple juif dans les médias francophones ».

Piotr Smolar, correspondant du journal en Israël, a lui récemment été accusé à l’antenne de Qualita par Shimon Mercer-Wood, porte-parole de l’ambassade d’Israël à Paris, d’afficher « sa haine charnelle pour Israël ».

La réaction de l’employé de l’ambassade faisait suite à la publication d’un article par le journaliste consacré à ses cinq années de mission de correspondance en Israël. Intitulé « En Israël, ‘réussir les articles qu’on n’écrit pas’ », l’article a été décrit par Daniel Haik, journaliste franco-israélien, comme « méprisant et teinté de stéréotypes et de préjugés ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...