Un « vrai travail de détective » réunit 2 amies supposées mortes durant la Shoah
Rechercher

Un « vrai travail de détective » réunit 2 amies supposées mortes durant la Shoah

82 ans après avoir fui l'Allemagne nazie avec leur famille, deux amies d'enfance ont été réunies par un chercheur de la Fondation USC Shoah qui a "croisé" leur témoignage

Betty Grebenshikoff (à gauche) et Ana Maria Wahrenberg se retrouvent sur Zoom après 82 ans passés sans savoir ce qui leur est arrivé après la Nuit de Cristal dans l'Allemagne nazie, en novembre 2020. (Autorisation de la Fondation USC Shoah)
Betty Grebenshikoff (à gauche) et Ana Maria Wahrenberg se retrouvent sur Zoom après 82 ans passés sans savoir ce qui leur est arrivé après la Nuit de Cristal dans l'Allemagne nazie, en novembre 2020. (Autorisation de la Fondation USC Shoah)

Lorsque leurs chemins se sont séparés en 1939, deux jeunes filles juives de Berlin ont promis de rester en contact. Une famille s’est enfuie au Chili, tandis que l’autre s’est rendue aux États-Unis en passant par Shanghai.

Quatre-vingt-deux ans après que les filles de neuf ans se sont dites au revoir dans une cour d’école allemande, Ana María Wahrenberg et Betty Grebenschikoff se sont à nouveau connectées sur Zoom. Ces retrouvailles inattendues ont été facilitées par Ita Gordon, spécialiste de l’indexation des témoignages sur la Shoah, dont la mémoire a permis de relier les deux femmes.

« Dans son témoignage [à la Fondation USC Shoah], Betty a déclaré qu’elle avait activement recherché son amie de longue date pendant toute sa vie ; elle mentionne même spécifiquement le nom d’Ana María dans l’espoir que cela l’aidera à retrouver sa meilleure amie d’enfance », a déclaré Rachael Cerrotti, qui travaille comme productrice déléguée pour la fondation.

Fondées par Steven Spielberg, les archives de la Fondation USC Shoah comptent plus de 55 000 témoignages vidéo de survivants et de témoins du génocide. Après avoir entendu Wahrenberg parler lors d’un événement virtuel au sujet de la Nuit de Cristal, Gordon a fait le lien entre le témoignage de Grebenschikoff – donné à la fondation il y a 24 ans – et Wahrenberg.

« Ce qui a suivi a été une série d’appels téléphoniques entre la Fondation USC Shoah et le Museo Interactivo Judio de Chile, où Ana María est depuis longtemps impliquée dans toute une série d’activités », a déclaré Mme Cerrotti.

« Nous devions être absolument certains que nous avions raison de croire que ces deux femmes étaient des amies d’enfance », a déclaré Mme Cerrotti. « Les recherches d’Ita Gordon se sont avérées impeccablement bien faites et nous nous sommes rapidement connectés avec Betty et avons fait une boucle au Florida Holocaust Museum, où Betty est une conférencière régulière », a déclaré Cerrotti.

Après avoir cru pendant plus de 80 ans que l’autre avait péri dans la Shoah, les femmes se sont retrouvées virtuellement en novembre. La réunion Zoom s’est terminée par un toast des membres des deux familles en levant leurs verres de champagne en disant Lehaïm.

« C’était si naturel pour elles », a déclaré Lucas Kirschman, l’un des sept petits-enfants de Grebenschikoff. « Elles se sont remises à parler de choses anodines, comme si ce n’était pas grave… Et c’est presque comme si la langue avait pu être une barrière, mais ce n’était absolument pas le cas. Je n’avais jamais entendu ma grand-mère parler allemand avant, jamais », a déclaré Kirschman après la réunion.

Dans des entretiens séparés avec le Times of Israel, Ana María Wahrenberg et Betty Grebenschikoff ont parlé de leur quête mutuelle de toute une vie, ainsi que de leurs efforts pour que la mémoire de la Shoah perdure dans un monde où les témoins oculaires auront disparu.

Comment avez-vous vécu les retrouvailles avec votre meilleure amie perdue de vue après huit décennies ?

Ana María Wahrenberg : Si c’est le destin ou la Fondation USC Shoah qui m’a rendu mon amie d’enfance, je ne sais pas, mais cela a été un grand cadeau, pour lequel, à ce stade de ma vie, je suis infiniment reconnaissante.

Betty et moi nous sommes entretenues à plusieurs reprises avec WhatsApp et Zoom. Nous nous parlons tous les dimanches pendant une heure environ… nous ne rattraperons jamais le temps perdu !

Nos conversations sont formidables, nous avons toujours des intérêts communs et bien sûr beaucoup, beaucoup de souvenirs que nous partageons encore. Dès que nous sortirons de cette horrible pandémie, nous essaierons de nous rencontrer quelque part dans le monde.

Betty Grebenschikoff (Musée de l’Holocauste de Floride)

Grebenschikoff : Mon amitié d’enfance avec Annemarie Wahrenberg s’est terminée dans notre cour d’école de Berlin en mai 1939, où nous nous sommes dit au revoir en larmes. Ma famille est partie pour l’un des très rares ports ouverts de Shanghai, en Chine, alors que celle d’Annemarie cherchait encore la sécurité.

Au fil des ans, je l’ai cherchée, mais en vain. Je ne l’ai jamais oubliée et j’ai toujours parlé d’elle dans mes discours, mes témoignages et mes documentaires. C’est un miracle et une mitzvah pour nous deux. Elle s’appelle maintenant Ana Maria. Elle se souvient de moi sous mon ancien nom d’Ilse Kohn. Nous espérons des retrouvailles en direct et en personne à l’automne 2021.

Vous avez toute deux écrit un livre pour les membres de votre famille sur vos expériences. Pouvez-vous décrire vos souvenirs de la Nuit de Cristal et de la fuite de l’Allemagne nazie ?

Wahrenberg : Le livre que j’ai écrit il y a plusieurs années était destiné à ma famille. Je n’aurais jamais pensé qu’il susciterait l’intérêt d’autres personnes ! En ce qui concerne vos questions : Lors de la « Nuit de Cristal », ce 9 novembre 1938, on sonna à ma porte et je me suis retrouvée face à face avec des soldats en veste noire qui, d’une voix imposante, sont venus arrêter mon père. Il a passé 29 jours dans le camp de concentration de Sachsenhausen.

L’ancien camp de concentration nazi allemand de Sachsenhausen, près de Berlin, en novembre 2012. (Matt Lebovic/The Times of Israel)

Avec de nombreuses difficultés, ce n’est qu’après avoir présenté un visa d’émigration qu’il a été libéré et que nous avons pu nous rendre au Chili. (C’est une longue histoire). Tous mes proches, du côté de mon père et de ma mère, ont péri dans les camps d’extermination. J’ai grandi avec ma mère et mon père seulement, sans aucun autre parent.

Grebenschikoff : Je me souviens d’une petite enfance très protégée, heureuse et insouciante à Berlin. Tout cela a changé en novembre 1938, lors des événements de la Nuit de Cristal, lorsque ma famille et moi étions assis sur le sol de notre appartement, les lumières éteintes. Mes parents nous ont dit, à ma sœur et à moi, de rester très calmes pour que nos voisins pensent que nous n’étions pas à la maison. Alors que les vitres se brisaient dans les rues et que nos synagogues brûlaient, j’ai finalement compris ce que signifiait l’antisémitisme rampant.

Des jeunes élèves et d’autres personnes amenés pour regarder brûler le mobilier de synagogues lors de la Nuit de Cristal à Mosbach, en Allemagne. (Crédit : Autorisation)

Cette nuit-là, j’ai compris pourquoi mes amies aryennes s’étaient liguées contre moi, m’avaient jeté des pierres et m’avaient traité de sale Juive. Mes parents, qui avaient essayé de nous protéger de la réalité de ce qui arrivait au peuple juif, ne pouvaient plus le faire. Même dans les années qui ont suivi, il était trop douloureux pour elles d’en parler. Le souvenir d’avoir marché sur les débris de verre de rues berlinoises familières quelques jours après la Nuit de Cristal est à jamais gravé dans mon cerveau. Aujourd’hui encore, des décennies plus tard, ce son me rappelle des souvenirs amers.

Après l’émeute au Capitole américain le 6 janvier, l’ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a comparé ce jour à la Nuit de Cristal. Êtes-vous d’accord avec cette comparaison ?

Grebenschikoff : Je suis tout à fait d’accord avec Arnold Schwarzenegger lorsqu’il compare l’insurrection du 6 janvier dans la capitale américaine à la Nuit de Cristal en novembre 1938. En regardant la tentative de destruction de notre démocratie, j’ai pu entendre des échos de bottes nazies dans les rues de Berlin, des foules criant des menaces et tuant des Juifs. Cela m’a certainement rappelé des souvenirs longtemps enfouis, même si je n’étais alors qu’une petite fille.

Ana Maria Wahrenberg. (Autorisation)

Wahrenberg : Personnellement, je crois que ce sont les petites choses de la vie quotidienne, ces petits détails qui touchent le plus les gens.

Par exemple, je leur dis que lorsque j’étais enfant en Allemagne, je n’avais pas accès à une balançoire, ni à un parc, ni ne pouvais choisir mes amis, etc. Nous ne gagnons rien – à mon avis personnel – à nourrir les gens avec autant de données historiques. L’important est de faire comprendre ce que l’on ressent lorsqu’on perd ses droits et sa liberté.

Pouvez-vous nous donner votre évaluation de l’enseignement de la Shoah au Chili et aux États-Unis, respectivement ? Que pensez-vous de l’évolution de votre propre rôle dans la perpétuation de la mémoire de la Shoah ?

Wahrenberg : En général, je pense que le niveau d’éducation au Chili laisse beaucoup à désirer. C’est encore un pays où beaucoup d’enfants n’ont pas accès à une bonne éducation. Il y a des villages isolés dans le pays, qui ne sont pas accessibles et où tout le monde n’a pas un ordinateur, ce qui est particulièrement important dans le contexte de la pandémie actuelle. Le musée a fait de gros efforts et nous avons réussi dans de nombreux endroits. J’ai voyagé dans plusieurs endroits, où les enfants et d’autres personnes m’ont pris dans leurs bras et m’ont remercié à la fin de mon exposé. Oui, nous continuerons et je continuerai aussi longtemps que Dieu me donnera la force, car comme vous le dites : Nous sommes peu nombreux, mais je suis convaincue que mes paroles resteront.

Pour moi, ce n’est pas un travail, c’est une grande satisfaction de pouvoir aller vers les jeunes et de voir qu’ils ont de l’empathie pour moi. Je leur laisserai un « grain de sable » pour les convaincre de se battre pour le bien. Peut-être en raison de mon âge avancé – 91 ans – et de ma maturité, j’ai réalisé, avec le recul, que la chose la plus importante dans la vie est de « planter » de l’amour dans nos enfants afin que « plus jamais » ce genre de haine et de persécution ne se produise.

Betty Grebenschikoff. (Florida Holocaust Museum)

Grebenschikoff : Je pense que l’éducation et la sensibilisation à la Shoah se sont améliorées progressivement dans ce pays [les États-Unis]. Cela pourrait être dû aux efforts de documentation des expériences des survivants et des libérateurs, d’autant plus que nous ne sommes plus nombreux. Il appartient maintenant à la deuxième et à la troisième génération de reprendre ce que nous avons commencé.

L’enseignement de la Shoah a été rendu obligatoire par la loi dans de nombreuses écoles américaines. Il est très important que les jeunes soient conscients de cette partie de l’histoire et du danger de répétition. Nous n’avons jamais pensé que cela pouvait arriver en Allemagne. Et c’est ce qui s’est passé.

Mon père et mes deux grands-pères se sont battus pour l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. J’ai encore les médailles de mon père. Mais rien de tout cela n’a eu d’importance lorsque le régime hitlérien est arrivé au pouvoir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...